Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 18:36

Couverture de la semaine

No 3645 - DU 18  AU 25 Juillet 1998

 

Par JOSE M. LABAKI

 

Au moment où nous écrivons ces lignes, la France célèbre le 14 Juillet, un autre anniversaire de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Le monde commémore, aussi, ce grand événement. A M. l’ambassadeur Daniel Jouanneau et à travers lui, au vaillant peuple français, à son président et à son gouvernement, vont nos plus cordiales félicitations et nos vœux les plus fervents pour la prospérité de la France dont l’amitié séculaire nous est à plus d’un titre, très chère, afin qu’elle demeure à jamais un bastion de liberté, de justice et de civilisation. Nous évoquons, en l’occurrence, une date importante de l’histoire de France: le suffrage universel, une invention exclusivement française.
Certes, les citoyens du monde à l’unanimité le reconnaissent. Le suffrage universel dont l’exercice à l’échelle planétaire est formellement établi, a été proclamé officiellement pour la première fois le 2 mars 1848 et décrété le 5 mars de la même année en France.
Force est d’avouer que la France, pionnière dans presque tous les domaines, est le premier pays au monde qui s’est engagé dans cette voie démocratique, alors que dans le reste du Vieux Continent l’idée fit échec, du moins provisoirement. Pour certains historiens, la Constitution française de 1793, avait déjà adopté le principe, sans toutefois l’appliquer, tandis que la Révolution de 1848, n’a fait que le proclamer. Décrété le 5 mars 1848, les élections législatives du 23 et 24 avril de la même année, permirent sa mise en œuvre. Cependant, il fallait attendre jusqu’en 1944 pour que le suffrage universel inclût le droit de la femme au vote, alors que la monarchie de juillet s’opposait à tout élargissement de ce droit. Les journées révolutionnaires de février 1848, renversèrent le roi Louis-Philippe. Un gouvernement provisoire, établi sous l’égide d’une République elle aussi provisoire, devait alors organiser l’élection d’une Assemblée Constituante. La rédaction d’une nouvelle loi électorale fut à charge de deux éminents juristes de l’époque: Cormenin et Isambert, ce dernier auteur d’un fameux recueil d’anciennes lois françaises depuis l’an 420 jusqu’à la Révolution de 1789. Député sous la monarchie de juillet, il siégea à la nouvelle Constituante de 1848.
Pour plus de précision, il va falloir suivre les péripéties de ce long processus dont voici les principales étapes: La discussion sur le suffrage universel fut entamée le 4 mars 1848 au “Petit Luxembourg”; le magistrat Cormenin donna une nouvelle lecture du projet, tous les articles ont été approuvés avec quelques modifications et publiés par la suite dans la Gazette officielle: l’Assemblée serait Constituante, l’élection s’effectuerait sur la base d’un consensus national, les élus seraient au nombre de 900, la majorité électorale est fixée à l’âge de 21 ans et le scrutin serait secret. Les élections législatives auraient lieu le 9 avril. Le lendemain et après une dernière lecture du projet, le gouvernement provisoire adopta le décret. L’universalité du suffrage fut solennellement proclamée.

***

Bien qu’Alexis de Tocqueville, défenseur chevronné de la démocratie, évoqua dans ses souvenirs les premières élections au suffrage universel dans le village normand qui porte son nom, où presque tous les électeurs votèrent pour lui, l’auteur de la “démocratie américaine” député et ministre des Affaires étrangères en 1849, ne manqua pas de critiquer fortement le magistrat Cormenin sur certaines lacunes, craignant l’irruption d’une certaine caste politique ignorante et indisciplinée. A son tour la Gauche mena une bataille acharnée pour le report du scrutin, qui eut lieu les 23 et 24 avril. Elle a eu gain de cause, puisque le corps électoral passa d’un coup, de 250000 à 9 millions. Les partisans, les plus affichés du suffrage universel ne pouvaient que se flatter de cette magnifique réussite réalisée  dans l’ordre le plus parfait, la dignité et la maturité exemplaire, pour la sauvegarde de sa souveraineté et son identité. L’appréhension de la mise en œuvre de cette extraordinaire réalisation démocratique, relevait désormais de l’impossible. L’organisation du scrutin fut légalisée, tous les détails du processus électoral: listes électorales, bulletins, urnes, procès verbaux, furent minutieusement examinés par le ministre de l’Intérieur afin d’éviter toutes les failles qui pouvaient surgir. Toutes les craintes suscitées par les contestataires furent démenties. Le jour du scrutin, le 24 avril fête de Pâques, prit les allures d’une fête nationale. Tout le monde s’est dirigé vers les chefs-lieux, curés et maires en tête pour voter. Ainsi fut le premier des tours du suffrage universel dans une France chavirée dans l’allégresse, fière d’en être le précurseur.
Face à ce succès sans précédent, le suffrage universel devait s’étendre à toute la planète. L’attachement des citoyens à leur souveraineté et à leur dignité est, dès lors, enraciné et légitimé dans les mœurs républicaines dont la France est le bastion par excellence, pour devenir la grande question du siècle.
Paraphrasant Alain Garrigou, professeur de Sciences Po à l’université de Paris X Nanterre: auteur du “Le vote et la vertu” et “Comment les Français sont devenus des électeurs”, d’où ont été puisées les dates et les références mentionnées dans cette chronique, ce dont nous lui savons gré: “Toute histoire est contemporaine, celle du suffrage universel plus que toute autre”. L’institution est si ancrée dans le présent que lui assigner des origines, en observer des mutations, n’est-ce pas lui faire perdre sa magie et prétendre n’avoir pas atteint la fin de son histoire?.”
Certes, le destin des peuples comme celui de l’individu, ne se forge et ne se réajuste qu’après les plus dures épreuves, chacun à sa manière. La France a toujours fait exception. A chaque tournant de sa lutte, une époque historique est née, pour atteindre la grandeur et la perfectibilité dont elle rêve. Le suffrage universel en est une et non des moins glorieuses. 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : French Influence
  • : Cher visiteur (é)perdu, bienvenue sur le blog de French Influence. Il est question ici de la France et de son rapport au monde. Il est question de la France, pour l'amour du pays, par les yeux du monde
  • Contact