Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 15:58

Polynésie/Mélanésie - L’invention française des "races" et des régions de l'Océanie (XVIe-XXe siècles)

Édition : 2009
ISBN : 978-2-9156-5452-3
Taille : 220 x 140 mm
Nombre de page : 376
Couverture : Souple
Finition : Relié cousu
Editeur : Au vent des îles
Édition : 2009

 

Polynésie-Mélanésie - L'invention Française Des Races Et Des Régions De L'océanie (Xvie-Xxe

 

 

Polynésie, Mélanésie… Mais aussi Australie, Micronésie : on ignore souvent que le découpage actuel de l’Océanie résulte d’une théorie raciste des « couleurs de peau », élaborée en France au début du XIXe siècle et préparée par des siècles d’interrogations européennes sur la présence des« Nègres du Pacifique ». C’est aussi l’histoire d’un regard européen-masculin qui admira bien plus les femmes polynésiennes que les femmes des « îles noires » (Mélanésie). En rassemblant les divers traités français (ainsi que le traité anglais de J.R. Forster de 1778) qui ont prétendu donner une classification des peuples du Pacifique, en retraçant l’origine des appellations savantes, ce livre propose une histoire générale — et une déconstruction — des visions européennes, raciales et sexistes, sur la nature physique et morale de ces peuples, entre les XVIe et XXe siècles. Cet examen permet aussi de s’interroger sur l’histoire générale du racisme européen, en suivant le bouleversement qui s’est produit à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles, quand le naturalisme a laissé la place à la « zoologie » et l’humanisme au racisme moderne.

 

TCHERKÉZOFF Serge

Il est membre fondateur (1995) et fut directeur (1999-2007) du CREDO.

Ses travaux rassemblent les résultats de ses enquêtes de terrain en Polynésie occidentale durant les années de 1981 à 1996 et une critique ethno-historique des récits européens (XVIe-XXe siècles) concernant la Polynésie.

Repost 0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 13:03

source : http://www.consulfrance-hongkong.org/

 

On le dit peu mais la fleur emblème de Hong Kong, le bauhinia (telle qu’elle est représentée sur le drapeau de la RAS de Hong Kong depuis 1997), a été découverte par des Français !

Le bauhinia commémore en effet les frères Gaspard (1560-1624) et Jean Bauhin (1541-1612), deux herboristes qui ont consacré leur vie à la botanique. Le père Plumier (1646-1704), un prêtre français, botaniste, nomma la plante "bauhinia" en hommage aux frères Bauhin et en raison de ses deux feuilles identiques si caractéristiques. La « Bauhinia blakeana » a d’abord été étudiée à Hong Kong par les Pères des Missions Etrangères françaises près de Mount Davis, puis par les Pères du sanatorium de Béthanie à Pokfulam, à partir des spécimens dans leurs jardins aux alentours de 1880.

Le botaniste Stéphane T. Dunn, le Surveillant du département de reboisement, a basé sa recherche sur les travaux des prêtres botanistes et nommé la plante, "Bauhinia blakeana" pour marquer son lien particulier avec Hong Kong : « blakeana » vient de Sir Henry Blake, le gouverneur de l’époque. (1898-1903). La plante est généralement stérile d’où l’idée qu’il s’agit en fait d’une hybride clonée.

 

 

> Lire l'article dans son environnement original

 > Lire un article plus détaillé sur le blog du Consulat de Hong-Kong

 

 

 

Repost 0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 14:41

source : http://afarvietnam.org/

 

Alexandre de Rhodes and the Vietnamese language

Among the East Asia countries under the Chinese cultural sphere of influence; only Vietnam got rid completely of Chinese characters from its written language. Chinese scripts, used for centuries, were scrapped and replaced with a phonetic alphabet. The story spans over three centuries, and the unlikely hero of the early period was a man from a distant place, Alexandre de Rhodes.
Alexandre de Rhodes and the Vietnamese language

The missionary from Avignon

Alexandre de Rhodes was a Jesuit missionary born on 3-15-1593 in Avignon, a city on the Rhone River, in the South East of France, and the siege of the papacy from 1309 to 1376.

The Society of Jesus and the Orient.

After his initiation to priesthood in Rome at the novitiate of the Society of Jesus, de Rhodes wanted to go to Japan and left Lisbon, Portugal, on April 4th 1619. The sea trip was arduous. They arrived in Goa (India) after six months and five days. There, they waited for a propitious moment to sail to Japan. However, the situation in Japan deteriorated, persecution of Christians became intolerable and Rhodes was ordered to switch his destination to Macao (May 1623), the portal to China. He spent six years in evangelization between Macao and Goa. He stayed at the college Madre de Deus in Macao “where all academic subjects were taught as in any great European university”. He learned Chinese and about Chinese religions.

A divided Vietnam in the 17th century

In 1624, de Rhodes arrived in the Southern part of then Vietnam, usually referred to as Đàng Trong in Vietnamese (the Inner Region, known to the West as Cochinchina). De Rhodes was surprised by the exotic tonal sounds of the Vietnamese language. Early 1625, he was in Hải Phố (‘Seaside Town’ or Faifo) or in the surrounding area, in modern Central Vietnam, accompanied by four other Jesuits priests and a Japanese catholic. Hải Phố, now known as the touristic town of Hội An and a World Heritage site, was bustling with trade during the 16th and 17th centuries, with settlers from different provinces of China, Japan, India and Holland. Among the Japanese immigrants were Catholics who had fled religious persecution in their own homeland.

Although he was already fluent in several languages, when de Rhodes first came to the South of Vietnam, and listened to the native language, especially when spoken by women, it sounded to him like the “twittering of birds”, and felt so desperate about ever being able to speak such a language. However, Rhodes started immediately to learn to speak the local Vietnamese dialect. “Everyday I was given lessons, he said, which I studied with the same application as I once studied theology in Rome.” This early period in his study of Vietnamese in Central Vietnam would influence the Vietnamese of his dictionary many years later, even when the latter was mostly based on a slightly different Vietnamese spoken in Northern part of Vietnam (Đàng Ngoài). He took a Vietnamese name Đắc Lộ, which sounds somewhat similar to “de Rhodes”, and meaning “The one who found the path”.

 

De Rhodes’s teachers of Vietnamese

One of his initial teachers was an 11-12 year old Vietnamese who managed to teach him all the tones and correct pronunciation of Vietnamese in just within three weeks. Even without any background in European languages, in the same short period, the boy was able to learn enough of the missionary‘s language to understand most of what he said and wanted him to do. The child, who later took the name of Raphael Rhodes, also learned to read and write Latin and Portuguese and assisted the priest at his mass. He impressed the priest tremendously with his intelligence and his ability to memorize, and later became his loyal assistant in his evangelical work in Vietnam and neighboring Laos.

However, his main teacher of Vietnamese was Francisco de Pina, a Portuguese priest. Born in Guardia in 1585, he joined the Society of Jesus at the age of 19 and for several years trained in theology, Japanese, sciences and arts in Macao before his arrival in Vietnam in 1617. He started immediately to study the spoken Vietnamese and was able to “grasp the cores of the language “only after a short period. He wrote a text about Vietnamese orthography and tones and was working on a treatise about Vietnamese syntax, collecting samples of stories and documents for the purpose of illustration of Vietnamese usage and grammar. Unfortunately, he died of drowning in 1625, only a year after de Rhodes arrived in Vietnam.

Among the missionaries, de Pina was the only one who spoke Vietnamese fluently, and did not need interpreters to communicate with the natives. This is the main reason why critics refuse to recognize de Rhodes as “the Father of quốc ngữ’ and would rather give this title to de Pina. However, despite his proficiency in its use and his pioneering research, de Pina apparently did not publish about the Vietnamese language. De Rhodes fully acknowledged, in his dictionary, the contribution of de Pina as his Vietnamese teacher and the role of other two Portuguese missionaries, Gaspar do Amaral (1592-1645) and Antonio Barbosa (1594-1647).

Evangelization activities

As Vietnam became de Rhodes’ second country, his evangelization efforts became very successful, according to his reports that some critics believed were somewhat inflated for the purpose of getting more backing from Europe. However, there were still episodes of hostility toward the missionaries, mostly based on the accusation that Christians abandoned the cult of ancestors. De Rhodes was expulsed from the country no less than six occasions but he always tried to come back even had the opportunity to meet with influential people. In general the missionaries were welcomed by both Lords, the motive being their desire to obtain their alliance and to exchange commerce with the Portuguese, as explained by Baldinotti, another Jesuit who arrived before de Rhodes. But as soon as they realized that the priests were not useful to them anymore, they expelled them (9).

In March1627, de Rhodes because of his fluency in Vietnamese was sent to Đàng Ngoài in North Vietnam. He boarded a Portuguese merchant ship and arrived in Cua Bang. (present day Ba Lang). Lord Trinh Tráng was on his way to fight Lord Nguyễn Phúc Nguyên for the first time, bringing King Lê with him. Portuguese merchants met him on his way to the South. The lord received the Portuguese delegation and the missionaries rather warmly. He asked the Portuguese ships to stay with his boats reserved for his royal maids and family members at a section of a river in Thanh Hóa, then left to fight his war against Nguyễn Phúc Nguyên. During several months, while waiting at this river section, Alexandre de Rhodes began his evangelizing work and baptized a certain number of people, among them two belonging to the intellectual class, a scholar and a monk, who took the baptismal names of Joseph and Ignatius.”

“Back from his defeat, Trịnh Tráng still received warmly the delegation. The Portuguese offered him a defense weapon; Rhodes gave him a treatise of Euclidean mathematics printed in Chinese characters by missionaries in China, a mechanical clock and an hourglass. Trịnh Tráng appeared to be very pleased. And he took the delegation upstream the Đáy River to Kẻ Chợ (the capital). At the beginning, Rhodes lived in the Trịnh Lord ‘s palace, but afterward, he got the permission to move outside so that people who wanted to learn about his religion could come to him easily.”

Four months later, the Trinh Lord ordered him to build a nice residence and beautiful church. So many people came to listen to him that he had to hold four to six sessions a day. A sister of the King, several members of the royal family and a few mandarins and generals were converted. At one point, there were a hundred catechists who studied in his seminary funded by the Catholic community.

Lord Trịnh Tráng’s sympathy toward the missionaries faded when suspicion against them was aroused by diverse groups of people who felt menaced by their presence: the concubines who were dismissed by men when they converted, the eunuchs who were afraid of losing their jobs if their lord converted, the monks who lost their followers.. Then an accusation of collaboration with the lord’s enemies led to an edict in 1628 forbidding people to contact the missionaries and to embrace their religion. De Rhodes received an edict of expulsion but tried to stay around for another two years. He finally was expelled for good from Đàng Ngoài in May 1630 and returned to Macao where he spent the next ten years as a professor of theology. In February 1640, he came back to Đàng Trong in the South.

 

The end of his stay in Vietnam

De Rhodes traveled all over South Vietnam but most his activities were in the areas of Huế and Đà nẵng, with the help of hundreds of catechists that he trained, until in 1645 when he was condemned to death by decapitation. His sentence was fortunately commuted to perpetual exile. He was definitively banned from the country by Lord Nguyễn. “I left Cochinchina in my body, he said, but certainly not in my heart; and so it is with Tonkin. My heart is in both countries, and I don’t think it will ever be able to leave them.” De Rhodes returned to Rome by 1649 and pleaded for increased funding for Catholic missions to Vietnam. There were probably 60,000 Catholics in Vietnam at the end of his stay. However, the Church sent him to Persia where he was the director of the Jesuit mission in that country and studied Persian well enough to be able to preach in that language. He died in the ancient capital city of Isfahan on November 16th 1660, at the age of sixty seven.

 

Legacy

Regarding his most important contributions to the development of modern Vietnam, the creation of the first Vietnamese dictionary and grammar treatise, it took along time for the quốc ngữ  to have the opportunity to grow and eventually to displace totally Chinese script (characters) as an effective, comprehensive written expression of the Vietnamese language. For the next two centuries, even Catholic catechisms and tracts were published not in Romanized script but in Chinese, nôm, or Latin. The most famous Vietnamese piece of literature, Nguyen Du’s The Tale of Kieu was written in classic nom characters more than a century after Rhodes published his dictionary.

In 1865, Gia Dinh Bao, the first modern script Vietnamese newspaper was published in Saigon. In 1917, an imperial decree abolished traditional forms of educations in favor of those based on the new script and French. Not long after, Vietnamese intelligentsia and politicians were quick to recognize  quốc ngữ  as an efficient, easy to master means to obliterate illiteracy, of educating the masses and creating a national consciousness. The rest is history; within a few decades, quốc ngữ  unexpectedly helped transform Vietnamese into a full fledged written as well as spoken language. More than three hundred years, after de Rhodes’ death, it seems that almost everybody agrees on this point, that at the root of all this development of modern Vietnamese language, lie the contributions of this obscure missionary from a far distant land.

 

Hien V. Ho

(Edited and abbreviated from the original article published in “The Men of Vietnam”, by Nghia Minh Vo, Chat Van Dang, Hien Van Ho , 2008, Outskirts Publisher)

December 17th, 2008

Repost 0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 14:33

source : http://etudescoloniales.canalblog.com/

 

matteoricci_clLe quõc ngu (graphie romanisée du vietnamien) fut créé au XVIIe siècle par un missionnaire français : le père Alexandre de Rhodes. Nombre d'intellectuels de la capitale appellent depuis des années à redresser son mémorial, abattu il y a une trentaine d'années.

Alexandre de Rhodes est né le 15 mars 1591 à Avignon, dans le Sud de la France. Ce missionnaire s'est rendu de 1627 à 1645 au Vietnam pour propager le catholicisme. Pour convertir ses ouailles, il a cherché à maîtriser le vietnamien, ce qui lui a demandé peu de temps - le jésuite était en effet très doué pour les langues. Il commença, paraît-il, à prêcher en vietnamien seulement six mois après son arrivée ! Ensuite, grâce aux travaux de certains missionnaires portugais et espagnols qui avaient commencé à retranscrire en caractères romains le vietnamien, il réussit à mettre au point le quôc ngu. En remplaçant les caractères chinois par cette graphie romanisée, le père de Rhodes facilita la diffusion de l'Évangile. Rappelons qu'à cette époque, le vietnamien s'écrivait avec des idéogrammes (chu nho et chu nôm ) et il fallait de nombreuses années d'études pour maîtriser cette écriture complexe, domaine exclusif des lettrés, des mandarins et que le peuple était bien incapable de déchiffrer. Ce système d'écriture perdura jusqu'au début du XXe siècle, puis le quôc ngu le remplaça largement à partir de la Première Guerre mondiale. Parallèlement à sa mission évangélisatrice et à ses travaux sur la langue vietnamienne, le père de Rhodes s'intéressa aussi aux us et coutumes des locaux, à l'histoire et aussi aux ressources naturelles du pays. Il rédigea de nombreux ouvrages, les plus connus étant un "Dictionnaire annamite-portugais-latin", des "Explications brèves sur un voyage de mission religieuse au Tonkin", une "Histoire du royaume tonkinois"...

Pour rendre honneur à cet inventeur du vietnamien romanisé, un mémorial fut dressé fin mai 1941, donc pendant la présence coloniale française, sur une petite place au nord-est du lac Hoàn Kiêm, à côté du temple de Bà Kiêu. C'était une stèle en pierre, haute de 1,7 m, large de 1,1 m et épaisse de 0,2 m, sur laquelle étaient gravés, en quôc ngu , en chinois et en français, les mérites d'Alexandre de Rhodes.

Le journal Tri Tân du 13 juin 1941 informa ses lecteurs de la manière suivante : "M. Alexandre de Rhodes a revécu parmi les habitants de Hanoi lors de l'inauguration de son mémorial ; la cérémonie a été réalisée dans une atmosphère solennelle et émouvante... Maintenant, le quôc ngu est considéré comme les fondements de la langue nationale, c'est pourquoi, nous ne pouvions pas ne pas remercier sincèrement celui qui l'a inventé, M. Alexandre de Rhodes".

Mais malheureusement, le monument disparut un jour, il y a une trentaine d'années. Qui l'enleva ? Nul ne le sait ! Acte politique ou simple vandalisme, le mystère reste entier... Il faut dire que les missionnaires n'ont jamais eu bonne presse au sein des milieux révolutionnaires en lutte pour l'indépendance du pays. C'est un fait que, dans l'histoire du colonialisme, et pas seulement au Vietnam, la croix a souvent précédé l'épée et le canon. La stèle, donc, bien que volumineuse, disparut de son piédestal... Un temps, on la revit dans l'échoppe d'un serrurier qui s'en servit comme... enclume. Puis une marchande de thé l'utilisa comme comptoir - bien pratique pour boire et se cultiver à la fois ! Certains la virent même au bord du fleuve Rouge... Dans les années 1980, l'espace dédié à Alexandre de Rhodes vit l'érection d'un superbe monument révolutionnaire blanc immaculé, à la gloire des patriotes : trois grandes statues de combattants, dont une femme. Sur le piédestal, cette inscription : "Prêts à se sacrifier pour la Patrie".

 

Redresser la vieille stèle ou élever un buste ?

En 1993, le Club des historiens organisa une causerie sur Alexandre de Rhodes. Le professeur Nguyên Lân évoqua le mémorial du Français. Pour lui, il n'aurait jamais dû être abattu. Cet acte révélait une certaine étroitesse d'esprit, une méconnaissance totale de l'histoire et, de toute manière, c'était indigne de notre peuple. Le Vietnam a toujours été une nation reconnaissante envers ses bienfaiteurs. En mangeant un fruit, garde le souvenir de celui qui a planté l'arbre, dit un adage fameux. Même sous la domination chinoise, Shi Nie, un administrateur chinois, fut élevé à un rang supérieur, en raison de ses efforts pour propager l'écriture chinoise au sein du peuple vietnamien. Ce dernier bâtit d'ailleurs un temple pour lui rendre hommage.

À Hanoi, un monument vantant les mérites d'un Français célèbre a survécu à la révolution d'Août 1945 : le buste de Pasteur (chimiste et biologiste français, 1822-1895). Et la rue Yersin existe toujours (microbiologiste français d'origine suisse, qui est mort en 1943 à Nha Trang, Vietnam, là où il étudia pendant des années le bacille de la peste). À Hô Chi Minh-Ville, il existe également des rues Yersin et Calmette (médecin et bactériologiste français, qui a découvert, avec Guérin, le vaccin antituberculeux, dit BCG). Une statue de Yersin trône aussi à Nha Trang, province de Khánh Hoà (Centre).

Et Alexandre de Rhodes n'a-t-il pas aussi oeuvré pour le peuple vietnamien ? L'écriture romanisée, d'apprentissage beaucoup plus facile que les idéogrammes, a favorisé l'accès au savoir et à l'information de larges pans de la population, et il a permis aussi d'affaiblir le pouvoir des mandarins qui était en grande partie fondé sur leur savoir traditionnel écrit en scriptes chu nho et chu nôm . Et le missionnaire était aussi un humaniste, proche de la population... C'est pourquoi, il est temps de redonner à de Rhodes un espace de mémoire au cœur de la capitale vietnamienne. Le professeur Nguyên Lân a proposé d'élever un buste au parc Tao Dàn, devant l'Université de pharmacie de Hanoi. Mais il est aussi possible de remettre en place la vieille stèle qui a finit son parcours rocambolesque dans les rues de Hanoi, et qui est maintenant entreposée dans les locaux du Comité de gestion des vestiges historiques et des sites touristiques de la capitale.

En 1995, le Centre des sciences sociales et humaines a organisé un colloque sur la vie et l'œuvre du missionnaire français. Dans son intervention relative aux contributions du jésuite au Vietnam, le docteur Nguyên Duy Quy a conclu : "Nous comptons déposer la vieille stèle dans l'enceinte de la Bibliothèque nationale. Nous voulons aussi redonner à une rue de Hô Chi Minh-Ville le nom du célèbre missionnaire, débaptisée il y a quelques décennies."

L'histoire de la stèle du jésuite a enfin reçu un écho dans le monde des intellectuels, après une "disparition" de plusieurs décennies. Selon une circulaire publiée le 29 juillet 1997, le Service de conservation des monuments historiques et des musées - dépendant du ministère de la Culture et de l'Information - avait l'intention de remettre la stèle au parc Canh Nông, dans l'actuelle rue Diên Biên Phu, à Hanoi.

Le professeur Vu Khiêu, lui, est partisan de remettre le mémorial à sa place initiale, au bord du lac Hô Guom (lac à l'Épée restituée). Alors ce plan d'eau, véritable cœur de la capitale, abritera les trois symboles les plus importants du pays : la Paix (symbolisée par la restitution, à une tortue géante du lac, de l'épée magique qui servit au roi Lê Loi à chasser les Ming au XVe siècle - selon une légende populaire), la Culture (le Tháp Bút - obélisque en forme de pinceau - érigé par Nguyên Siêu) et l'Amitié entre les peuples (la stèle d'Alexandre de Rhodes, inventeur du quôc ngu ).

Hông Nga et Sébastien - Le Courrier du Vietnam - 4 Juillet 2004.

> Lire l'article dans son environnement original

 

 

Repost 0
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 14:06

source : http://ignatianspirituality.com/

 

alexandre-de-rhodesAlexandre de Rhodes, SJ, was a missionary in Vietnam.

 

Alexandre de Rhodes was born in France  in 1591. Entering the Jesuits, de Rhodes soon decided to dedicate his life to missionary work. A Jesuit mission had been established in Hanoi, Vietnam, in 1615, and de Rhodes arrived there soon after. He spent 10 years in and around the Court at Hanoi, where he wrote the first Vietnamese Catechism. He wrote many books about Vietnam, but de Rhodes’s most significant work was the first Portuguese-Latin-Vietnamese dictionary. The dictionary was later used by scholars to create a new Vietnamese writing system, based on the Roman alphabet, which is still used today

Suspicion of Christians led to a 10-year exile in the Portuguese colony of Macau, off the Chinese coast. De Rhodes was able to return to Vietnam for six years before being sentenced to death for his missionary work. The sentence was commuted to exile, and de Rhodes spent time in Rome before beginning a new mission in Persia. He died in Persia in 1660.

> Lire l'article dans son environnement original

 

 

Repost 0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 19:08

Reminiscences: The French in India

 ISBN: 8170028189 
 Format: Hardcover, 144p., Illustrations. 
 Pub. Date: Jan 1998 , 1st. Ed. 
 Publisher: Munshiram Manoharlal Publishers Pvt. Ltd. 
 Language: English 
 Inb ID: 8239 

 

From the publisher

Reminiscences: The French in India

The genesis of this book was an exhibition of vignettes of the French influence in India, proposed to be held in the metro cities of India, beginning in Hyderabad. As our research progressed, we were fascinated by the range of French influence on Indian culture. The better known aspects, such as Dupleix's palaces in Chandernagore and Pondicherry, led us to other less-known facets. French cartographers mapped India with a specificity that is valid even today. Military activities extended across the country not just as French conquests but working with the armies of the former princely states. The French introduced European techniques that changed the course of military warfare in India. Although French influence in the erstwhile royal palaces of Kapurthala and personalities such as Claude Martin are well-known, our research into former French settlements like Karaikal, Yanam and Mahe found not only French urban designs still extant, but also highlighted the fact that French decorative elements found expression in vernacular housing and Indian architectural features became an intrinsic part of French colonial architecture. We felt it was important to publish vignettes of the more interesting and less-known aspects of this influence, all of which have become a part of India's rich cultural heritage and which we celebrate in the 50th year of India's independence.

 


 

 

The influence of French culture in India has been studied for many years. It has long been acknowledged that the French presence in India has had a major impact on the culture of the regions where they settled as well as elsewhere in the country, in less known and more subtle aspects. The book provides select examples where cross-cultural influences have endured.

The trajectory of India's history was frequently determined by centres of trade that affected the political scenario of the time and resulted in military initiatives necessary to consolidate power bases. French military influence, however, was not restricted merely to securing French trading posts. It extended from bringing European military techniques to the construction of fortifications in Indian independent states thus changing the vocabulary of warfare in India. More importantly, the French settlements in the country still retain the architectural essence of the 17th century and the cross-cultural influences of the time are still clearly evident. In the 50th year of India's Independence, we celebrate the adaptation and assimilation of global cultures over the centuries.

The Indian National Trust for Art and Cultural Heritage (INTACH) is a wholly autonomous body set up for the conservation and preservation of India's natural and cultural heritage. The society aims, with the participation of its membership, to create an awareness among the public for the preservation of this heritage, by acting as a pressure group when any part of it is threatened od endangered either out of private acts or public policy. As part of the effort to promote awareness, research and dissemination of information is a central part of its activities.

The Government of France, through the Office of the Counsellor for Scientific and Cultural Cooperation, has supported INTACH for the conservation and preservation of the Institut de Chandernagor and a two-year research programme on select aspects of the French presence in India.

Contents

Foreword H.E. the Ambassador of France in India, Claude Blanchemaison

List of Illustrations

Preface Amita Baig

Acknowledgements

I. Politics and Architecture in the French Settlements / Jean-Marie Lafont

II. French Military Influence in India / Gurbir Mansingh

III. Essays on Indo-French Architecture and Urbanism

        French Settlements in India / Kulbhushan Jain

        City Planning and Architecture in Pondicherry / Pierre Pichard

        Colonial Urbanism: A Cross-cultural Perspective on Pondicherry / K.T. Ravindran

        Select Bibliography

        Contributors

Contributors

Dr. Jean-Marie Lafont is a renowned scholar on Indo-French heritage and has published many books on the subject he is based in Delhi and has been associated with INTACH in its efforts to present Indo-French cross-cultural influences in the proper perspective.

Lt General Gurbir Mansingh served in the Indian army for more than 30 years. Since his retirement he resides in Delhi. Amongst his other interests, he has worked with INTACH towards a better understanding of the French military influence in India.

Prof. Kulbhushan Jain is a well-known conservation architect who has devoted more than 30 years of his professional life towards a better understanding of the wealth of cultural heritage in India. He is based in Ahmedabad, Gujarat, where through the AADI Centre, he spearheaded research on the historic cities of India. He has spent over a year researching the French settlements in India, with a view to understanding aspects of their architecture and urbanism.

Dr. Pierre Pichard, architect and member of the Ecole Francaise d'Extreme Orient since 1980, was resident in Pondicherry in 1990 when he worked in collaboration with INTACH on a seminar on the future of Pondicherry. His exhaustive work in this field has had a lasting impact on the city and its future development plans, which have paid cognisance to his recommendations.

Prof. K.T. Ravindran, head of the Department of Urban Planning at the School of Planning and Architecture, New Delhi, is dedicated to the cause of conservation in various regions of India and has spent many years researching the settlement of Pondicherry with a view to creating an approach for its conservation.

source : http://www.getindianbooks.com/index.php?p=sr&Uc=9438584043149721943

 

 

 

Repost 0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 20:20

source : http://www.historia.fr

 

Le 5 janvier 1895, dans la cour des Invalides, un adjudant brisait sur ses genoux le sabre du capitaine Dreyfus, qui pourtant clamait son innocence, et lui arrachait ses galons. Officier breveté, le capitaine Alfred Dreyfus (1859-1935), avait été condamné à la dégradation et à la déportation en Guyane par le conseil de guerre le 22 décembre 1894. Il avait été compromis par la découverte d’un « bordereau » contenant des renseignements et qu’il aurait transmis à l’attaché militaire allemand. Au départ, il ne s’agissait que d’une banale histoire d’espionnage. La véritable affaire, de nature politique, n’éclata que trois ans plus tard. Le frère de l’officier, Mathieu Dreyfus, et un journaliste, Bernard Lazare, entreprirent de démontrer l’inanité des accusations. En liaison avec le colonel Picquart, nouveau chef du Service de renseignements, ils eurent la conviction que le coupable était le capitaine Esterhazy, dont la réputation était détestable. Traduit devant un conseil de guerre, celui-ci fut triomphalement acquitté (janvier 1898).

La France se divisa alors en deux camps et l’affaire prit une allure politique et passionnelle. Le 13 janvier 1898, la lettre ouverte de Zola, J’accuse, publiée dans l’Aurore, réclama la révision. Le procès Zola provoqua une véritable émeute. Mais un nouveau document, le billet « Alexandrine », sembla accablant pour Dreyfus, jusqu’à ce que l’on constatât qu’il s’agissait d’un faux, le « faux patriotique », dira la droite, et dont l’auteur, le capitaine Henry, finira par se suicider. Après ce coup de théâtre, la révision devint inévitable.

Un second conseil de guerre, siégeant à Rennes, condamna cependant Dreyfus, revenu de l’île du Diable, à dix ans de réclusion, mais avec les circonstances atténuantes le 9 septembre 1899. Dix jours plus tard la remise de peine était accordée. Ce n’est que le 12 juillet 1906 que la Cour de cassation cassa le jugement de Rennes, réintégrant Dreyfus dans l’armée.

> Lire l'article dans son environnement original

 

 

 

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 19:53

source : http://www.herodote.net

 

Le 13 janvier 1898, Émile Zola publie une lettre ouverte au président de la République dans L'Aurore sous le titre «J'accuse».

André Larané

 
Zola engage sa réputation et sa liberté

Dans ce texte virulent qui occupe la première page du quotidien, le célèbre écrivain dénonce les manigances qui entourent le procès du capitaine Alfred Dreyfus, accusé à tort d'espionnage, et l'acquittement par le conseil de guerre, trois jours plus tôt, du capitaine Esterhazy, le vrai coupable.

Emile Zola Ce faisant, Émile Zola, riche et comblé d'honneurs, prend sciemment à 48 ans le risque de se faire arrêter et condamner pour diffamation publique.

Son article fait d'emblée l'effet d'une bombe. Dès le lendemain a lieu une «pétition des intellectuels» en soutien de l'écrivain. Cette pétition est une première dans l'Histoire de France.

Zola reçoit par ailleurs le soutien empressé de Georges Clemenceau, qui tient une chronique dans L'Aurore depuis que le scandale de Panama l'a exclu de la vie parlementaire.

Sincèrement indigné, le «tombeur de ministères»saisit l'occasion de faire sa rentrée politique en s'en prenant selon son habitude au gouvernement en place.

Le 23 février 1898, Émile Zola est traduit en cour d'assises et condamné à un an de prison. Mais l'affaire prend de l'ampleur et met l'opinion publique en ébullition.

 
La vérité éclate au grand jour

En août, coup de théâtre ! Le colonel Henry, qui a décrypté le bordereau à l'origine de l'Affaire, met au jour un nouveau document. Mais un examen minutieux révèle des anomalies...

Le 30 août, le colonel est convoqué par le ministre de la guerre auquel il avoue avoir «arrangé les choses». Emprisonné , il se suicide le lendemain dans sa cellule... grâce à la bienveillance de ses gardiens qui, contrairement aux usages, lui ont laissé de quoi se tuer (un rasoir).

Devant le scandale, le ministre est contraint à la démission et son remplaçant consent à la révision du procès de Dreyfus qui rentre enfin du bagne.

Dreyfus avec ses avocats Demange et Labori en 1899 Un procès se tient à Rennes dans une atmosphère houleuse.

Le 9 septembre 1899, la cour militaire reconnaît à nouveau Dreyfus coupable de haute trahison, mais le condamne seulement à dix ans de réclusion en raison de «circonstances atténuantes» (!).

Le président de la République Émile Loubet grâcie Dreyfus dès le 19 septembre mais l'ancien capitaine exige un acquittement complet.

 

Vers l'apaisement

L'émotion provoquée par l'Affaire concourt à la formation d'un bloc républicain et relance le principe d'une laïcisation complète de l'État, en latence depuis l'époque de Jules Ferry, vingt ans plus tôt. C'est ainsi que la loi de séparation des Églises et de l'État est enfin votée après d'ardents débats le 5 décembre 1905.

Enfin, le 12 juillet 1906, l'Affaire trouve son épilogue avec un arrêt de la Cour de Cassation qui casse le jugement du 9 septembre 1899. Dreyfus est définitivement innocenté. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur dans la cour de l'École militaire le 21 juillet 1906.

Picquart, que Clemenceau considère comme le véritable héros de l'Affaire car il a risqué sa carrière au nom de la justice et de l'honneur, est promu au grade de général et devient tout bonnement ministre de la Guerre dans le gouvernement du «Tigre» (surnom de Clemenceau).

L'Affaire sera close avec le transfert des cendres de Zola au Panthéon le 4 juin 1908.

 
Dreyfus, les intellectuels et l'antisémitisme

Dès la parution de J'accuse (1898), la bourgeoisie parisienne se divise très violemment en deux camps.

– Les dreyfusards dénoncent l'injustice faite à Dreyfus et l'acquittement inique d'Esterhazy. Ils placent la justice et les droits de l'homme au-dessus de l'honneur militaire et de la raison d'État.

Parmi les dreyfusards, on trouve non seulement des hommes politiques mais aussi des écrivains de renom. C'est le moment où l'on commence de parler des «intellectuels», non sans une nuance de mépris.

– Les antidreyfusards considèrent qu'il vaut mieux condamner un innocent plutôt que d'admettre que la justice militaire ait pu se tromper.

À une époque où chacun, à droite comme à gauche, ne rêve que de revanche sur l'Allemagne et de«guerre régénératrice», tout affaiblissement de l'Armée fait figure à leurs yeux de haute trahison.

Par le fait que Dreyfus est issu d'une riche famille israélite, le camp antidreyfusard ne tarde pas aussi à attiser un antisémitisme d'un genre nouveau, à la fois national et laïc. -

> Lire l'article dans son environnement original

 

 

Repost 0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 19:46

source : http://www.herodote.net

 

Le 5 janvier 1895, le capitaine Alfred Dreyfus est solennellement dégradé dans la cour de l'École Militaire, à Paris. Il a été condamné au bagne à vie pour haute trahison. L'«Affaire Dreyfus» commence un an plus tard avec la révélationde son innocence. Elle va secouer l'opinion publique en France et dans le reste du monde pendant plusieurs décennies.

André Larané.

 

Une condamnation sans histoire

L'affaire Dreyfus débute comme une banale affaire d'espionnage par la découverte en septembre 1894 d'un bordereau contenant des secrets militaires et adressé à l'ambassade allemande.

Le capitaineAlfred Dreyfus (35 ans) est très vite accusé d'en être l'auteur sur la foi d'une analyse graphologique truquée. Issu d'une riche famille israélite d'origine alsacienne, cet officier d'état-major est arrêté dès le 15 octobre 1894 sous l'inculpation de haute trahison. Il échappe à la guillotine en vertu d'une loi qui a aboli la peine de mort pour les crimes politiques. C'est ainsi qu'il part pour l'île du Diable, en Guyane.

Personne en France ne doute alors de sa culpabilité... Personne sauf sa femme Lucie et son frère Mathieu qui vont remuer ciel et terre pour obtenir sa libération.

 
Le doute s'installe

Tout se corse en mars 1896. Le lieutenant-colonel Georges Picquart, qui dirige le service de renseignements, découvre que l'auteur du bordereau est en vérité le commandant Charles Walsin-Esterhazy. Ayant fait part de ses doutes au chef de l'état-major, il est réduit au silence par un limogeage en Tunisie.

En octobre 1896, le colonel Henry, des services secrets, désireux d'écarter les soupçons d'Esterhazy, produit un nouveau bordereau qui accable Dreyfus. On apprendra plus tard qu'il s'agit d'un faux document !

Entre temps, la famille du capitaine Dreyfus fait appel au journaliste Bernard-Lazare pour chercher des motifs de réviser le procès.

Enfin, le 14 novembre 1897, lesénateur de Strasbourg Auguste Scheurer-Kestner, lui aussi convaincu de l'innocence de Dreyfus, publie une lettre où il annonce des faits nouveaux. Le lendemain, Mathieu Dreyfus ne s'embarrasse pas de précautions et dénonce Esterhazy comme le véritable auteur du bordereau.

 
Le patriotisme contre les principes

Le 11 janvier 1898, Esterhazy, qui a lui-même demandé à être jugé, estacquitté par un conseil de guerre et c'est le lieutenant-colonel Georges Picquart qui fait les frais du procès. Accusé de faux, il est emprisonné et chassé de l'armée !

À Paris, chacun prend parti et l'Affaire prend vite un tour politique :

– il y a d'un côté ceux qui considèrent qu'on ne transige pas avec les principes et que Dreyfus, comme tout citoyen a droit à un procès équitable ; ce sont les «dreyfusards». Parmi eux beaucoup de pacifistes de gauche et des idéalistes de droite comme Charles Péguy.

– de l'autre côté, les «antidreyfusards»considèrent que l'intérêt national prime par-dessus les droits de la personne ; face à l'«ennemie héréditaire»(l'Allemagne), il n'est pas question de porter atteinte au moral de l'armée avec un procès en révision de Dreyfus, que celui-ci soit innocent ou pas ! L'origine israélite et bourgeoise de Dreyfus attise les passions et l'antisémitisme vient au secours d'un patriotisme dévoyé.

Le dénouement

Le 13 janvier 1898, coup de théâtre avec la publication d'un article incendiaire, intitulé J'accuse...et signé par le célèbre écrivain Émile Zola. Tout y est dit des mensonges et des compromissions des autorités. L'auteur doit s'exiler pour ne pas être emprisonné.

Mais il n'est plus possible au gouvernement d'en rester là. Dreyfus revient du bagne. Il est à nouveau jugé, condamné à dix ans de prison et aussitôt grâcié par le Président de la République. Le dénouement a lieu le 12 juillet 1906 avec sa réhabilitation par la Cour de Cassation.

 

De l'Affaire à Israël

Parmi les nombreuses conséquences de l'Affaire Dreyfus en France et dansle monde, notons celle-ci : Un jeune journaliste hongrois d'origine juive, Theodor Herzl, suit l'Affaire dès le premier procès de Dreyfus. Révolté par l'antisémitisme français, il en conclut à la nécessité de créer un État juif pour accueillir ses coreligionnaires et publie un livre pour les en convaincre. Israël est ainsi né de l'injustice faite à Dreyfus.

> Lire l'article dans son environnement original

 

 

Repost 0
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 20:41
Allocution du centenaire de J’accuse de Zola
au Panthéon
13 janvier 1998


Discours prononcé par Lionel Jospin, (Premier ministre) le 13 janvier 1998 lors de la cérémonie solennelle de célébration du centenaire de la parution dans l'Aurore de la lettre ouverte au Président de la Rébublique : J'Accuse, par Émile Zola, à propos de la condamnation du capitaine Dreyfus, au Panthéon de Paris.

 


 

 

Madame la ministre,
Monsieur le Premier Président honoraire,
Mesdames, Messieurs,

En publiant dans L'Aurore, le 13 janvier 1898, une lettre ouverte au Président de la République, Émile Zola provoquait l'un de ces événements dont l'ampleur et la signification justifient que la République, afin d'en mieux conserver le souvenir, leur consacre une commémoration solennelle.

Aujourd'hui, la République entend rappeler les contours d'un épisode fondateur dans l'Histoire de notre pays ; elle souhaite rendre un nouvel hommage à ceux qui en furent, autour de Zola, les acteurs courageux ; et elle s'efforce de maintenir vivant le sens universel qui ne doit pas cesser d'en émaner.

Lorsqu’Émile Zola fait paraître « J’Accuse », « l'épouvantable déni de justice dont la France est malade », selon sa formule, vient d'atteindre son paroxysme.

Un patriote convaincu, dont la famille avait fui l'Alsace après la débâcle de 1870 pour demeurer au sein du pays aimé - la France -, a été banni loin d'elle. Un capitaine brillant, polytechnicien, qui, sorti dans les tout premiers rangs de l'Ecole supérieure de guerre, s'apprêtait à intégrer l'état-major de la Défense nationale, a été chassé de l'armée. Un homme, dont le parcours était l'illustration parfaite de la volonté républicaine d'intégration et d'ascension sociale, a été brisé. Et pourtant cet homme est innocent.

Depuis trois années déjà, Alfred Dreyfus croupit dans le bagne de l’Ile du Diable, au large de Cayenne, en Guyane. Et pourtant cet homme est innocent.

Ainsi en a-t-il été décidé, à l'unanimité, le 22 décembre 1894, par un conseil de guerre, réuni à huis clos, sur le vu d'une pièce secrète qui n'est communiquée ni à l'accusé, ni à sa défense. Reconnu coupable « d'avoir livré à une puissance étrangère un certain nombre de documents secrets ou confidentiels intéressant la défense nationale », Alfred Dreyfus est condamné à la déportation à vie. Et pourtant cet homme est innocent.

Avant de gagner son lieu de souffrance, il doit subir, le 5 janvier 1895, dans la grande cour de l'Ecole militaire, la dégradation militaire. Face à l'humiliation, Dreyfus clame son innocence, son dévouement à l'armée, son amour de la France. Mais la foule, hurlante, couvre son propos de ses cris : « Mort aux juifs ! A mort Judas ! ».

Car le capitaine Dreyfus était juif.

Or, dans la France de ce XIXeme siècle finissant, l'antisémitisme est partout, se nourrissant du flot d'insultes, de calomnies et de caricatures abjectes chaque jour épandues par la presse, alors très largement antidreyfusarde. Son influence sur l'opinion est considérable : c'est par millions d'exemplaires, chaque jour, que Le Petit Journal, Le Petit Parisien, avec tant d'autres titres, accablent le capitaine Dreyfus. C'est avec une hargne chaque jour renouvelée que La Libre Parole de Drumont, ou L’Intransigeant de Rochefort, clament qu'un juif, fût-il français, ne peut être qu'un traître en puissance. Aux antipodes de l'idéal républicain, l'antisémitisme défigure la Nation en termes racistes.

Et pour l'heure, assurément, l'antisémitisme triomphe. Présent dans la cour de l'Ecole militaire, l'un de ses chantres les plus acharnés, Léon Daudet, dépeint Alfred Dreyfus comme «n'ayant plus d’âge, plus de teint, couleur traître. Sa face est terreuse, aplatie et basse, sans apparence de remords, étrangère à coup sûr, épave de ghetto ».

La presse nationaliste se déchaîne et dénonce le « complot juif» afin de mieux étouffer les rares voix qui s'élèvent, au cours des mois qui suivent, pour clamer l’innocence du capitaine Dreyfus. Ces voix, ce sont celles, isolées encore, de Lucie, la femme du condamné, de Mathieu, son frère, puis de l'écrivain Bernard Lazare, bientôt rejoints par le sénateur Scheurer-Kestner et par le commandant Picquart -lequel, seul contre tous au sein de l'armée, refuse de couvrir les faux qui accablent Dreyfus. Leurs appels aux autorités de l'Etat, en vue d'engager la révision du procès, restent vains.

Ce ne sont que quelques voix de raison, noyées dans le vacarme antisémite. C'est peu. Mais pour l'honneur de notre pays, quelques hommes décidés, à la conviction sans faille, à la volonté sans limite, rejoignent le cercle des «dreyfusards» : Charles Péguy, Jean Jaurès, Lucien Herr, le jeune Léon Blum et, bien sûr, Georges Clemenceau, qui, après s'être un temps laissé abuser par les mensonges antidreyfusards, a mis son énergie au service de la vérité.
Pourtant, le 11 janvier 1898, le sommet de l'injustice est atteint. Alors que les dreyfusards ont accumulé des preuves accablantes à l'encontre du comte Ferdinand Esterhazy, celui-ci est acquitté à l'unanimité.. En dépit des faits, la justice militaire n'entend pas revenir sur la chose jugée : l'honneur de l'armée ne saurait, selon elle, être demi. Esterhazy innocent, Dreyfus ne peut qu'être coupable.

Alors, quand tout semble perdu, un homme se dresse. A ce qui semble être la fatalité, il oppose la capacité irréductible qu’a l’Homme de s'opposer. Zola, dans L'Aurore, publie son «J’Accuse... ! » - le cri d'une conscience révoltée.

Ce qui se produit alors, le 13 janvier, personne sans doute ne l'a mieux exprimé que Léon Blum, en 1935, dans ses Souvenirs sur l’affaire : « Nous étions là, atterrés, désespérés, quand l'aspect des choses changea soudain. Un poing énergique venait de briser les vitres dans cette chambre verrouillée où la cause de la révision était vouée à l'asphyxie».

Véritable coup de tonnerre, ce «J’Accuse » l'est à plus d'un titre. En raison du prestige, immense, de son auteur, parvenu au faîte de sa gloire littéraire. En raison de sa cible, choisie avec un courage et un sens politique peu communs - le Président Félix Faure lui-même. Par la force des mots - qui dénoncent, implacables et cinglants, « un prodige d'iniquité », « une souillure sur la joue de la France ». Et par l'audience considérable que lui confère la diffusion, ce jour-là, de 300 000 exemplaires de L'Aurore. « La vérité est en marche et rien ne l'arrêtera », écrit Zola dans cette lettre. L'Histoire lui a donné raison.

Il ajoutait : « C'est aujourd'hui seulement que l'affaire commence ». Mais elle durera encore huit longues années traversées d'un esprit de guerre civile opposants les partisans de la Ligue des Droits de l'Homme - fondée au mois de juin de cette année 1898 à cette occasion - à ceux des ligues nationalistes. Zola, qui a tant fait pour que soit rétablie la justice, mourra sans connaître le dénouement final : non la loi de 1900 qui amnistia, sans distinction aucune, tous les protagonistes de l'Affaire - qu'il dénonça comme une « loi de faiblesse, loi d'impuissance » -, mais la réhabilitation entière et totale d'Alfred Dreyfus, permise par la décision de la Cour de Cassation du 12 juillet 1906.

Ce dénouement doit beaucoup au geste inouï du 13 janvier 1898.

« Mon devoir est de parler. écrit Zola, je ne veux pas être complice. Je la crierai, cette vérité, de toute la force de ma révolte d'honnête homme ».

Exprimer de façon aussi radicale sa révolte, aller ainsi à l'encontre de l'opinion dominante, affronter les plus hautes autorités de l'Etat et de l'Armée -mieux, les accuser de mensonge : tout cela est très risqué. Zola le sait. Et Zola hésite. Zola, aussi grand qu'il fût, n'était qu'un homme - et comme tout homme, il n'échappe pas à la peur. Mais Zola se décide. Zola assume : « En portant ces accusations, je n'ignore pas que je me mets sous le coup des articles 30 et 31 de la loi sur la presse du 29 juillet 1881, qui punit les délits de diffamation. Et c'est volontairement que je m'expose ».

La formule ne manque pas de panache - et pourtant elle ne décrit que modestement le gouffre que Zola choisit, en conscience, d'affronter. Léon Blum, en 1935, le rappelle : Zola « ne s'exposait pas seulement par métaphore, il exposait réellement sa personne ; il appelait sur lui l'attentat, la prison, l'exil. »

Celui à qui la plume avait tout apporté - la gloire, l'admiration ou l'envie de ses pairs, la richesse matérielle - choisit, par la plume, de tout remettre en jeu. Fort d'une seule passion, «celle de la lumière, au nom de l'humanité qui a tant souffert», Émile Zola décide de marcher vers son procès, le procès qui permettra mécaniquement -il le sait, et c'est là son but, de revenir sur l'Affaire que les antidreyfusards croient enterrée sous leur mensonge.

Comme il l'avait prévu, comme il l'avait souhaité, Zola comparaît au mois de février 1898 devant la Cour d'Assises. Il est condamné pour diffamation à un an de prison, qu'il n'évite qu'en choisissant l'exil. Il gagne l'Angleterre où, jusqu'en juin 1899, il réside ; il n'est plus, dans le petit hôtel qui l'accueille, que « Monsieur Pascal ». Il a quitté sa famille, ses proches, son confort, mis en danger sa situation matérielle, interrompu sa carrière littéraire. Il est suspendu de l'ordre de la Légion d'honneur. Ses biens parisiens sont saisis et vendus. Dans les Pages d'exil publiées après sa mort, il décrit « ces semaines affreuses », au long desquelles il « désespère d'un pays où la justice semblerait décidément morte ». Il en vient même à se demander si son pays, la France, «saura jamais quelque gré à ceux qui l'ont sauvé de la honte».

Le 19 mars 1908, alors que Georges Clemenceau était Président du Conseil, la Chambre des députés vota le transfert des cendres d'Émile Zola au Panthéon. A cette cérémonie, qui se tint, ici même, le 5 juin 1908, assistait un homme prématurément vieilli et que l'émotion étreignait plus que tout autre : il s'appelait Alfred Dreyfus.

Aujourd'hui, la République renouvelle à Zola cet hommage parce que son engagement au cœur de l'Affaire Dreyfus a permis que celle-ci ne soit pas qu'une ténébreuse affaire judiciaire. Après le «J’Accuse » de Zola, l'Affaire enfla au point d'éclater en une affaire d'Etat qui, par les clivages essentiels qu'elle mit à jour et les rassemblements qu'elle facilita, fut un épisode déterminant dans l'affermissement de la République.


Émile Zola, en effet. ne défend pas qu'un capitaine, juif, nommé Alfred Dreyfus, même s'il mesure à quel point l'ascendance du militaire alsacien a pesé dans sa condamnation. Ce qui lui est intolérable, c'est l'injustice faite à un homme -c'est-à-dire, l'injustice faite à tous les hommes.

Le 13 janvier 1898, en effet, Alfred Dreyfus n'est plus seulement l'officier d'état-major dont l'honneur a été bafoué pour protéger un autre. Dreyfus, pour reprendre le mot de Jean Jaurès, devient « l'humanité elle-même au plus haut degré de misère et de désespoir qu'on puisse imaginer ». Dreyfus devient, malgré lui, sans qu'il le sache, isolé qu'il est à des milliers de kilomètres, le symbole de l'injustice et de la misère qui peuvent frapper tous les hommes et qu’Émile Zola, à travers la nouvelle Comédie Humaine que constitue l'imposant cycle des Rougon-Macquart traque, décrit et dénonce sans relâche.

Émile Zola, à travers cet homme, ne se contente pas, même, de défendre tous les hommes. Il défend un idéal universel : la justice. Il crie son rejet de la raison d'Etat qui broie l'individu, de ces «pratiques de basse police, [ces] mœurs d'inquisition et de tyrannie, le bon plaisir de quelques galonnés mettant leur bottes sur la nation, lui rentrant dans la gorge son cri de vérité et de justice, sous le prétexte menteur et sacrilège de la raison d’Etat ! »

Émile Zola, enfin, au-delà de cet idéal, prend la défense de la République. Pas de République sans justice. L'une est consubstantielle à l'autre. Pour Zola et les siens, commettre une injustice, ou la laisser commettre, ou encore ne pas la combattre lorsqu'elle est avérée, c'est trahir la République. Et c'est trahir la France, qui porte en elle, depuis 1789, cet idéal qui en est devenu indissociable au point que lorsqu'un Drumont attaque Dreyfus, c'est l'âme de la France qu'il blesse.

Le 13 janvier 1898, la République était bien en péril. Dévoyant l'héritage de 1789, ses institutions entendaient s'accommoder « de la plus ineffaçable des taches», menaçant, par cette compromission, de précipiter leur propre décomposition. Le « J’Accuse » de Zola fait passer l'Affaire du particulier à l'universel. Un universel dans lequel les républicains sincères se sont reconnus, autour duquel ils se sont rassemblés, au nom duquel ils ont repoussé, avec le cabinet de « Défense républicaine » de Waldeck-Rousseau, puis avec Clemenceau, plus tard encore avec Blum, les forces conservatrices et les factions extrémistes. Ils ont consolidé la Troisième République - afin d'ancrer, dans notre pays, la République même.

Le 13 janvier 1898, Émile Zola, avec lucidité et courage, engagea ce sursaut salutaire. Par son geste, il rejoint Voltaire défendant Calas, il réveille les consciences, il entraîne avec lui des responsables politiques toujours plus nombreux. Il incarne la figure, si essentielle dans notre histoire, si universelle, aussi, de «l'intellectuel ».

Qui, en effet, pousse ce cri : « J’Accuse... ! » ? Pas un homme politique ; pas un journaliste ; pas même un avocat. Mais un romancier, à qui Brunetière, directeur de La Revue des deux Mondes, reproche immédiatement son ingérence : «L'intervention d'un romancier, même fameux, dans une question de justice militaire, m'a paru aussi déplacée que le serait, dans la question des origines du romantisme. l'intervention d'un colonel de gendarmerie ».

Ce sursaut d'une conscience individuelle est porté par un organe de presse, d'une presse indépendante, animée par la conscience aiguë de sa responsabilité politique au sein de la Cité, et non manipulée par les intérêts de l'argent. L'Aurore, en 1898, ne fut-elle pas pour Zola, comme il le dit lui-même, « l'asile, la tribune de liberté et de vérité » ? La République continue d'avoir besoin de telles tribunes.

Relisons Pierre Mendès-France : « Elle fait notre fierté, cette lignée d'écrivains et de penseurs qui ont su dédaigner les lauriers, les fleurs et l'encens, faire le don de leur repos et de leur sécurité, se placer à la pointe du combat contre la raison d’Etat, la haine de race et de la pitié, parce qu’ils ont pensé comme Zola : « Mon devoir est de parler. Je ne veux pas être complice, mes nuits seraient hantées ».

Cette lignée ne s'est pas interrompue. Un siècle après l'Affaire, elle doit se poursuivre. Car Zola, dans «J’Accuse», constatait avec un pessimisme que je sais raisonnable : «Les causes si profondes qui ont aveuglé [le pays], ces causes ne peuvent disparaître en un jour ».

Cet appel à la vigilance, tous les républicains doivent le faire leur. Chaque citoyen, s'il ne veut voir resurgir ces appels à la haine qui appartiennent à un autre âge, doit conserver à l'esprit cette pensée de Pascal, si simple et si exigeante, à laquelle Zola attachait tant de prix : « Il ne faut pas dormir ».

Zola n'a pas cessé de veiller. Il l'a fait au risque de choir de ce sommet de la République des lettres qu'il avait atteint, par un labeur quotidien, s'arrachant de la misère où l'avait plongé la mort précoce de son père. Or, non seulement Zola n'a pas quitté ce sommet prestigieux, mais son geste courageux, l'a fait entrer là où sont rassemblés les femmes et les hommes auxquels la Patrie, auxquels la République, auxquels la France doit tant - le Panthéon.

Lors de l'enterrement de Zola, le 5 octobre 1902, le seul Académicien qui ait rejoint les rangs dreyfusards, Anatole France, prononça une oraison funèbre restée dans les mémoires. «Zola, dit-il, n'avait pas seulement révélé une erreur judiciaire, il avait dénoncé la conjuration de toutes les forces de violence et d'oppression unies pour tuer en France la justice sociale, l’idée républicains et la pensée libre. Sa parole courageuse avait réveillé la France. Les conséquences de son acte sont incalculables. Elles se déroulent aujourd'hui avec une force et une majesté puissantes. Elles ont déterminé un mouvement d'équité sociale qui ne s'arrêtera pas. Il en sort un nouvel ordre de choses fondé sur une justice meilleure et sur une connaissance plus profonde des droits de tous. Zola a bien mérité de la Patrie en ne désespérant pas de la Justice en France. »

Et Anatole France de conclure, chacun s'en souvient : «Zola fut un moment de la conscience humaine».

Ce moment de la conscience humaine, il revient à chaque républicain de s'en montrer digne.

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : French Influence
  • : Cher visiteur (é)perdu, bienvenue sur le blog de French Influence. Il est question ici de la France et de son rapport au monde. Il est question de la France, pour l'amour du pays, par les yeux du monde
  • Contact