Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 17:35

source : http://www.nytimes.com/

 

At the present time, when the cotton culture of the world is seeking an entirely new develop ment, and science is testing the capacities of various soils in every quarter of the globe, it may be of interest and importance to the public at large to examine one very striking source of supply which seems destined to immense productiveness. We refer to Egypt, where the famous Jumel cotton is making such rapid strides. The origin even of the name thus given to the North African commodity is scarcely understood by the vast majority of traders and consumers. The new Egyptian journal recently established under the name of the Isthmus of [???] contains many valuable statistics in reference to this article, and a full narrative of its late rise and progress in the annals of commerce, which we epitomize for the benefit of our readers.

The cultivation of cotton in Egypt is entirely of modern origin. It dates back no further than the reign of MEHEMET ALI, when a certain Monsieur JUMEL, an active and enterprising Frenchman, discovered in a fine garden at Cairo belonging to a Bey named MAKO, some neglected cotton plants which had been placed there merely as objects of curiosity and embellishment. He examined them carefully, and was struck with the facility with which they adapted themselves to the soil and quickly became acclimated, and, after many observations and experiments, became convinced that the cultivation of the staple might be easily propagated throughout Lower Egypt. He finally communicated this idea to MEHEMET ALI, who was delighted with it, and lost no time in furnishing the means to put the project of M. JUMEL in execution. The difficulties encountered at first were enormous. The subject was entirely new in that region, and a foundation for the various departments of the labor to be applied had to be created as it were. Persons skilled in the culture were imported, working hands were instructed, the soil prepared and drained, and, after some failures, finally success crowned the zealous efforts that were made. And when success came, it was neither stinted nor uncertain, but burst, as it were, into full bloom at once. The cotton thrived, spread from point to point over the land, and the conjectures and experiments of the Frenchman, at length, gave to Egypt the principal source of revenue enjoyed by her at the present time.

Notwithstanding all that he had done, however, poor JUMEL received no other special benefit than the application of his name to the Egyptian cotton, known in France and in Egypt itself as the Jumel cotton. But even this satisfaction was not to be left to him without a contest, for the English, with their immemorial jealousy of every title to glory won by their neighbors in France, even when it should bring only honor, disputed, or, at least, strove to ignore the title. They gave to the new cotton the name of the Bey in whose garden JUMEL had first seen the plants that suggested the enterprise, and gave it the title of "The Mako Cotton." Under this appellation it has since become most extensively known and used in many portions of the earth.

The Jumel cotton -- for we give it the true and just title -- is the kind that grows particularly in Lower Egypt. But there are still other kinds that borrow their names from the various localities in which they are produced. These, too, are numerous, but the most noted species are the Tayoum, Sennaar and Said cottons, which come from different portions of Upper Egypt. In fact, the cultivation of this article throughout all that vast division of the North African Continent, has received an impulse that promises to make it one of the chief products of a land that teems with many of the richest treasures for the use of mankind.

It is important here to note especially the progress of this Egyptian culture in the later day. The field at opens is so vast, and the promise of the future so brilliant, that the incipient steps of this new advance in the comforts of civilization must awaken the deep attention of every inquiring and enterprising mind.

> Lire la suite de l'article

Repost 0
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 17:22

source : wikpedia

 

Portrait du Docteur Clot-Bey, Antoine-Jean Gros, 1833, Musée de Grenoble.

 

Mr. Tourneau, français au service du pacha d’Égypte Méhémet Ali, était venu à Marseille pour recruter des instructeurs et des médecins pour procéder à la modernisation du pays. Antoine Clot décide de tenter l’aventure et s’embarque le 21 janvier 1825. Son contrat prévu pour 5 ans se prolongera jusqu’en 1849.

Dès son arrivée Clot soigne Méhémet Ali et le guérit d’une gastro-entérite ; il devient son médecin attitré et son ami. Mais l’état sanitaire du pays est déplorable, la médecine ne s’étant pas développée. La tâche est immense. Antoine Clot crée tout d’abord un Conseil de Santé ainsi qu’un service sanitaire militaire. Il décide de créer un gigantesque complexe hospitalier à Abu Za Bal. Il crée également une école de médecine ; les enseignants étant européens, il adjoint à chacun d’eux un traducteur en langue arabe. Il contourne les problèmes religieux que pose la dissection des corps humains en utilisant les cadavres d’esclaves non musulmans. Il fait transférer l’école de pharmacie du Caire à Abu Za Bal.

Les épidémies sévissant fréquemment en Égypte, le docteur Clot introduit la vaccination antivariolique. L’année 1831 est marquée par une terrible épidémie de choléra qui fait 35 000 morts au Caire. Il se dévoue sans compter et obtient le grade de Bey, titre qu’il ajoutera à son nom.

En 1832 il arrive non sans mal à fonder une école de sages-femmes. Il est envoyé en France avec douze de ses meilleurs élèves afin de compléter leur formation ; il assure également une mission officieuse auprès de Louis-Philippe Ier au sujet de la Syrie.

En 1835 une épidémie de peste se déclare. Clot-Bey se dévoue totalement à la lutte contre cette maladie et Méhémet Ali le nomme à cette occasion, général. Très fatigué il demande un congé pour se rendre en France. A Marseille il épousera à 47 ans, Charlotte Gavoty, fille d’un riche négociant. Au cours de ce séjour il fera paraître son livre « Aperçu général sur l’Égypte ». Il revient au Caire en 1840 et continue de s’occuper de santé publique. En 1848 Méhémet Ali abdique en faveur de son fils Ibrahim qui meurt malheureusement très peu de temps après. Son neveu, Abbas Hilmi lui succède. Celui-ci rejette toute modernisation de son pays et supprime les institutions mises en place par son grand père. Clot-Bey est en disgrâce et rentre à Marseille en avril 1849. Abbas Hilmi est assassiné et son successeur, Mohammed Saïd rappelle Clot-Bey. Malgré sa fatigue Clot-Bey retourne au Caire en novembre 1854 et retrouve ses fonctions d’inspecteur général de la santé. En 1858 il retourne définitivement à Marseille.

> Lire l'article dans son environnement original

Repost 0
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 17:02

source : THE YALE JOURNAL OF BIOLOGY AND MEDICINE 48, 251-257 (1975)

 

GERARD N. BURROW

Department of Internal Medicine, Yale University School ofMedicine, 333 Cedar Street, New Haven, Connecticut 06510

Received March 27, 1975

 

nullThomas Wakely provided the only description in English about Antoine-Barthelemy Clot, better known as Clot-Bey, in a Medical Portrait in Lancet in 1833. In his introduction he stated: "If then we are to appreciate the character of Clot-Bey, either by the vastness, the value, or the peculiarity of his labours, we must at once place him in the first rank of the most eminent practioners of medicine of the existing era." This accolade was especially directed toward his founding an entire system of Western medical practice in Egypt over a 7-yr period. During this time he had been able to establish a military medicine service and public health service as well as a medical school at Abou-zabel which had trained over 150 physicians including a native faculty.

 

Egypt at the time was part of the crumbling Ottoman Empire. However, Napoleon Bonaparte's incursion had been the basis for a continuing French influence. In 1798 Napoleon's expedition to Egypt embarked from Toulon with the objective of conquering Egypt, ousting the British from India, and, on the return trip, crushing the power of the Sultan. From a military point of view the foray was a disaster. However, the expedition directly affected the lives of two obscure individuals, one of whom, Mohammed Ali, was to found the last Egyptian dynasty, and the other, Antoine Clot, was to become a world-renowned physician.

 

> Lire la suite de l'article (PDF 7 pages)

 

 

 

Repost 0
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 21:49

source : http://www.academie-francaise.fr/

 

null

 

De Bonaparte à la Francophonie
par M. Alain Decaux

SÉANCE PUBLIQUE ANNUELLE
DES CINQ ACADEMIES
le mercredi 10 juin 1998

PARIS PALAIS DE L’INSTITUT

 

     n 1953, un Égyptien publie un ouvrage appelé à un retentissement immense. Il traite du présent et de l’avenir de son pays mais aussi du passé. Logiquement, il évoque les années 1798 et 1799, marquées par l’incursion de l’armée française. L’expédition de Bonaparte, écrit-il, " brisa les chaînes forgées par les Mongols ; des idées nouvelles se firent jour, nous ouvrant de nouveaux horizons. Mohammed Ali voulut continuer la tradition des Mamelouks tout en s’adaptant aux nécessités de l’heure et en tenant compte de l’état d’esprit créé par les Français. C’est ainsi que, sortant de notre isolement, nous reprîmes contact avec l’Europe et le monde civilisé. C’était le début de la renaissance ".

     L’ouvrage s’intitule Philosophie de la révolution. L’auteur se nomme Gamal Abdel Nasser.

     Quand, sur proposition de Talleyrand, l’expédition d’Égypte fut décidée par le Directoire, Bonaparte, nommé commandant en chef, se tourna vers l’Institut auquel il appartenait non sans fierté. Il spécifia que, militaire dans son principe, l’expédition – et nous découvrons ici une exception sans doute unique dans l’histoire – devait également contribuer à " l’avancement des sciences et des arts ".

     C’est ainsi que l’on a engagé des astronomes, des chimistes, des archéologues – on disait alors antiquaires –, des peintres, des zoologistes, des botanistes, des chirurgiens, des médecins, des pharmaciens, des écrivains, des économistes, des imprimeurs...

     Quand, le 19 mai 1798, la flotte française quitte Toulon, elle n’emporte pas seulement des soldats, des canons et des fusils, mais 167 " lettrés civils ", dûment recensés par le payeur général de l’armée, et que les militaires vont surnommer, non sans humour, " les ânes ".

     À peine débarqués en Égypte, tous se mettent au travail. L’Institut d’Égypte est créé au Caire sur le modèle de l’Institut de France. Certes, il se donne pour tâche de percer les mystères de l’ancienne Égypte mais ses membres, en peu de mois, font tourner des moulins à vent, édifient des filatures de laine et de coton, créent des manufactures de draps, des fabriques de papier, voire une fonderie de caractères d’imprimerie nécessaires à la publication du Journal de l’Égypte et d’une revue scientifique. Le quinquagénaire Dom¹nique-Vivant Denon court le pays pour dessiner et prendre des notes. Le résultat sera un ouvrage jamais égalé, la Description de l’Égypte.

     Qui l’ignorerait ? C’est d’Égypte que – premier vol de l’Aigle – Bonaparte s’est embarqué pour conquérir le pouvoir en France. Ce sera chose faite le 19 brumaire an VIII. Dès lors, l’expédition était promise au désastre. Ce qui arriva. Cependant, dès 1801, le même Bonaparte signe avec l’Empire ottoman un traité qui rétablit les Français d’Égypte dans leurs anciens droits. Deux consuls, Lesseps et Drovetti, viennent prendre leur poste parmi des Égyptiens en révolte contre l’autorité séculaire du sultan de Constantinople. Ils ne tardent pas à distinguer un chef militaire, Mohammed Ali. Paradoxe : c’est en combattant les troupes de Bonaparte que celui-ci a conçu envers les Français estime et admiration. Les Anglais veulent-ils prendre pied en Égypte ? Les conseils de Lesseps et Drovetti aident l’armée égyptienne à les repousser. Libéré du joug ottoman et devenu vice-roi d’Égypte, Mohammed Ali n’oubliera jamais. Il répétera volontiers qu’il est né " dans le même pays qu’Alexandre et la même année que Napoléon ".

     Il rêve d’une armée conçue à l’européenne. C’est un Français qu’il charge de l’organiser : Joseph-Anthelme Sève qui deviendra Soliman pacha. Le docteur Clot, autre Français, fait surgir de la terre des pharaons un hôpital militaire qu’il double d’une école de médecine. À Linant de Bellefonds vont les grands travaux et l’irrigation. Pascal Coste creuse le canal qui va relier Alexandrie au Nil. Grâce à une utilisation inédite de la fibre de coton, Jumel donne à l’exportation textile un développement nouveau. Il s’agit de la première forme de ces échanges matériels et intellectuels qui, jusqu’à nos jours, marquent les relations franco-égyptiennes. Mohammed Ali accorde sa confiance à des Français mais ceux-ci exaltent en France la renommée de l’Égypte. Partout on chante les louanges du vice-roi. Victor Hugo décrète : " Cet homme de génie... est à Napoléon ce que le tigre est au lion. "

     Imagine-t-on, dans un tel climat, l’effet qu’a pu susciter, en 1828, l’arrivée de Champollion en Égypte ?

     Entre tous ceux qui, depuis des siècles, s’acharnaient à déchiffrer l’écriture oubliée des anciens Égyptiens, un homme seul y est parvenu : Jean-François Champollion. Et voici que, sur une felouque, il remonte le Nil. Voici que, de partout, les fellahs accourent sur les bords du grand fleuve pour apercevoir (ne serait-ce qu’un instant) celui qui sait, répètent-ils, " lire l’écriture des vieilles pierres ".

     L’attachement sans limite que les Français vont désormais manifester envers l’Égypte – on parlera d’égyptomanie – doit beaucoup à Champollion : n’a-t-il pas conseillé à Charles X d’ériger, sur la place de la Concorde, l’un des obélisques de Louxor offert par Mohammed Ali ? N’a-t-il pas, avant de mourir prématurément, mis en place pratiquement toutes les institutions – notamment les salles égyptiennes du musée du Louvre – qui vont permettre à la France de se situer à l’avant-garde de l’égyptologie ?

     Le 7 novembre 1854, Ferdinand de Lesseps, âgé de quarante-neuf ans, débarque à son tour dans cette Égypte qu’il connaît bien. Son père y a joué un rôle déterminant, lui-même y a été consul et s’est lié avec l’un des fils de Mohammed Ali, Saïd. Or Saïd est maintenant vice-roi. Au cours d’une promenade dans le désert, il va accorder à son ami la concession du canal de Suez auquel Lesseps rêve depuis longtemps. Comme l’a écrit M. Robert Solé, auteur d’un ouvrage remarquable, L’Égypte, passion française : " Dans un camp de fortune, en plein désert, deux hommes viennent de décider de changer la carte du monde. "

     L’épopée du canal de Suez est faite d’une persévérance qui confine à l’héroïsme, mais aussi de sang et de larmes. Cependant que l’on perçait l’isthme, la France a vécu à l’heure égyptienne tandis que l’Égypte se mettait à l’heure française. Les conceptions, la technique étaient françaises, mais les bras de ceux qui ont permis à deux mers de se rejoindre étaient égyptiens. La volonté, elle, vint du Caire et de Paris. C’est pour répondre au souhait du souverain égyptien que, le jour de l’inauguration, sur son yacht L’Aigle, l’impératrice Eugénie a pénétré la première en mer Rouge, escortée par une nuée de souverains accourus de toute l’Europe.

     Quelques années plus tard, l’armée anglaise viendra, comme on dit, assurer l’ordre en Égypte. Non sans surprise, les diplomates étrangers constateront que les Français restent solidement implantés aux finances, à la justice et aux travaux publics. Les régiments britanniques campent sur les bords du Nil mais, au Caire, la presse de langue française tient le haut du pavé : le Courrier d’Égypte, le Journal du Caire, la Bourse égyptienne, le Progrès égyptien. Un comble : l’Egyptian Gazette, quotidien de langue anglaise, se voit obligé, pour garder ses lecteurs, de publier la moitié de ses pages en français C’est en français que, la plupart du temps, on plaide devant les juges des tribunaux mixtes.

     Le début du XXe siècle marque l’apothéose du système d’enseignement français. En 1908, les écoles françaises accueillent le sixième des effectifs scolaires du pays. Les établissements religieux se taillent la part du lion et, au plus fort de l’anticléricalisme qui sévit en France, les collèges des Frères, ceux des Jésuites et des Franciscains, sont ouvertement soutenus par nos postes diplomatiques. Les grandes familles musulmanes font élever leurs enfants chez des religieuses catholiques, chez les Frères des écoles chrétiennes ou encore au collège des jésuites du Caire.

     Rien de tout cela ne s’est fait par la force, seulement par le prestige des sciences et de la culture. En écoutant dans un instant M. Jean Leclant nous parler de l’égyptologie française, nous en trouverons une preuve de plus – et quelle preuve !

     Lorsque l’Égypte recouvre son indépendance, la France est le premier pays, en mars 1922, à la reconnaître. Le roi Fouad Ier s’exprime quotidiennement en français. Le Conseil des ministres dresse ses procès-verbaux en français. Au Caire, l’usage est de rédiger en français tous les contrats échangés entre le gouvernement et les sociétés privées, même anglaises. En 1937 – le roi Farouk règne depuis un an –, on publie en Égypte quarante-cinq périodiques en français, seulement cinq en anglais. Trois cinquièmes des investissements étrangers en Égypte sont français. Ils représentent le quart de la richesse du pays.

     Or il suffira d’une guerre – mais quelle guerre ! – pour que cette apothéose se mue en déclin. En 1945, nous conservions pourtant beaucoup d’amis en Égypte. Nos écoles étaient toujours fréquentées, recherchées, appréciées. Les journaux de langue française gardaient leurs lecteurs. Et puis, un jour de novembre 1956, parce que le colonel Nasser avait voulu nationaliser le canal, des corps expéditionnaires français et britanniques ont débarqué à Suez. Suez ! Il a fallu nous replier très vite : nos grands frères de Washington et de Moscou nous faisaient les gros yeux. M. Khrouchtchev laissait même planer la menace de quelques fusées nucléaires pouvant s’abattre sur Paris. Docilement, nous sommes rentrés chez nous. La langue française en Égypte a failli disparaître.

     Les relations diplomatiques ne seront rétablies qu’en 1963. De Gaulle a fait oublier Guy Mollet. " Ce grand patriote, s’écrie Nasser en 1967, est l’une des figures les plus éminentes de notre temps. "

     L’idée de créer, à Alexandrie, une université internationale de langue française est née d’entretiens, qui se sont poursuivis des années durant, entre le président du Sénégal Léopold Sédar Senghor et 1’Égyptien Boutros Boutros-Ghali, ministre d’État. M. Boutros-Ghali veut bien m’honorer de son amitié. Il m’a tenu souvent – avec le sourire si fin que lui connaissent ses familiers – ce simple raisonnement : " Nous n’avons que 2 % de francophones en Égypte. Mais nous sommes 60 millions. Calculez : cela fait plus d’un million de francophones. Beaucoup plus que certains pays qui se réclament, eux, d’une francophonie à part entière. " Au sommet de Québec, en 1987, les contours du projet furent précisés entre Senghor, Boutros-Ghali et Maurice Druon, secrétaire perpétuel de l’Académie française. En mai 1989, au sommet de Dakar auquel je participais en tant que ministre de la Francophonie, un protocole définitif fut signé.

     J’ai eu le bonheur d’assister, le 4 novembre 1990, à l’inauguration solennelle de cette université, sans égale dans le monde, et à qui ses fondateurs ont tenu à donner le nom du président Senghor. Déjà, des professeurs venus de France ou du Canada, de Belgique, du Maroc ou d’autres pays de langue française y enseignaient à de jeunes Africains les matières prioritaires pour le développement de leur continent. Ainsi se formaient – et se forment toujours – des cadres appelés à devenir eux-mêmes des formateurs.

     Je n’oublierai jamais cette tour du Coton édifiée devant la mer, face à ce lieu, aujourd’hui redécouvert, où s’élevait jadis le phare d’Alexandrie. Elle était en partie mise à la disposition de l’université Senghor par le gouvernement égyptien. Je revois les délégations francophones venues du monde entier, accueillies par M. Mohamed Hosni Moubarak, président de la République arabe d’Égypte.

     Lorsque l’acte de fondation fut ratifié, six des principaux signataires voulurent visiter les classes où travaillaient de jeunes Africains. Les ayant précédés, nous étions nombreux à attendre leur arrivée.

     Quand parurent l’Égyptien Moubarak, le Français Mitterrand, le Sénégalais Diouf, le Congolais Mobutu – on ne l’avait pas invité mais il était venu quand même –, le prince héritier de Belgique et le Canadien Marcel Masse, leur bonne humeur sauta à tous les yeux. Nous n’avons pas tardé à apprendre que, pendant quelques instants, leur ascenseur était resté plongé dans l’obscurité. Heureusement, le ministre canadien Masse s’était souvenu qu’il possédait un briquet. Il en avait fait jaillir la flamme. Et la lumière francophone fut.

     À cet instant précis, il nous a semblé que la longue et précieuse histoire de l’amitié franco-égyptienne, celle de l’estime réciproque et complémentaire que deux peuples se sont vouée pendant deux siècles, venait, par le symbole d’un ascenseur présidentiel et d’un briquet providentiel, de trouver la plus souriante et la plus évidente des confirmations.

> Lire l'article dans son environnement original

Repost 0
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 21:23

revue des deux mondes

 

 

 

 

 

 

Expédition française en Egypte
Abdurrahman-Effendi
Revue des Deux MondesT.1, 1830

 

publié par wikisource 

 


 

L’expédition de Bonaparte en Orient a fait éclore en France une foule d’ouvrages qui ont tous été lus avec avidité ; l’Égypte a aussi fourni son historien à cette guerre toute poétique. C’est Abdurrahman, fils du cheïkh Hussein-Djerébéti, sur lequel nous regrettons de ne pouvoir donner aucun détail biographique. Mais l’éditeur de l’écrit d’Abdurrahman, qui ne tardera pas à paraître, suppléera sans doute à notre ignorance à cet égard. Quoi qu’il en soit, cette relation égyptienne d’une des campagnes les plus surprenantes de Bonaparte, n’en est pas moins précieuse comme échantillon de la  littérature et des progrès intellectuels d’un peuple qui avance rapidement dans la civilisation. Abdurrahman s’inquiète peu des formes solennelles de l’histoire ; il raconte avec naïveté, simplicité ; c’est quelque chose du ton de nos anciennes chroniques, et on lui pardonnera, sans doute, un style incorrect et quelques faits erronés. Du reste, sa délivrance de l’Égypte, comme il l’appelle assez peu courtoisement pour nous autres Français, donne une idée assez nette de la société égyptienne ; il est curieux d’y voir l’impression que nos succès, nos mœurs et notre tactique avaient faite sur les indigènes. Elle dessine assez bien aussi le caractère du principal chef de l’expédition.

 

La délivrance de l’Egypte

Le début est dans le style des livres orientaux. “L’an 1213 (1798) vit commencer les grandes guerres, les grandes calamités, le bouleversement des affaires, les grandes révolutions, enfin la ruine générale.” Le cheïkh égyptien décrit ensuite la terreur qui s’empara des habitans du Caire à l’approche de l’armée française, et l’expédient qu’imaginèrent les pachas pour lui barrer le Nil. “Ibrahim-bey monte à cheval et se rend au Kiosk, dit Aïni. Il envoie à Djizé chercher Murad-bey, convoque le reste des princes, des savans et  des juges. On délibère, on s’accorde à écrire à Constantinople pour donner la nouvelle de l’arrivée des Français, et annoncer que Murad-Bey rassemble l’armée pour les combattre.

Béchir-pacha [1] envoie donc des lettres par terre à Constantinople, pour apporter de la thériaque du pays de l’Irak, ce qui signifie que le remède arrivera après la mort du malade.

“Pendant cinq jours on s’occupe des préparatifs de guerre, et les soldats dépouillent le peuple. Murad-bey, après la prière du vendredi, se met en marche et va camper à Djidiz-Assouad (Pont-Noir). Il y attend deux jours que ses troupes soient au complet. Ali, pacha de Tripoli, et Youssouf-Pacha, était amis intimes de ce bey, et se trouvaient avec lui dans le Djizé ; ils l’accompagnèrent avec de l’artillerie et de la cavalerie.

“L’infanterie, les soldats de marine, les piétons grecs et les barbaresques descendent le Nil sur de petits bateaux préparés par Murad-Bey. Après leur départ de Djisrul-Assouad, on envoie demander au Caire une chaîne de fer, forte et pesante, longue de soixante-cinq toises, pour la placer d’un rivage à l’autre, au détroit de la tour de Mugaïzel. C’était pour empêcher les vaisseaux ennemis d’entrer dans le Nil. Ali-Pacha, qui avait trouvé ce moyen de défense, voulait établir devant cette chaîne une  batterie sur des bâteaux et des retranchemens sur le rivage, garnis de grosse artillerie. Ils croyaient que les Français, ne pouvant les vaincre par terre, viendraient les attaquer par mer, et cette chaîne devait les arrêter jusqu’à l’arrivée du secours ; mais les choses tournèrent d’une manière tout-à-fait différente. Les Français, après la prise d’Alexandrie, s’avancent directement par terre sur la rive occidentale. Murad-bey, à sa sortie du Caire, laisse la ville dans le plus grand désordre. L’épouvante est à son comble, les boutiques sont fermées, les voleurs infestent la ville, et, le soleil couché, personne n’ose sortir de sa maison. Le gouverneur et l’aga ordonnent d’ouvrir les cafés et les boutiques pendant la nuit, et de mettre à la porte de chaque maison une grande lanterne pour deux motifs : 1° pour dissiper la terreur et faire rependre le commerce ; 2° pour arrêter les voleurs.

“Le lundi, trois jours après le départ de Murad-bey, on apprit que les Français étaient à Démenhous et à Réchid (Rosette). Le chef de ces villes sortit au devant d’eux avec quelques troupes et ne put résister à l’ennemi. Ceux qui demandèrent quartier furent sauvés et restèrent tranquilles dans le pays ; le reste des habitans s’enfuit à Fouat et dans les environs.

“Les Français à leur arrivée à Alexandrie avaient fait imprimer une proclamation et l’avaient fait répandre dans le pays qui était devant eux, pour rassurer le peuple. Des musulmans qui avaient été prisonniers des Maltais et délivrés par les Français, en apportèrent une copie à Boulaq. Il y avait aussi  parmi eux des Barbaresques et des espions, ayant tous le même costume et connaissant la langue arabe.

“Le vendredi 29 de muharrem, on apprend que la veille, jeudi 28, l’armée égyptienne s’est rencontrée avec l’armée française, et il n’y a pas une heure que Murad-bey a pris la fuite avec tous ceux qu’il commandait. Il n’y eut pas de bataille en règle ; seulement les deux avant-gardes se sont rencontrées pendant peu de temps. Par la volonté de Dieu, le feu prit à une voile du bâtiment de Murad-bey, gagna la poudrière, incendia le vaisseau ainsi que tout l’attirail de guerre. Les personnes qui se trouvaient là périrent, et jusqu’au capitaine Kalil-el-Cardelli qui dans l’action s’était battu courageusement, tout le monde sauta en l’air. Murad-bey, à cet aspect, fut effrayé et s’enfuit, abandonnant son cap et son artillerie ; son armée le suivit. L’infanterie remonta sur les bâtimens et revint au Caire. Cette nouvelle redoubla la terreur du peuple. Ibrahim-bey monta à cheval, se rendit à Boulaq, fit demander le pacha, les ulémas et les grands. On tint conseil, et on résolut d’élever des batteries depuis Boulaq jusqu’à Chapra. Ibrahim-bey et le pacha devaient avoir le commandement des troupes. Les ulémas qui étaient restés dans cet endroit, après s’être séparés de Murad-bey, lorsqu’il marcha au devant des Français, se réunissaient tous les jours dans la mosquée d’Asary pour lire la prière et invoquer le nom du Prophète.

“Le lundi parut Murad-bey à Embabè ; il commença à y élever des retranchemens jusqu’à Bichtil : il y resta, ainsi que tout son mode ; Ali, pacha  de Tripoli et Youssouf-Pacha s’y trouvaient aussi. Murad-bey fit venir de grands bâtimens ainsi que les petits qu’il avait fait construire à Djizé, et les fit placer sur le rivage d’Embabè.

“Les rives orientale et occidentale étaient pleines d’artillerie et de troupes. Malgré tous ces préparatifs, la peur était dans le cœur des princes ; ils envoyèrent une partie de leur gens au pays de Rïaf ; ils eurent soin de se faire préparer des montures pour assurer leur fuite en cas de revers. Toutes ces précautions augmentèrent la terreur des habitans : on arrêta ceux qui voulaient s’enfuir. Si l’on eût pu agir ainsi, personne ne restait resté au Caire.

“Le mardi, on invita au son de trompe tout le peuple à se rendre aux retranchemens. A chaque instant, on renouvelait cette invitation. Les boutiques furent fermées et on se rendit à Boulaq. Les artisans se réunirent et dressèrent des tentes ; on leur distribua des vivres. Tous les habitans firent des sacrifices en argent et en effets pour la défense de la ville ; mais les circonstances ne les favorisèrent pas.

“Seïd-Camer-effendi, chef des chérifs, monta au château, fit descendre le grand pavillon que l’on appelle le drapeau du Prophète ; il le fit déployer et se rendit à Boulaq. Il était escorté de plusieurs milliers d’hommes armés de bâtons et de massues ; ils marchèrent en récitant des prières. Les cheïkhs et les pauvres frappaient sur leurs tambours et jouaient d’une espèce de clarinette, tout le monde priant Dieu de donner la victoire sur les Français.  Il ne resta au Caire que les femmes, les enfans, et les vieillards qui ne pouvaient marcher ; tous se cachaient dans les maisons ; on ne voyait personne dans les rues. Le prix de la poudre, du plomb et des armes augmenta tellement, qu’un rotle [2] de poudre se vendait 70 grouchs [3] et le plomb 90. On ne trouvait plus d’armes à acheter. Quelques rayas se rendirent sous les tentes, les autres restèrent cachés dans les maisons : enfin tous les hommes qui étaient au Caire se rendirent à Boulaq, et y restèrent depuis le moment où Ibrahim-bey vint y établir son camp, jusqu’à la déroute.

“Ibrahim-bey envoya chez les Arabes voisins du Caire, et leur ordonna de se mettre en avant-garde. Murad-bey rassembla aussi un grand nombre d’Arabes de Bahira, de Djizé, de Saïd, de Habraïat, de Nefiat, et les enfans d’Ali, d’Inadi, etc. Chaque jour leur troupe augmentait ; le pauvre souffrait beaucoup et priait les grands de lui donner des vivres.

“Le pays de Rïaf était en proie à la guerre civile ; ils se battaient entre eux, pillaient les Arabes des environs et attaquaient les villages ; enfin l’Egypte, depuis un bout jusqu’à l’autre, était dans la terreur ; il n’y avait que meurtres et brigandages. Les princes firent saisir les négocians européens ; on en emprisonna quelques-uns au château, et d’autres,  dans les maisons des Grands. On fit des visites dans les maisons européennes ; on s’empara des armes qui s’y trouvaient. On en agit de même avec les chrétiens de Damas, les Cophtes et les Grecs ; on assaillit les églises et les monastères pour y chercher des armes ; on voulait tuer tous les chrétiens et les Juifs. Si les Grands n’avaient interposé leur autorité, aucun n’aurait échappé.

“Chaque jour on apprenait que les Français approchaient du Caire, et personne n’était d’accord sur les dispositions qu’on devait prendre ; on ne savait de quel côté l’ennemi arrivait. Les uns disaient : il viendra par la rive occidentale ; d’autres par la rive orientale ; d’autres enfin pensaient qu’il pourrait venir des deux côtés. Cependant aucun des chefs de l’armée n’avait assez de présence d’esprit pour envoyer des espions, ou un corps avancé pour connaître la marche des Français. Ibrahim-bey et Murad-bey se contentèrent de rassembler leur armée et d’attendre l’ennemi, n’ayant nulle part de forteresse ni de retranchement ; ainsi, par cette mauvaise disposition, ils négligèrent de faire observer l’ennemi.

“Le vendredi 6 de sefer, les Français arrivèrent à Djisrul-Assouad. Le samedi matin, l’armée s’étendit à Emdinar. Alors on donna l’alarme partour : les habitans des villages voisins accoururent au camp. Mais les troupes n’avaient point de confiance en leurs forces ; aucune disposition n’avait été faite. Tout cela provenait de la hauteur, de l’orgueil et de l’égoïsme des chefs ; ils avaient du mépris pour  tout ce qui était plus petit qu’eux ; aussi méprisaient-ils les Français. Leur ignorance les endormit, ils ne se réveillèrent que pour fuire.

“Cependant les Français arrivèrent par la rive occidentale. Lorsqu’ils parurent, un corps de l’armée de la rive occidentale montra à cheval et s’avança du côté d’Embabè. Ils rencontrèrent l’avant-garde française et la chargèrent. Les Français leur ripostèrent par un feu de file. Cette cavalerie se replia du côté des retranchemens en laissant morts sur la place, Aïoub-bey, Abdalla, Kiachef-Djourf, et un assez grand nombre de kiachefs de Mohammed-bey-el-Elfi, et de ses mamlouks.

“Une colonne française, composée d’environ 6,000 hommes, les suivit ; elle était commandée par Desaix, qui fut gouverneur du Saïd quand ils se furent emparés de l’Égypte. Bonaparte ne vit pas ce combat, parce qu’il était loin de la colonie ; il n’arriva que lorsque la déroute était complète.

“La colonne approcha des retranchemens de Murad-bey ; on tira des coups de canon des deux côtés, on en tira aussi de dessus l’eau. L’armée occidentale, qui était derrière les retranchemens, reçut un renfort d’Arnautes venant de Damiette par Embabè, et le combat commença à coups de fusil et de canon.

“L’armée orientale, entendant et voyant le combat engagé, commença à pousser des cris ; on s’écriait : O Dieu tout-puissant, accorde-nous la victoire sur les Français. Ils croyaient que, pour vaincre, il ne s’agissait que de crier. Les gens d’esprit ordonnaient  de se taire, et disaient que le Prophète et ses disciples se battaient avec le sabre et l’épée, et non avec des cris et des aboiemens comme des chiens ; mais on ne les écoutait pas.

“Il se passa alors une heure de grands malheurs (qui pourra le lire ou l’entendre ! ) : un grand nombre de princes et de soldats de l’armée orientale montèrent sur des bateaux pour passer de l’autre côté ; parmi eux était Ibrahim-bey. Il y eut une foule extrême au lieu de l’embarquement ; à leur arrivée à l’autre bord, la déroute était complète dans l’armée occidentale, le vent très-fort et le fleuve très-agité. Le sable élevé par le vent frappait au visage des Egyptiens ; personne ne pouvait ouvrir les yeux ; le vent venait du côté de l’ennemi ; c’est ce qui causa en grande partie la déroute.

“La colonne s’avança sur les retranchemens de Murad-bey, et se divisa en deux corps selon leur manière de combattre ; alors les tambours battirent la charge, il y eut un feu de file, de canon et de fusil. Le vent s’accrut, la poussière s’éleva, la fumée de la poudre apporta la nuit au monde, les oreilles étaient assourdies par le bruit ; on crut que la terre tremblait et que les cieux s’écroulaient. Le combat dura ainsi environ trois quarts d’heure. La déroute se mit dans l’armée occidentale. Elle était cernée par l’ennemi, la plupart des cavaliers se noyèrent, et quelques-uns furent pris par les Français qui s’emparèrent des retranchemens.

Murad-bey s’enfuit à Djizé, et Ibrahim-bey à  Adlié, d’où ils suivirent immédiatement, avec leurs femmes et leurs bagages, la route du désert ; la plupart des habitans du Caire prirent aussi la fuite.

“Les Grands, les officiers des janissaires, les chefs des Chérifs et les Cheikhs, ajoute Abdurrahman, sortirent de la ville pendant la nuit. Le peuple, à cette vue, ne savait à quoi se résoudre ; on manquait à tel point de nourriture, qu’un âne boiteux et un cheval maigre se vendaient le triple de leur valeur. Le plus grand nombre sortait à pied ; on en voyait portant leurs effets sur la tête, suivis de leurs femmes, qui portaient elles-mêmes leurs enfants. Ceux qui avaient le moyen de se procurer des montures faisaient monter leurs femmes et leurs filles, et marchaient devant elles. La plupart des femmes, à pied, portant leurs enfans sur leurs épaules, pleuraient dans l’obscurité, et passèrent ainsi toute la nuit du samedi au dimanche. Chacun avait pris de ses richesses ce qu’il avait pu emporter. Passés les portes de la ville et une fois parvenus dans la campagne, ces malheureux fugitifs furent attaqués et dépouillés entièrement par les Arabes et les habitans des villages. On ne leur laissait pas même de quoi cacher leur nudité ; les Arabes et les habitans des villages. On ne leur laissait pas même de quoi cacher leur nudité ; les Arabes dépouillaient et déshonoraient les femmes. Il y en eut de tuées ; il y en eut qui revinrent sur leurs pas. Ceux qui avaient tardé à sortir rentrèrent dans la ville. Personne n’avait été témoin d’une nuit semblable, depuis que le Caire existait. L’oreille entend raconter des choses que l’œil n’a jamais vues ! !…

« Le dimanche matin, les habitans, ne sachant que devenir, attendaient l’arrivée des Français. On apprit qu’ils étaient restés sur la rive occidentale. Les ulémas et les cheïkhs s’assemblèrent dans la mosquée d’Asary, et tinrent conseil. Ils résolurent d’envoyer une lettre aux Français pour connaître leurs intentions. Ils remirent leur lettre à un Barbaresque qui savait leur langue, et lui adjoignirent un second député. Tous deux arrivèrent peu de temps après et annoncèrent qu’ils avaient vu le général en chef des Français, et lui avaient vu le général en cherf des Français, et lui avaient remis la lettre qui avait été interprétée par le drogman, et dont le sens était : “Que voulez-vous ? ” Lorsque le général en chef l’eut comprise, il répondit par le moyen du drogman : “Où sont vos Grands et vos cheïkhs ? pourquoi n’ont-ils pas paru, afin de prendre des dispositions pour assurer le repos ? ” Ensuite il sourit aux députés, qui lui dirent : “Les chefs nous ont envoyés pour vous demander quartier.” Il répondit : “Dès le commencement nous leur avons envoyé le pardon.” (Ils voulait parler de l’adresse citée plus haut.) Les envoyés reprirent : “Nous vous prions de nous la donner une seconde fois pour la tranquillité du peuple. “ Il ordonna qu’on la leur donnaît, et fit écrire une seconde lettre. Il dit ensuite : “Il faut que les cheïkhs et les officiers des janissaires viennent ici, afin que nous choisissions sept personnes pour former un conseil, et prendre des dispositions pour la sûreté général.

“Cette réponse rassura le peuple. Alors le cheïkh Moustapha-Savi, le cheïkh Suleiman-el-Gayouni et d’autres cheïkhs et Grands se rendirent à Djizé. Le chef de l’armée française les reçut, leur sourit et leur demanda : “Etes-vous les grands cheïkhs ? ” Ils répondirent : “Les grands cheïkhs ont eu peur et se sont sauvé.” Il demanda : “Et que craignaient-ils ? Ecrivez-leur de paraître. Nous composerons un conseil pour assurer la tranquillité de la ville et le cours de la justice.”

Ces assurances calmèrent les inquiétudes des cheïkhs qui revinrent presque tous dans la ville. Bonaparte y fit son entrée deux jours après. “Lorsque le Grand des Français, dit notre auteur, entra et s’établit dans le quartier d’Esbèdié, la majeure partie de son armée resta sur l’autre rive. Il n’entra avec lui au Caire que peu de soldats. Ils marchaient dans les rues sans armes et n’inquiétaient personne ; ils riaient avec le peuple et achetaient ce dont ils avaient besoin, à un très-haut prix, tellement qu’ils donnaient six francs pour une poule et pour un œuf dix sous, payant d’après le prix que ces choses coûtent dans leur pays. Le peuple eut de la confiance en eux, leur vendit de petits pains et toute sorte de vivres.” On ouvrit les boutiques ; mais selon Abdurrahaman lui-même, les soldats français n’eurent pas toujours à se louer de la probité de ces marchands égyptiens.” Non contens de faire des pains plus petits, les boulangers, dit-il, mêlèrent la farine avec de la terre.” Quelquefois l’écrivain s’amure à décocher quelque trait sur nos troupes, auxquelles il reproche un penchant trop vif pour les plaisirs. “Les gens sensés des arts et métiers voyant que personne n’achetait, faisaient un commerce plus bas : ils vendaient des poissons ou des viandes cuites ; quelques-uns se firent cafetiers ; les autres, d’un rang inférieur, se firent âniers. Les rues étaient encombrées par eux, surtout dans les endroits voisins de l’armée française. Les Français avaient beaucoup de plaisir à se faire promener ainsi ; la plupart restaient du matin au soir sur l’âne, et payaient généreusement. Ils se réunissaient et faisaient des courses en chantant et riant ; les âniers s’unissaient à eux. Ils dépensaient beaucoup pour le louage de ces ânes, pour les fruits et le vin, comme a dit à ce sujet le cheïkh Hossat, le vendeur d’épices : Le Français perd son argent dans notre Egypte, entre les ânes et les taverniers. Bientôt ils trouveront la misère en Syrie, et ils perdront la vie.” Triste prédiction qui ne s’est que trop vérifiée !

Plus loin, c’est le général Catarelli qu’il appelle ABOU-CACHEBE, parce qu’il avait une jambe coupée jusqu’au genou, et qu’il l’avait remplacée par un morceau de bois. “Le 7 de zilhidjé, ajoute-t-il, il vint des Français de Syrie ; ils s’arrêtèrent à la quarantaine d’Adlié ; il y en avait de blessés. Ils annoncèrent qu’on ne cessait de combattre Ahmed-Pacha, Djezzar ; que l’ingénieur militaire, le père la Béquille, nommé Cafarelli, était mort ; qu’on le regrettait beaucoup, parce qu’il était un des plus diables de tous les diables. Il savait très-bien les dispositions et les ruses de guerre ; il était toujours en avant dans les attaques et connaissait la construction des batteries et les moyens de prendre facilement les forteresses.

“… Le 20 du mois djemasi-ultani, on annonça que, le vendredi 22, on devait lancer un ballon à Esbèkié, produit de l’industrie française ; on parla beaucoup de cette merveille.

“ Le 20, à deux heures après midi, le peuple et beaucoup de Français s’assemblèrent à Esbèkié. Je me trouvai de ce nombre ; je vis une toile comme une coupole, suspendue à un mât. Cette toile était de trois couleurs ; il y avait une grande tasse dans laquelle il y avait une mèche. Cette tasse était suspendue au mât par une chaîne ; en haut était un anneau attaché avec des cordes dont on tenait les bouts dans les diverses maisons. A quatre heures on alluma la mêche : la fumée entra dans la toile et la gonfla ; elle devint une grande coupole. La fumée voulait s’élever plus haut ; mais elle n’avait pas d’issue ; elle gonfla la toile qui s’arrondit comme une balle. On coupa les cordes, et le ballon monta aux cieux, en suivant tout doucement la direction du vent. Quelque temps après, la tasse tomba à terre avec une grande quantité de copies de la proclamation des cheïkhs aux habitans de l’Égypte [4]. On comprit l’intention des Français. Ce n’est pas un bâtiment pour voyager d’un pays à l’autre, mais une espèce de cerf-volant.

“La nuit, vers les sept heures, il y eut un feu d’artifice à Esbèkié, pour le commencement d’un de leurs mois. Le général assembla les Grands, les premiers négocians, et leur distribua des habits d’honneur. Cette nuit, beaucoup de Français se promenèrent dans les rues avec des assiettes remplies de viandes empoisonnées qu’ils donnèrent aux chiens. Au jour, la plupart des chiens étaient morts dans les rues ; on les fit jeter hors de la ville. Lorsque les Français marchaient la nuit en silence, les chiens ne cessaient d’aboyer après eux ; ils s’en débarrassèrent ainsi.”

Nous regrettons de ne pouvoir nous étendre sur quelques autres passages curieux, mais cela nous mènerait trop loin. Nous finirons par le récit du départ de Bonaparte pour la France, et par l’avènement de Kléber au commandement en chef.

“Le 13 de Rebi’ul-Evvel, on dit que le général en chef s’était dirigé vers la mer ; personne ne savait de quel côté il était allé. On le demanda à quelques Français qui répondirent qu’il avait été invité à une fête, dans le moment où il se rendait à Aboukir ; le peuple fut trompé par ces paroles et les crut certaines.

“Le dimanche 16, le général en chef sortit avant le jour, sans qu’on sut ce qu’il était devenu. Quelques jours après, il arriva d’Alexandrie des lettres de Bonaparte, adressées à tous les habitans du Caire. Dugua, gouverneur, fit assembler les Grands et leur lut la lettre. Le contenu est que Bonaparte est parti pour la France, vendredi 21. Il désire la tranquillité de l’Égypte, et s’en va pour ouvrir la mer. Dans trois mois il reviendra avec des troupes, et le général de Damiette est devenu le général en chef de l’Égypte. Le monde fut surpris et s’étonna de ce qu’il avait osé se risquer en mer, quand l’Anglais croisait à l’entrée du port, depuis l’arrivée des Français, hiver et été, et surtout, de ce qu’il était parti d’une manière si adroite, qu’on n’avait pu le deviner.

“Le lundi 23, le général en chef Kléber parut ; on le salua à coups de canon de tous les forts. Les Français allèrent à sa rencontre. Il entra au Caire avec beaucoup de pompe, et logea à la maison qu’occupait Bonaparte à Esbèkié.

“Ce jour, il vint un corps de troupes françaises, du côté de l’occident, avec un butin considérable. Une ville s’étant révoltée contre eux, ils la saccagèrent ; ils amenèrent environ soixante-dix hommes et femmes garrottés, que l’on mit au château. Les cheïkhs et les Grands de la ville vinrent saluer le nouveau général en chef ; il ne le virent pas. On leur dit de revenir le lendemain ; il partirent et revinrent. Ils furent alors reçus, mais ils ne virent pas une figure riante comme celle de Bonaparte ; il ne causait pas comme lui…”

 


  1. Bekir-Pacha, alors wali d’Egypte, fait ici le rôle de généralissime ; Murad et Ibrahim, beys des mamlouks, sont représentés comme ses lieutenans.
  2. Rotle (livre de 180 drachmes ; centième partie du K’anthar, quintal Turc) équivalant à 57 kil. 600.
  3. Grouch, piastre turque de 48 paras, moins forte en Égypte où elle était frappée que celle de Constantinople, où elle valait de 35 à 40 sous de France, lors de l’expédition d’Egypte.
  4. Voici cette proclamation qui fut publiée quelque temps après la révolte du Caire. Abdurrahman n’approuve pas le contenu, et semble blâmer l’esprit qui l’a dictée.
    Les Ulémas de la vraie foi aux habitans de l’Egypte.
    « Nous vous faisons savoir, habitans des villes qui professez la vraie foi, et vous, habitans de Priaf, Arabes et paysans, qu’Ibrahim-bey et Murad-bey ont envoyé des lettres dans l’Égypte pour semer la discorde. Ils ont dit qu’elles étaient de Sa Hautesse le sultan et des visirs ; ce sont des mensonges. Ils sont fâchés contre les ulémas et le peuple du Caire, qui n’ont pas voulu les suivre et quitter pour eux leurs familles et leurs maisons. Ils veulent mettre la discorde entre le peuple et l’armée française pour ruiner le pays, et tout cela parce que leur règne est fini. Si ces lettres étaient du sultan des sultans, il les aurait envoyées par un personnage marquant. Nous vous faisons savoir que les Français, plus que tous les musulmans, haïssent les chrétiens, et sont les amis du sultan notre maître ; Ils l’aident toujours contre ses ennemis : aussi il y a une guerre entre eux et les Russes. Les Français aideront Sa Hautesse à reprendre ses pays, et s’il plaît à Dieu, il ne leur en restera aucun. Nous vous conseillons de ne pas éveiller le discorde ; n’inquiétez aucun soldat de l’armée française, il pourrait vous en arriver mal ; n’écoutez pas les discours des mal intentionnés qui détruisent le pays par leurs mauvaises pensées. Si vous vous unissez à eux, vous vous en repentirez. Il faut payer l’impôt qu’on vous demande, et rester en sûreté chez vous ; ne craignez rien pour vos biens ni pour vos enfans. Le général en chef, le grand Bonaparte, d’accord avec nous pour n’inquiéter aucun musulman, ne se mêlera pas de ce que Dieu nous a ordonné : il empêchera que le peuple ne soit tyrannisé ; il suffit que l’impôt soit payé ; il fait disparaître tout ce qui a l’air de la tyrannie. Ne mettez plus vos espérances en Ibrahim ni en Murad, et revenez à celui qui dispose des trônes. Son prophète a dit : La discorde dort, maudit soit celui qui l’éveille ! Salut sur lui et sur vous.”

 

 

 

Repost 0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 13:25

persee.fr---les-revues-scientifiques.jpgCommunication de M. Magdi ABDEL HAFEZ SALEH (Université ďHelwan-Le Caire) au LVe Congrès de l'Association, le 7 juillet 2003

 

 

Hafez Saleh Magdi Abdel. Les rapports culturels entre la France et l'Egypte. In: Cahiers de l'Association internationale des études francaises, 2004, N°56. pp. 57-66. doi : 10.3406/caief.2004.1526
url : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/caief_0571-5865_2004_num_56_1_1526#

 

Les deux premières pages

 

L'histoire des rapports culturels entre la France et TÉgypte est très longue et très riche. En réalité l'Egypte était présente en France avant l'Expédition de 1798 par le fait de relations politiques, commerciales et bien entendu de l'égyptomanie qui trouve sa première expression dès le xw* siècle. Pour mémoire, la ville de Nîmes fut fondée par des légionnaires venus d'Egypte comme en témoigne une monnaie de la ville portant le crocodile et le palmier. Dans la Gaule romaine, le culte d'Isis fut florissant. Dès le Moyen Age, des commerçants se rendent en Basse-Egypte pour recueillir des reliques. Au XVP™ siècle, les négociants de Marseille et de Provence s'installent au Caire et à Alexandrie d'où ils rapportent nombre d'objets antiques qui meublent leur « cabinet de curiosité ».

L'arrivée des troupes de Bonaparte n'était donc en aucun cas le premier contact entre les deux peuples. Jusqu'à aujourd'hui, les Égyptiens n'ont jamais oublié que la première imprimerie connue en leur pays a été importée par les savants de l'Expédition. Sans oublier que des savants et artistes qui ont accompagné cette campagne étaient au nombre de 167, en plus de 19 hommes du génie civil et de 16 géomètres et dessinateurs de cartes. Sans compter les astronomes, les botanistes, les chirurgiens, les chimistes, les archéologues, les zoologues, les mathématiciens, les minéralogistes, les professeurs et les interprètes (1). Et la présence de ces savants ne fut pas vaine puisqu'ils ont contribué à la fameuse Description de l'Egypte. Vous savez bien l'importance historique et scientifique de cette œuvre. Au bout de moins de quatre ans l'Expédition est partie avec le bonheur et la douleur des deux parties. Mais malgré le conflit et l'amertume de la guerre, une seule chose a pu résister, à savoir ces profondeurs culturelles qui ont imprégné la vie des Égyptiens.

Mohamed Ali, pacha d'Egypte, avait décidé de faire entrer l'Egypte dans le monde moderne. Son choix s'est porté directement sur la France ; il commença à envoyer des cadeaux au roi de France, dont la célèbre girafe qui émerveilla le peuple de Paris, suivie d'un obélisque qui orne actuellement la place de la Concorde (2). Des Français, dont des Saint-Simoniens, se rendirent en Egypte pour entreprendre des réformes ou y édifier des constructions. Les Saint-Simoniens construisirent aux frais du pacha le barrage du Delta. Un plan de percement du Canal de Suez fut également dressé par eux. Mais, si des Français vinrent en Egypte, des Égyptiens se rendirent dès lors en France. En effet, à l'instigation du Français Jommard, on envoya la première mission des étudiants égyptiens sous la direction

Lire la suite. Télécharger l'article au format PDF (11 pages - 643 ko)

Lire la suite. Directement sur Persee.fr

 

 

 

Repost 0
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 22:36
revue-des-mondes-musulmans-et-de-la-Mediterranee--revues-jpgKlaus Kreiser*

Klaus Kreiser (* 1945) ist ein deutscher Historiker, Orientalist und Turkologe

  
  
Paru dans Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée,
 

 

*Référence électronique

Klaus Kreiser, « Le Paris des Ottomans à la Belle Epoque », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 91-94 | juillet 2000, mis en ligne le 12 mai 2009, Consulté le 19 décembre 2010. URL : http://remmm.revues.org/index262.html

 


 

Plan de l'article (liens de la Remm)

 

 
 
EXTRAITS
 
 
Le dième de Paris est surtout lié à la participation des Turcs à un monde qui était caractérisé par le progrès technique et scientifique et par une démocratisation des divertissements ou bien « nivellement des jouissances » (Vicomte d'Avenel, 1993). [...] cette monumentale mise en scène du modernisme qui se tenait sur quelques kilomètres carrés.
 
Aucune autre métropole n'exerçait pareille fascination [...] Jusqu'alors, la plus grande distinction pour un auteur turc est d'être envoyé à Paris pour une période limitée par la rédaction d'un journal, afin de rendre compte des arts et de la littérature sur les bords de la Seine à ses compatriotes restés en Turquie. [...]
 
Le rôle du français dans l'Etat ottoman ne sera jamais assez clairement souligné. Depuis Napoléon Bonaparte, la langue française est pour ainsi dire le seul moyen de communication avec l'Occident Dans la bureaucratie ottomane, les connaissances en français sont la clé de la réussite sociale. Au début du soulèvement grec (1821) l'apprentissage du français, introduit grâce à l'ouverture d'une école de langue, devint partie intégrante de la carrière des hauts fonctionnaires. [...] Un deuxième aspect apparaît ici : alors que le rôle de la langue française était indéniable dans d'autres régions du monde également (ainsi dans la Russie de Tolstoï), [...]
 
Il faut noter ici une volonté continue de doter Istanbul des fonctions et des structures des métropoles occidentales, Paris en tête. Ceci fut le cas à l'endroit où s'implanta la Banque Ottomane (1892) une construction de Alexandre Val-laury (1850-1921) ou dans les galeries marchandes de Beyoglu [...]
 
L'omniprésence de Paris résulte de son rôle prédominant de « capitale du monde civilisé » (umum âlem-i medeniyetinpayitahti). [...]
 
De même que la langue française était un instrument qui permettait aux intellectuels turcs de découvrir la littérature antique, anglaise, allemande et russe, Paris était le point de rencontre des nations culturelles en concurrence avec la France. [...]
 
 
Lire l'intégralité. Télécharger l'article au format PDF (18 pages - 131 ko)
 
 
 
Repost 0
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 11:03

la revue de téhéran - mensuel iranien en langue françaisCréé en octobre 2005, la Revue de Téhéran est à l’heure actuelle le seul magazine iranien en langue française. Il connaît aujourd’hui une large diffusion au sein de l’Iran et compte également de nombreux abonnés en France et dans plusieurs pays francophones. Sa direction est placée sous l’égide de la Fondation Ettelaat, qui, depuis sa création en 1934, n’a cessé d’éditer, outre son quotidien du même nom, de nombreuses publications scientifiques, culturelles, ou consacrées aux sciences humaines. Il s’adresse à la fois à un public français et iranien francophone, et vise à faire connaître et à approfondir certains aspects historiques, philosophiques, ou sociaux de la culture iranienne.

 

 

 

 

 


 

  Lisez l'article original (c'est mieux) de la revue n°49, décembre 2009, par Ali Falakpour & Mahboubeh Maleki


 

 

Morceaux choisis

 

 

L’envoi d’étudiants iraniens à l’étranger date de plusieurs siècles. Elle remonte à l’époque safavide (1501-1722) et s’est ensuite affirmée au cours de la période qâdjâre (1794-1925), où différents groupes d’étudiants ont été envoyés en Europe et particulièrement en France.

[...]

Selon les archives de l’époque de Mohammad Shâh Qâdjâr (1834-1848), un groupe d’étudiants iraniens (5 étudiants) fut également choisi et envoyé en France. Ces derniers furent alors les témoins de la Révolution de 1848, qui ne manqua pas de les impressionner. L’un d’eux, Hosseingholi Khân, étudiant à Saint-Cyr, ira même jusqu’à participer à la défense de la Chambre de la Monarchie de Juillet contre les "émeutiers". Mirzâ Hossein Khân, premier ministre réformiste et influant des années 1870, était également parmi ces étudiants

[...]

En 1855, sept ans après la création de Dârolfonoun, 42 étudiants furent choisis et envoyés en France pour y étudier la médecine, les sciences militaires et les autres technologies modernes de l’époque. À leur retour, ils furent nommés à des postes gouvernementaux récemment créés, en particulier dans le ministère des Sciences. Certains d’entre eux devinrent également ministres. A cette époque et durant près d’un siècle, la France demeura le lieu privilégié des Iraniens aspirant à une formation moderne. Ce pays eut donc une grande influence sur la propagation des idées et des cultures européennes et françaises en Perse.

[...]

en 1911, le Parlement iranien adopta une loi permettant au ministère de la Science et la Culture iranien d’envoyer chaque année 30 étudiants en Europe [...] Lors de la sélection des 30 étudiants, Ebrâhim Hakimi, le ministre de la Science et la Culture de l’époque, nomma Monsieur Richard, l’instructeur français du Dârolfonoun de l’époque, comme superviseur du groupe. Ce dernier accompagna ainsi les étudiants durant la durée de leurs études à Paris.

Issâ Sâdegh faisait partie de ce premier groupe. Il fut ensuite chargé par Rezâ Shâh (1925-41) de fonder l’Université de Téhéran, la première université "moderne" d’Iran. En 1919, il y avait environ 200 étudiants iraniens en France, 34 en Angleterre, 9 en Allemagne, et quelques-uns en Suisse et dans d’autres pays européens. Une enquête menée auprès des 350 étudiants iraniens à l’étranger entre 1811 et 1920 indique que plus de 50% de l’ensemble des étudiants étaient allés étudier en France, environ 15% en Russie, et entre 5 et 10% en Allemagne, en Angleterre, en Suisse, à Istanbul et à Beyrouth

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans L'EDUCATRICE DES PEUPLES : Sociétés musulmanes
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 10:54

la revue de téhéran - mensuel iranien en langue françaisCréé en octobre 2005, la Revue de Téhéran est à l’heure actuelle le seul magazine iranien en langue française. Il connaît aujourd’hui une large diffusion au sein de l’Iran et compte également de nombreux abonnés en France et dans plusieurs pays francophones. Sa direction est placée sous l’égide de la Fondation Ettelaat, qui, depuis sa création en 1934, n’a cessé d’éditer, outre son quotidien du même nom, de nombreuses publications scientifiques, culturelles, ou consacrées aux sciences humaines. Il s’adresse à la fois à un public français et iranien francophone, et vise à faire connaître et à approfondir certains aspects historiques, philosophiques, ou sociaux de la culture iranienne.

 

 

 

 

   


Lire l'article original (revue n°39, février 2009) de J.Gousheh (Professeur et directeur en chirurgie reconstructive et plastique. Président de l’association iranienne des médecins francophones.)

 


 

 

Morceaux choisis

 

 

En 1907, le Major Coppin, médecin particulier de Mohammad Ali Mirzâ, prince héritier, devint le médecin personnel du Roi. Ce furent cependant les cinq dernières décennies qui constituèrent l’apogée de cette riche coopération entre les communautés médicales iranienne et française ; unique à la fois de par sa qualité, sa continuité, sa réputation, son ancienneté ainsi que par l’impact qu’elle avait à l’époque, et dont les effets se font encore sentir de nos jours. En effet, cette période fut fortement marquée par la contribution scientifique française et aboutit à la fondation de la Faculté de Médecine de l’Université de Téhéran en 1935, puis celle de Mashhad en 1948. Ces deux facultés de médecine, qui sont les plus anciennes dans ce domaine en Iran, furent créées grâce aux efforts continus du Professeur Charles Oberling, qui est sans doute la personnalité médicale française qui a le plus marqué la médecine iranienne. Son action remarquable a permis de perpétuer ainsi cette longue tradition de présence médicale française en Iran. En 1939, Le Professeur Oberling, agrégé de pathologie de la Faculté de médecine de Paris, fut nommé Doyen de cette nouvelle Faculté de médecine de Téhéran, poste qu’il occupa pendant six ans. L’une de ses œuvres essentielles a notamment consisté à rattacher aux facultés de médecine tous les hôpitaux publics iraniens. Le résultat de cette heureuse initiative fut de permettre d’améliorer la qualité des soins dispensés aux patients ainsi que la formation pratique pour les étudiants de médecine. Son dévouement, son influence morale, l’impulsion scientifique et ses efforts sans relâche pour implanter la nouvelle médecine en Iran, ainsi que ses qualités humaines et son attachement à ce pays, a valu au Professeur Charles Oberling l’estime, la considération et le respect de l’ensemble de la communauté médicale iranienne.

L’immense contribution scientifique de la France dans la création de l’Institut Pasteur d’Iran marque également une étape importante de l’histoire de la médecine franco-iranienne. En 1920, Ahmad Shâh Qâdjâr demanda au Professeur Roux, alors directeur de l’Institut Pasteur de Paris, de contribuer à la fondation d’un institut Pasteur à Téhéran. Ce dernier chargea le Dr. Joseph Mesnard d’apporter sur place son concours aux responsables iraniens pour créer l’Institut Pasteur d’Iran. Il devint ainsi le premier directeur de l’Institut Pasteur de Téhéran. Il eut comme successeurs les docteurs Kerandel, Legroux et Marcel Baltazard, qui rendirent d’innombrables services dans le domaine de la santé publique en Iran, et ce jusqu’à nos jours. Fort de l’appui que l’ambassade de France, le prestigieux établissement est également soutenu moralement et scientifiquement par l’Institut Pasteur de Paris où ses doctorants et chercheurs s’y rendent chaque année

 

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans L'EDUCATRICE DES PEUPLES : Sociétés musulmanes
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 10:51

la revue de téhéran - mensuel iranien en langue françaisCréé en octobre 2005, la Revue de Téhéran est à l’heure actuelle le seul magazine iranien en langue française. Il connaît aujourd’hui une large diffusion au sein de l’Iran et compte également de nombreux abonnés en France et dans plusieurs pays francophones. Sa direction est placée sous l’égide de la Fondation Ettelaat, qui, depuis sa création en 1934, n’a cessé d’éditer, outre son quotidien du même nom, de nombreuses publications scientifiques, culturelles, ou consacrées aux sciences humaines. Il s’adresse à la fois à un public français et iranien francophone, et vise à faire connaître et à approfondir certains aspects historiques, philosophiques, ou sociaux de la culture iranienne.

 

 

 

 

 

  Par Alice Bombardier, revue n°18, mai 2007


     

Reproduction in extenso

   

Les premiers contacts entre l’Iran et la France remontent à plusieurs siècles. Le Père Raphaël du Mans a, bien avant les Lettres Persanes (1721) de Montesquieu, écrit un livre sur L’Etat de la Perse en 1660.

Au travers des époques, des échanges diplomatiques suivis ont eu lieu entre la France et la Perse. Napoléon Ier a reçu à son quartier général de Finckenstein, en Prusse Orientale, une délégation persane, événement dont les répercussions furent notoires. L’alliance conclue à ce moment-là est à considérer comme le point de départ des missions scientifiques françaises envoyées en Perse [1].

En effet, d’un point de vue archéologique, l’Iran a toujours intéressé les savants français, curieux de découvrir tout ce qui avait trait à l’antique civilisation iranienne. Sous Rezâ Shâh, qui règna en Iran de 1925 à 1941, les résultats des fouilles archéologiques rejoignirent notamment les collections du nouveau Musée de Téhéran, dont le constructeur et le directeur était le savant et architecte français André Godard. Dans les années 1930, au début du règne de Rezâ Shâh, l’Iran était en effet entré dans une phase de modernisation non seulement matérielle mais aussi intellectuelle. La collaboration de la France était alors recherchée et appréciée. C’est pourquoi André Godard oeuvra, pendant l’entre-deux-guerres, non seulement à la sauvegarde du patrimoine iranien, mais s’intéressa également au développement de l’art contemporain dans le pays. En 1940, il fonda la première Faculté des Beaux-Arts de l’Université de Téhéran, qu’il dirigea jusqu’en 1960 après en avoir orchestré lui-même la construction.

A la même époque, de nombreux professeurs français furent appelés à enseigner dans les universités iraniennes. L’équivalence du bac iranien désormais reconnue en France, de nombreux jeunes iraniens sont alors venus poursuivre leurs études dans les facultés françaises. Sur les 6000 étudiants iraniens envoyés en Europe en 1936, 80% résidaient en France.

Employé depuis plus de deux siècles dans les relations avec l’extérieur, le français est, pendant l’entre-deux-guerres la deuxième langue de l’élite iranienne. La langue persane est, quant à elle, enseignée depuis 1768 au Collège de France.

L’influence culturelle de la France en Iran atteint un point culminant en 1935 avec la création, par la firme du journal Ettelâ’at, du premier quotidien en langue française, le Journal de Téhéran.

Sous Mohammad-Rezâ Shâh, cet organe de presse s’est vu décerné à deux reprises, en 1963 et 1970, la Coupe Emile de Girardin [2] du meilleur journal étranger en langue française. Cette coupe était attribuée chaque année par l’Office du Vocabulaire Français aux journaux francophones qui se seraient distingués lors d’une "Journée sans accident de vocabulaire". En 1963, les autres journaux récompensés furent notamment Le Soir de Bruxelles et le Journal de Genève [3]. Le Journal de Téhéranétait donc le seul quotidien, parmi les lauréats, à ne pas être publié dans un pays d’expression française.

Aujourd’hui et depuis 2005, une revue mensuelle, la Revue de Téhéran, animée par un groupe de journalistes francophones, a repris le flambeau du journal. En effet, en 1977, la publication du Journal de Téhéranavait été interrompue. Et, jusqu’à septembre 2005, aucun organe de presse en langue française ne paraissait plus en Iran. Le quotidien iranien Ettelâ’ât a lancé en 2003 un nouveau projet de publication en français. Ce projet vise à rendre hommage au Journal de Téhéran et à le redécouvrir puisque chaque numéro de la revue publie dorénavant un ancien article du journal, dans lequel de nombreux intellectuels et orientalistes français de renommée, comme Henri Masse ont écrit durant l’entre-deux-guerres. Cette revue a redonné vie au Journal de Téhéran. Ahmad Shahidi, qui fut l’avant-dernier rédacteur en chef, entre 1960 et 1975, du Journal de Téhéran, apprenant la naissance de la revue, est venu lui faire don de ses archives personnelles en mars 2006.

De même que le français reste encore de nos jours une langue étrangère prisée en Iran, le parrainage que la France exerce sur les arts iraniens, dont a témoigné l’oeuvre d’André Godard, continue quelque peu à être vivace. Les artistes iraniens choisissent encore aujourd’hui la France comme destination pour achever leurs études.

JPEG - 23.6 ko
Musée National d’Iran, conçu par l’architecte français André Godard au début du XXe siècle.

Au XIXème siècle, un prestigieux peintre iranien, Mohammad Ghaffari (1848-1940), a initié en Europe cet "atelier du voyage". Plus connu sous le titre de Kamâl ol-Molk, celui-ci séjourna à Paris entre 1895 et 1898, où il étudia la peinture notamment aux Musées du Louvre et de Versailles. Après la Seconde Guerre Mondiale, Djalil Ziâpour (1928-), parmi les premiers diplômés de la Faculté des Beaux-Arts de Téhéran, étudia également en France, auprès du peintre cubiste André Lhote.

M. Hosseini-Rad, nommé en 2005 directeur du Musée d’Art Contemporain de Téhéran, a obtenu un doctorat d’histoire de l’art en France. Il est actuellement un acteur important de la reviviscence culturelle actuelle de l’Iran.

Des échanges soutenus ont donc été opérés, à travers l’histoire, entre l’Iran et la France. Ces contacts culturels et artistiques, facteurs d’estime et de rapprochements entre les peuples, gagneraient de nos jours à être revivifiés.

 

 


 

 

Notes

[1] "La Renaissance de l’Iran - Les relations intellectuelles franco-iraniennes", in Journal de Téhéran, n° 294, mardi 30 juin 1936 (9 tir 1315), p.1.

[2] Emile de Girardin (1806-1881) fut le précurseur en France de la presse moderne à grand tirage.

[3] IPO, Centre d’Information du Proche-Orient et de l’Afrique, Bulletin hebdomadaire, "La culture française

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans L'EDUCATRICE DES PEUPLES : Sociétés musulmanes
commenter cet article

Présentation

  • : French Influence
  • : Cher visiteur (é)perdu, bienvenue sur le blog de French Influence. Il est question ici de la France et de son rapport au monde. Il est question de la France, pour l'amour du pays, par les yeux du monde
  • Contact