Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2011 4 16 /06 /juin /2011 21:36

sourcehttp://www.iranica.com/

 

Auteur : Christophe Balay
Originally Published: December 15, 2000

 

x. FRENCH LITERATURE IN PERSIA

 

In the last two centuries, French literature has had a significant impact on modern Persian literature. The new trends in Persian literature in the beginning of the 20th century are closely related to social and political changes which began in Persia under Nāṣer-al-Dīn Shah (1848-96), and brought about the Constitutional Revolution of 1905-11 (see CONSTITUTIONAL REVOLUTION vii) and the advent of the Pahlavi regime. An analysis of the contributing factors such as the birth of the printing press, the development of newspapers and journals, and the reform of the educational system, enables us to define with relative certainty the different stages of the growth of a new reading public and the creation of new genres of fiction in whose formation translations of French texts played an important part.

A study of available sources, whether still in manuscript form or in print, conveys the magnitude of this translation movement which, in its most active phase, extends over a century. As the 20th century draws to a close, the great demand for translations shows no sign of abating. After the Second World War, for political reasons, French lost its dominant position to English, but this did not imply its disappearance from the Persian cultural scene. On the contrary, a deeper and more subtle understanding of French literature seems to have developed in Persia, with many Persian literary critics exploring current French theories of criticism for theoretical scaffoldings to their own analysis of literary texts. Works introducing western critical concepts which began to appear in mid 1950s, including Reżā Sayyed Ḥosaynī’s Maktabhā-ye adabī (Tehran, 1955) and Dr. Mītrā’s (Sīrūs Parhām)’s Reʾālīsm wa ẓedd-e reʾālīsm dar adabīyāt (Tehran, 1955), were widely read and reprinted, and translations of essays by Roland Barthes (tr. Moḥammad Taqī Ḡīāṯī, Naqd-e tafsīrī-ye bīst maqāla, Tehran, 1973) and other modern critics continued the trend.

The first element in the evolution of the modern Persian literary system was the advent of the printing press (see ČĀP) in the beginning of the 19th century. It was instrumental in creating a much wider and cheaper distribution of cultural works, in dissemination of newspapers, and in providing educational support for the new schools. The establishment of Dār al-Fonūn (q.v.) in 1851 and other modern schools required tens of translations on technical and scientific subjects, as well as on literary works. These were made from the French because, for political reasons, the teaching staff had been recruited mostly from central Europe where French was the language of diplomacy and culture (Rouhbakhshan, pp. 37-40).

Within this context, translations played a mediating and pivotal role. They provided the bulk of the political, scientific and cultural material items of news for the journals and newspapers which had begun to appear, whether published by the government or by the political opposition abroad in Calcutta, Istanbul, Tiflis, Baghdad, Cairo, Paris, Berlin, and London (see DIASPORA).

The translation of French works into Persian, also dating back to the 1830s and the first printing presses, has witnessed high tides and low ebbs as a result of socio-political events which have shaped recent Persian history. The first of these was the Constitutional Revolution (1905-11, q.v.). Most of the translations prior to it remain in manuscript form and a large collection of these unedited manuscripts are preserved in the National library in Tehran. About half of these texts are works of fiction, a quarter are history books, and the rest are memoirs or scientific works. At first there does not seem to be any underlying logic behind the choice of texts for translation. Authors as widely different as René Lesage, Voltaire, Alexandre Dumas, Jules Verne, Comtesse de Ségur, and Fénelon were all translated. Yet, within the intellectual and historical context of the time, an underlying concept of knowledge can be detected as the common denominator among these authors. The choice was not primarily based on the work’s inherent literary quality or merit. Increasingly mindful of their technological backwardness, the Persians of the time preferred texts that they thought would enhance their knowledge of the outside world, i.e., of history and geography or, more generally, any text which would lead them to a better understanding of Europe which was to serve henceforth as their model for modernization.

For translation purposes, Voltaire’s L’histoire de Charles XII, Gil Blas by Lesage, Télémaque by Fénelon, or Alexandre Dumas’ La Reine Margot were all on a par. It was the extreme diversity of his work, covering the whole gamut of French history, that made Alexandre Dumas père the most translated author into Persian.

From the outset French theater occupied a special place in the choice of translators. This was due to the development of the modern education system in which French classical drama was read as part of the curriculum, as well as to occasional performances in Tehran and Rašt (Browne, Lit. Hist. Persia IV, pp. 459-64; Nawwābī, pp. 85-87). For example, Molière’s Le médecin malgré lui, the first French play to be performed in Persian, was published by the office of translations at the Dār al-Fonūn (tr. in 1888 by Moḥammad-Ḥasan Khan Moqaddam Marāḡaʾī, Eʿtemād-al-Salṭana (1843-96; q.v.; Āryanpūr, Az Ṣabā tā Nīmā I, pp. 267-68; Bala, pp. 25-27). Molière’s Le Misanthrope was translated from Turkish and published by Mīrzā Ḥabīb Eṣfahānī (1835-93, q.v., Afšār, p. 495) in Istanbul in 1869; another example was the same author’s Mariage forcé translated and published in Tehran in 1904 by Moḥammad Ṭāher Mīrzā (1834-98; q.v. Āryanpūr, Az Ṣabā tā Nīmā I, pp. 271-72; Bala, pp. 31-33) the famous translator of Alexandre Dumas’ works.

From the Constitutional Revolution to Reżā Khan’s Coup d’état of 1299/1921 (q.v.), there were not only translations of authors who had already been translated, but new ones were also added to the list: Bernardin de St. Pierre (Paul et Virginie) Eugène Sue (Les Mystères de Paris), Victor Hugo (Les Misérables), L’abbé Prévost (Mannon Lescaut), Ponson du Terrail, Pierre Loti, and Paul de Kock. The rise of the literary review was another important cultural event of the period. These reviews devoted considerable attention to the translation of poetry and prose. The earliest of these periodicals was the monthly Bahār (q.v.) founded in 1910 by Mīrzā Yūsof Khan Āštīānī, Eʿteṣām-al-Molk (1874-1938; see EʿTEṢĀMĪ; Āryanpūr, Az Ṣabā tā Nīmā II, pp. 112-17), the father of the famous poet Parvīn Eʿteṣāmī (q.v.). The first translation of Victor Hugo’s Les Misérables (tr. as Tīra-baḵtān)was serialized in Bahār during 1910. Other famous reviews attempting similar translations were Dāneškada, Armaḡān, and Now Bahār, first published in Mašhad as a political journal in 1910 by Moḥammad-Taqī Malek al-Šoʿarāʾ Bahār (1886-1951, q.v.) and then later in Tehran in 1922 as a literary review (Āryanpūr, Az Ṣabā tā Nīmā II, p. 332). After World War II literary reviews showed a considerable and uninterrupted development. Among them, Soḵan was the most receptive to the literature of other countries. Looking through its issues, one can find the names of all those important French writers hitherto unknown in Persia, as well as those of the majority of the best known modern Persian writers.

Under Reżā Shah (1925-41) those French writers already known in Persia continued to be translated. Others, such as Maurice Leblanc, Michel Zevago, or Lamartine, were added to the list. It was only until after the Second World War that great French writers, such as Montesquieu, Balzac, Flaubert, Zola, etc., were translated into Persian.

The first translators came from different social backgrounds. Before the Constitutional Revolution there were some twenty famous names among them, including the already mentioned Eʿtemād-al-Salṭana, Mīrzā Ḥabīb Eṣfahānī, and Moḥammad Ṭāher Mīrzā; as well as ʿAbd-al-Raḥmān Ṭālebov (1834-1911), and Mīrzā Āqā Khan Kermānī (1854-96). They were intellectuals, writers, and high officials of the state. In the following period mention must be made of Moḥammad Ḥosayn Khan Ḏokāʾ-al-Molk Forūḡī (1839-1907; q.v.), the famous statesman and man of letters, who for years directed the office of translations at Dār al-Fonūn; Moḥammad-Taqī Bahār; ʿAlīqolī Khan Sardār Asʿad Baḵtīārī (1857-1917; see BAḴTĪĀRĪ chiefs); Ḡolām-Reżā Rašīd Yāsamī (1895-1951), Bahār’s collaborator in Dāneškada; Saʿīd Nafīsī (1895-1976), the famous scholar who also wrote novels; Ḥosaynqolī Mostaʿān (1904-83) a prolific writer and translator who also translated Les Misérables (Tehran, 1921), ʿAbbās Eqbāl Āštīānī (1896 or 97-1956, q.v.); Qāsem Ḡanī (1893-1952, q.v.) the noted scholar and diarist and translator of Anatole France; the historian Naṣr-Allāh Falsafī (q.v., 1901-81), translator of the seminal work by the historian Fustel de Coulanges, La Cité antique as Tāṟīḵ-e tamaddon-e qadīm (Tehran, 1930) and finally Moḥammad Ḥejāzī (q.v. 1900-1973) and ʿAlī Daštī (q.v., 1896-1981), both also noted politicians and novelists (Nawwābī, pp. 93-98).

Two writer-translators played a pivotal role in the development of modern fiction in the decades between 1920 and 1940 and deserve to be singled out: Moḥammad-ʿAlī Jamālzāda (q.v., 1895-1997) and Ṣādeq Hedāyat (q.v., 1903-51). Their contributions illustrate the way many of the most influential writers of fiction in modern Persia were influenced not only by translations from European and American literature, but by their own direct and thorough immersion in western literature. It should be noted that two of Hedāyat’s short stories, Lunatique and Sampingué, were written both in French and Persian (Ḥasan Qāʾemīān, ed., Majmūʿa-ye neveštahā-ye parākanda-ye Ṣādeq Ḥedāyat, 2nd rev.ed., Tehran, 1956, pp. 551-624).

With the expansion of American influence at the end of World War II and particularly after the fall of Moṣaddeq’s government in 1953, French gradually lost ground to English which became the second language in Persia. Nonetheless, the period from the 1953 coup d’etat to the present has been a time of intense cultural and intellectual development in which translations have played a siginificant part. In his already cited historical study of translations published in 1985, Dāwūd Nawwābī selects some fifty-six well-known skilled translators almost all translating from French (Nawwābī, pp. 104-6). Some great French writers hitherto neglected in Persia were at last translated including Honoré de Balzac, Gustave Flaubert, and Emile Zola. Twentieth writers have also occupied an important place among those translated: Antoine de Saint-Exupéry, Albert Camus, Jean-Paul Sartre, André Maurois, André Malraux, and more recently Romain Gary and Marcel Proust have also been translated. Among famous translators of French writers mention can be made of Parvīz Nātel Ḵānlarī (1913-90) for Paul Valéry; Moḥammad Qāżī (1929-98) for Saint-Exupéry (Le Petit Prince) and Flaubert (MadameBovary); M. A. Behāḏīn (Maḥmūd Eʿtemādzāda, b. 1915) for Balzac (Le Père Goriot, La Cousine Bette, La Peau de chagrin, Le Lys dans la vallée) and Romain Rolland (Jean Christophe); Jalāl Āl-e Aḥmad (1923-69, q.v.) for Camus (L’Étranger); Reżā Sayyed-Ḥosaynī (b. 1925) also for Camus (La Peste) and Malraux (L’Espoir); ʿAbu’l-Ḥasan Najafī (b. 1929) for Malraux (Antimémoires); Aḥmad Samīʿī (b. 1920) for Rousseau, Diderot, and Flaubert; and Esmāʿīl Saʿādat (b. 1925) for Rolland (La Vie de Michel-Ange).

In sum, it can be concluded that French literary impact on the evolution of Persian literature was decisive in the formative period of its adoption of two new literary genres, namely, the short story and the novel, and continued to be influential in the course of this century. In modern poetry (šeʿr-e now) too, French influence can be detected in the seminal and innovative diction of Nīmā Yūšīj (1897-1960). It should also be added that some great French writers still remain unknown to Persian readers; such are Rabelais and those from the medieval period, the majority of classical French writers, a great number from the Romantic period, not to speak of great modern figures, such as Georges Bernanos, Charles Péguy, Paul Claudel, Louis-Ferdinand Céline, or the majority of surrealists, such as Guillaume Apollinaire, Jean Giono, or Henry de Montherlant.

 

Bibliography : Ī. Afšār, “Mīrzā Ḥabīb Eṣfahānī,” Yaḡmā 13/10, 1339Š./1961, pp. 491-97. ʿA. Anwār, Fehrest-e nosaḵ-e ḵaṭṭī-e Ketāb-ḵāna-ye mellī, 10 vols., Tehran 1342-58 Š./1963-79. Āryānpūr, Az Ṣabā tā Nīmā. Ch. Bala, “La genèse du roman persan moderne,” Ph.D. diss., Université de Paris III, 1987 (also published under the same title, Tehran, 1998). Ch. Bala and M. Cuypers, Aux sources de la nouvelle persane, Paris, 1983. D. Derakhshesh, Les affinités françaises de Sadeq Hedayat: étude comparative aves les šuvres de Nerval, Baudelaire, et Sartre, Bethesda, Md., 1990. H. Kamshad, Modern Persian Literature, Cambridge, 1966. Monzawī, Nosḵahā VI, pp. 4060-68 (translations from French press). D. Nawwābī, Tārīḵča-ye tarjama-ye farānsa ba fārsī dar Īrān az aḡāz tā konūn, Kermān, 1363 Š./1984. Includes a detailed catalogue of books translated from French, including those not originally in French, and an alphabetical list of translators from French, and a separate list of travelogues translated from French into Persian (pp. 147-289). A. Rouhbakhshan, “Le rôle du Dār ol-Fonūn dans l’éxpansion du français en Iran,” Luqmān 3/2, 1987, pp. 33-54.

 

> Lire l'article dans son environnement original

 

 

 

 

Repost 0
Published by LePontissalien - dans LITTERATURE
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 22:28

revue des deux mondes

La littérature française dans ses rapports avec les littératures étrangères au moyen âge
Jean-Jacques Ampère

Publié sur wikisource

 

Discours d’ouverture.[1]


Messieurs,

Quand le choix bienveillant d’un écrivain célèbre m’a désigné pour occuper passagèrement cette chaire, illustrée long-temps par l’éclat de son esprit et de sa parole, je n’ai pu songer à vous rendre quelque chose des improvisations pour moi inimitables, auxquelles il vous avait accoutumés. Heureux s’il m’était donné de continuer, par un enseignement plus modeste, l’enseignement solide et ingénieux tout ensemble du collègue distingué que l’éloquence latine vient de ravir aux lettres françaises ! J’ai cru qu’il n’était permis  d’aborder cette chaire qu’en y apportant, à défaut d’un talent digne des brillans souvenirs qu’elle rappelle les fruits d’une étude sérieuse. Occupé, par devoir, depuis plusieurs années, de travaux sur les littératures étrangères, j’ai craint, si je me renfermais trop exclusivement dans le champ de la nôtre, de rester au-dessous de la tâche nouvelle et imprévue qui m’était imposée ; j’ai craint de ressembler à ces voyageurs qui, dans les courses d’une vie errante, ont désappris la douceur de l’accent natal, et sont comme dépaysés en rentrant dans leur patrie. Pour échapper à ce péril, j’ai dû chercher un sujet qui ne fût point étranger à la destination de cette chaire, et auquel cependant des études antérieures m’eussent suffisamment préparé. Un seul se présentait naturellement ; la littérature française n’a pas été sans rapport avec les autres littératures. Vous le savez, messieurs, notre langue n’a pas exercé une moindre influence en Europe que nos mœurs, nos idées et nos armes. De leur côté, les lettres étrangères ont agi sur nous à plusieurs reprises : faire l’histoire de cette mutuelle influence, en déterminer les causes, en apprécier les résultats, tel est le sujet de recherches qui m’a semblé concilier le mieux et la nature de ce cours et la direction de mes études.

En effet, messieurs, il est impossible de s’occuper de l’Europe moderne et de ne pas être ramené sans cesse à la France ; dans mes plus lointaines excursions littéraires au nord et au midi, j’ai rencontré partout son génie voyageur et conquérant. Non moins souple et mobile que dominateur et communicatif, il n’est pas un peuple dont il n’ait, pour un jour, accueilli la langue ou adopté la fantaisie ! Ainsi, messieurs, nous toucherons à toutes les grandes littératures, car toutes ont été en contact avec nous ; tantôt nous verrons la nôtre, instrument glorieux de la civilisation du monde, subjuguer l’Europe charmée ; tantôt nous assisterons aux luttes soutenues contre elle par les littératures nationales, et notre sympathie, sans injustice, sera pour leur cause, car toute insurrection contre l’étranger est sainte ! Quelquefois, enfin, quoique trop rarement, nous applaudirons à d’utiles échanges, enrichissant par un heureux commerce notre trésor littéraire. Ainsi nous irons à travers l’Europe de siècle en siècle et de pays en pays, suivant partout l’étoile et la bannière de la France.  

Mais, messieurs, dans la situation particulière où je me trouve, incertain du temps qui m’est accordé, je dois borner ce genre de considération à une époque déterminée de notre littérature ; j’ai choisi celle qui précède et ouvre toutes les autres : le moyen âge.

Nous aurons premièrement à examiner quelles circonstances ont préparé les commencemens de la littérature française, quels peuples ont mis la main à cet ouvrage naissant. Nous rechercherons ensuite quelle action cette littérature elle-même a exercée sur les autres littératures de l’Europe moderne ; nous ferons le compte, pour ainsi parler, de ce qu’elle a donné et de ce qu’elle a reçu ; nous établirons la balance des richesses qu’elle a recueillies dans son sein et des trésors qu’elle a répandus sur le monde.

Nous étudierons d’abord l’influence de l’antiquité.

Comme la langue latine a été la source de notre langue, comme les ruines de la civilisation romaine ont été le berceau de notre civilisation, ainsi les littératures de la Grèce et de Rome ont été les premières nourrices des lettres françaises. Même dans les âges d’ignorance, la lumière de l’antiquité ne s’est jamais complètement éteinte au milieu de nous ; elle y brille parmi les ténèbres des temps les plus reculés. Massalie répand sur quelques-uns de nos rivages, avec le langage de la Grèce, la politesse de ses mœurs et l’élégance de son génie. Rome envahit la Gaule, rapidement soumise à ses armes, et bientôt romaine par la langue et les coutumes. Après que les barbares sont venus et ont mis tout en confusion, Charlemagne paraît qui, voulant relever de terre la civilisation romane tombée, ouvre les écoles, appelle les savans, fonde notre université de Paris ; et le mouvement qu’il a imprimé n’est jamais entièrement suspendu, jusqu’à ce qu’au seizième siècle s’accomplisse, par le concours de Constantinople qui meurt, et de l’Italie qui ressuscite, cette rénovation des lettres françaises, que l’empereur germain avait tenté d’accomplir à lui seul. - Dans cet intervalle, on aime à suivre les effets de cette étude qui ne cesse point, à observer quels auteurs de l’antiquité sont copiés de préférence dans les cloîtres, quels sont les plus goûtés, les plus répandus, les plus imités ; chose frappante et pourtant naturelle ! ce sont souvent les moins parfaits, ceux de l’époque du Bas-Empire ou de la latinité corrompue ; c’est Prudence pour Virgile, c’est Orose au lieu de Tite-Live, c’est Marcianus Capella qui tient la place de Cicéron.

En outre, partout s’élève une littérature latine, contemporaine et rivale des littératures vulgaires. L’idiome qu’elle emploie est celui de l’église, de la science, des affaires ; et l’on peut dire que la littérature latine, au moyen âge, est une littérature morte dans une langue vivante.

Passant aux impressions que notre langue et notre littérature ont pu garder de l’ancien état des peuples germains, nous trouverons qu’elles se bornent à de faibles vestiges, d’autant plus importans à recueillir qu’ils sont plus rares. D’où nous viennent donc, messieurs, les matériaux de notre littérature, et principalement de la poésie chevaleresque qui en forme, au moyen âge, la partie la plus considérable ? Doit-elle quelque chose aux traditions celtiques de la vieille Gaule, ou à des légendes originaires du pays de Galles et de la Bretagne ? Serait-il vrai que le chant des trouvères fût un dernier écho de la harpe des bardes ? Et si ces origines de la muse française sont trouvées mensongères, qu’a-t-elle emprunté de la muse provençale, sa sœur aînée, qu’elle a trop fait oublier ? Depuis le cours que M. Fauriel a professé dans cette faculté[2], on ne peut plus douter que les poètes de la France méridionale n’aient raconté, avant leurs frères d’Artois ou de Normandie, dans des épopées en partie perdues, toutes ces aventures de chevalerie qui ont fourni aux poètes de la France du nord le sujet d’intarissables récits. Quand vous verrez, messieurs, à quel point l’Europe entière s’est empressée d’adopter ces récits et de les reproduire, vous sentirez mieux avec quelle gravité se présentait la question de leur origine, et de quelle importance est la solution si neuve et si satisfaisante que M. Fauriel en a donnée.

Jusqu’ici nous n’avons parlé que de l’Occident : il faut présentement tourner notre vue d’un autre côté. Tandis que la langue française se formait laborieusement des débris de la langue latine, tandis que la chevalerie naissante mêlait quelque générosité et quelque enthousiasme aux violences de la féodalité, et que la littérature tentait d’associer aux souvenirs altérés de la civilisation antique les sentimens incomplets de la société nouvelle, l’Orient, qui avait eu aussi ses révolutions, et que Mahomet avait renouvelé ; l’Orient, ce vieux monde, berceau du nôtre, continuait de rouler dans son lointain orbite, avec ses traditions, ses apologues, ses contes sans nombre, et toutes les éblouissantes merveilles de son ciel et de sa poésie. Le temps venu où il devait donner la main à l’Occident, la littérature française, jeune encore et naïve, avide d’émotions, curieuse de récits, s’avança au-devant de lui, et le rencontra par plus d’un endroit : le génie arabe atteignit la Provence à travers l’Espagne. Les Juifs, qui étaient entre les peuples les courtiers des idées aussi bien que des richesses, importèrent dans le midi de la France, avec l’étude de la médecine, une foule de notions orientales ; vinrent les croisades, où les Français parurent aux premiers rangs, car ce n’est pas sans motif que le nom de Franc fut donné à tous ces guerriers aventureux qui allaient combattre pour la cause de la civilisation, en croyant ne suivre que l’étendard de la foi. Le but des hommes dans ces guerres leur échappa ; il fallut abandonner aux infidèles le saint tombeau, et Jérusalem fut perdue. Mais Dieu n’avait pas en vain rapproché l’Europe et l’Asie dans les longues étreintes de cette lutte de deux siècles. Je parlerai seulement de notre poésie, que semble alors illuminer un rayon du soleil d’Orient. Souvenons-nous aussi, messieurs, que nos croisés s’étaient laissé distraire, en passant, par la fantaisie de s’asseoir tout éperonnés sur le trône impérial de Constantinople. Vous savez en quelle admiration les jeta la rencontre qu’ils firent, aux extrémités de l’Europe, d’une ville si supérieure à tout ce qu’ils connaissaient par les restes de ses arts et la majesté de ses monumens. Constantinople était alors comme la porte magnifique de l’Orient. Par là durent encore nous être apportés de nombreux aliment pour notre poésie. - Mais avant ces pélerins armés, empereurs de Bysance, ducs d’Athènes, princes d’Antioche ou de Galilée, d’autres plus obscurs et aussi hardis, cheminant dans l’ombre, se glissant à travers les obstacles et les périls d’un monde presque inconnu, avaient traversé la Syrie et salué la Palestine. Une foule de Français entreprirent ces pieux voyages et les racontèrent au retour dans leurs itinéraires ; nom qu’on ne peut rencontrer à cette époque de la littérature française, sans penser involontairement à sa plus grande gloire dans le siècle où nous, vivons ! Le commerce, l’esprit d’aventures, les ambassades des papes, des rois de France auprès des princes mahométans et surtout des chefs tartares, toutes ces causes et mille autres poussèrent vers l’Asie une foule d’hommes de toute condition, des moines, des artisans, des prêtres, des soldats. - Que d’histoires, de légendes orientales durent voyager alors avec cette foule vagabonde ! Combien durent être rapportées sous le toit natal et redites au foyer rustique ou sous la cheminée du manoir, qui avaient été contées la première fois au désert, sous les tentes, près des fontaines ! - Et nous, messieurs, dans ce cours, nous remonterons à la source de ces traditions venues de si loin ; nous irons, jusqu’aux bords du Gange, chercher la patrie de ces fables que se sont passées de main en main l’Inde, la Perse, l’Arabie ; que des Juifs ont traduites en hébreu, en grec et en latin ; qui, tombées enfin dans le domaine de la littérature vulgaire, sont devenues le patrimoine commun des diverses nations de l’Europe, et dont la France, une des premières, a recueilli l’héritage.

Nous terminerons cette partie de nos recherches par l’histoire des traditions orientales sur Alexandre ; il est beau de suivre ce grand nom à travers les siècles, et de voir comment, dans l’ignorance de la vérité, l’imagination des peuples se travaille pour égarer par des inventions gigantesques la grandeur que l’histoire lui a faite. - Quand ce conquérant eut disparu du monde, que sa puissance remplissait, comme chacun de ses capitaines prit un morceau de son empire, chaque peuple qu’il avait soumis voulut hériter d’une portion de sa gloire l’Égypte lui donna pour père un de ses rois ; la Perse le fit naître de Darius, cherchant à couvrir par cette fiction hardie la honte de ses défaites ; les Arabes se plurent à broder de fables la destinée de l’élève d’Aristote. Quand la figure d’Alexandre, ainsi dénaturée par les étranges ornemens que lui avait prêtés l’imagination orientale, vint à se montrer en cet état aux peuples de l’Occident, ils augmentèrent encore la confusion, en affublant le roi de Macédoine, devenu monarque asiatique et magicien, d’un costume de chevalier. C’est ainsi qu’Alexandre entra dans notre poésie, devenu, pour ainsi parler, le héros de la terre entière, portant confondus les insignes de l’admiration de tous les peuples, comme s’ils les eussent réunis à plaisir pour en faire un magnifique et bizarre trophée à la plus vaste gloire qui fut jamais.

Après avoir recherché les origines, et, pour ainsi dire, la matière de la littérature française au moyen âge, il reste à en suivre les effets sur les autres littératures.

La poésie chevaleresque se répand presque en même temps par toute l’Europe : l’Italie est la plus prompte à la recevoir de nous. Dès le treizième siècle, les paladins de France, les héros de Charlemagne, fournissent le sujet de récits et de chants qui ont cours au-delà des Alpes. Bientôt toutes ces aventures qu’avaient racontées nos troubadours et nos trouvères, sont célébrées dans une foule d’épopées qui perpétuent en Italie la tradition chevaleresque née en France, jusqu’à ce que deux hommes lui impriment un caractère nouveau. Pulci ose donner place à la plaisanterie entre les récits incroyables et les réflexions dévotes de la légende ; Boyardo y introduit l’intérêt romanesque, et c’est ainsi métamorphosés que les héros de Turpin arrivent aux mains de l’Arioste. Tout en se jouant de ses personnages et de ses récits avec une grâce que Pulci n’avait point connue, tout en laissant bien loin derrière lui les plus aimables inventions du Boyardo, l’Arioste ne s’en rattache pas moins, par ces deux hommes et par leurs prédécesseurs, à notre vieille poésie chevaleresque, dont son imagination ingénieusement naïve a plus conservé ou mieux retrouvé qu’on ne croit d’ordinaire, l’allure naturelle et facile, et ce mouvement à la fois continu et varié d’un récit qui s’interrompt sans cesse et ne s’arrête jamais. Dès ce moment, la poésie chevaleresque ne peut plus être qu’une poésie badine ; l’Arioste, qui lui a prêté tant de rians prestiges, l’a dépouillée sans retour de tout prestige sérieux. Cependant, avant de s’éteindre, cette noble poésie chevaleresque, ranimée au nom des croisades françaises, qui lui rappelait son origine un peu oubliée, jettera encore un dernier rayon, le plus brillant peut-être, sur la classique épopée du Tasse.

L’Italie avait également reçu de la Provence ses premières inspirations lyriques. En partant de nos troubadours, nous arriverons à Pétrarque, comme nous avons été conduits à l’Arioste et au Tasse. Il n’est pas jusqu’au Dante dont l’œuvre colossale n’ait quelques fondemens parmi nous : ce triple univers qu’a bâti si fortement sa puissante main, il ne l’a pas tiré du néant ; ces espaces du monde invisible que peuplèrent de tant de créations sublimes sa foi, son génie et sa haine ; ces espaces, alors qu’il y entra, d’autres les avaient parcourus. Il y avait des voyages dans la voye d’enfer et dans le purgatoire de saint Patrice, avant le mystérieux voyage du grand poète ; Dante, qui a fait des vers en provençal et qui connaissait notre langue, a pu prendre dans quelques-unes de ces légendes qui furent répandues de si bonne heure dans le midi et peu après dans le nord de la France, l’idée de sa vision. On voit bien un poète islandais du onzième siècle rencontrer par avance les plus sombres imaginations du Dante, ou plutôt les emprunter de même à la France, où il était venu les chercher pour les mêler bizarrement aux traditions du Nord, comme Dante, deux siècles plus tard, à ses croyances théologiques et à ses passions républicaines.

Un genre de littérature dont l’origine nous appartient plus complètement, ce sont ces contes et fabliaux, peinture familière et railleuse de la vie privée, où n’ont pas dédaigné de puiser largement nos génies les plus originaux, Rabelais, Molière et La Fontaine. Avant eux, les conteurs italiens ont sans cesse emprunté aux nôtres les sujets de leurs nouvelles, et ainsi ils nous doivent en partie le genre peut-être le plus national de leur littérature. - Bocace surtout, Jean Bocace, ce joyeux enfant de Paris, qui respira dès le berceau un air imprégné de malice et de vieille gaîté gauloise, garda toujours quelque chose de l’humeur joviale et moqueuse de ceux qu’un caprice prophétique du hasard avait faits ses compatriotes. Ni le goût des inventions romanesque, où, docile à son temps, il exerça sa jeunesse, ni l’admiration de la gravité latine trop empreinte en son langage cicéronien, ni un vif sentiment de la poésie grecque dont il fut un restaurateur passionné, n’effacèrent complètement son baptême français. Qui sait combien de ses meilleures nouvelles il apprit enfant, peut-être, dans les rues de Paris avec de jeunes compagnons, au bout de la table où les compères du marchand florentin oubliaient son jeune fils pour se régaler de bons contes dont il a fait des récits immortels !

Notre littérature chevaleresque, messieurs, a franchi les Pyrénées aussi bien que les Alpes. Sans parler du poème d’Alexandre, un des plus anciens monumens de la poésie castillane, et que lui a prêté la nôtre ; sans agiter ici la question de l’origine tant disputée du douteux Amadis, quelques-unes des plus vieilles et des plus belles romances espagnoles sont là pour témoigner que la mémoire fabuleuse de Charlemagne a été populaire dans le pays où s’était conservé le souvenir d’une expédition historique, terminée par un illustre désastre. Il est curieux de voir la vaillance française célébrée par ceux qui luttèrent contre elle, et les héros de Roncevaux chantés par les vainqueurs des Maures. L’orgueil espagnol cependant ne perd pas ses droits ; il se trahit tantôt par des invectives, tantôt par des fictions également intéressées : en effet, des romances accusent le courage de Roland, et une chronique donne à son illustre adversaire, D. Bernard de Carpio, Charlemagne pour père. C’est ainsi que les Persans faisaient maître Alexandre de Darius. Quand la gloire d’un peuple contraint ses ennemis de la célébrer, il est naturel qu’ils s’efforcent d’en amoindrir l’éclat ou de s’en couvrir eux-mêmes. Mais soit qu’ils veuillent altérer les titres de cette gloire, ou qu’ils prétendent les usurper, ils la rehaussent également.

D’autres parties de l’Espagne furent dans une liaison politique et littéraire fort étroite avec certaines parties de la France actuelle. Il y eut une époque où la Provence, le Roussillon, et d’autres états du Midi appartinrent à des comtes de Catalogne, qui plus tard devinrent rois d’Aragon et conquirent le royaume de Valence et les Baléares. Ces divers pays parlaient à-peu-près la même langue, appelée indifféremment provençale, limousine ou catalane ; leur poésie était celle des troubadours ; ce nom fut porté avec honneur par plusieurs rois de l’illustre maison d’Aragon : à cette maison appartenait D. Enrique de Villena, qui s’efforça de transporter dans la Péninsule la jurisprudence galante des cours d’amour et les préceptes de la gaie science.

Le Portugal eut aussi ses troubadours, qui s’essayèrent à reproduire les chants gracieux des Provençaux, leurs modèles. Il n’est pas étrange, messieurs, de rencontrer une poésie venue de France, dans un pays qui n’existe que pour avoir été arraché aux Maures par une main française !

C’étaient des Français aussi, car ils l’étaient devenus par l’adoption rapide de nos mœurs et de notre langue, ces Normands qui mirent un jour à la voile pour prendre l’île d’Angleterre, et se la partagèrent comme un grand fief. Là notre langue fut imposée par le droit de la guerre, et les ménestrels prirent possession du sol avec les conquérans. Mais il y eut des résistances : de même que quelques chefs nationaux tenaient dans les bois et les marécages, et refoulaient momentanément les vainqueurs ; de même au fond d’un cloître écarté, sous le toit ruiné d’un Franklin saxon, la langue du pays retentissait encore dans quelques chants et dans quelques chroniques, tandis que tout ce qui avait pouvoir ou richesse la méprisait. Les deux idiomes ont fini par se fondre comme les deux peuples. Mais l’Angleterre conserve à cette heure une foule de mots inscrits dans son vocabulaire par notre épée.

Il n’est pas surprenant, d’après cela, messieurs, que notre littérature chevaleresque forme une portion si étendue de la vieille littérature anglaise. La poésie anglo-normande est réclamée par les deux pays, et c’est ainsi que les bibliothèques d’Angleterre contiennent parmi leurs archives un si grand nombre de monumens français. Bien après qu’on eut commencé d’écrire l’anglais, on s’en servit surtout pour redire ce qu’avaient raconté nos trouvères ; l’emploi du français dans la poésie se continua si long-temps, qu’au quatorzième siècle, sous Edouard III, qui le premier le bannit de la jurisprudence, l’ami de Chaucer, Gower, écrivit en français un poème entier et des chansons pleines de grâce. Chaucer enfin, le Bocace de l’Angleterre, le père de sa littérature et de sa langue, fut le traducteur du roman de la Rose, et, dans le Temple de la Renommée, l’imitateur d’allégories provençales et françaises ; enfin, dans le conte où il a excellé, il se montra l’élève de Bocace, et, comme lui, des fabliers français dont il suit de plus près encore l’allure et le génie. La France pourrait pousser plus loin ses prétentions et réclamer sa part des créations symboliques de Spenser ; elle pourrait revendiquer l’honneur d’avoir donné à Shakespeare, non des modèles, elle n’en avait point alors à lui offrir et son génie n’en comportait pas, mais du moins les sujets d’un certain nombre de ses drames ; elle pourrait se vanter d’avoir fourni les cases obscures où s’est alimenté ce fleuve immense qui roule la fange et réfléchit l’univers, dont l’œil suit tour-à-tour avec une admiration mêlée d’incertitude, le cours limpide, les cataractes étourdissantes et les majestueux débordemens.

L’empire de la littérature française s’étendit au nord encore plus loin qu’au midi. On sait que les minnesingers furent les troubadours de l’Allemagne, dont la poésie chevaleresque, soit dans l’épopée, soit dans le genre lyrique, présente presque toujours un calque de la nôtre ; il n’en sera que plus curieux de démêler ce qui s’est pu glisser d’originalité nationale dans cette poésie d’emprunt. D’autre part, nous verrons dans les Niebelungs et le livre des héros, les mœurs et les sentimens de la chevalerie aller chercher, pour ainsi dire, et rencontrer sur leur terrain les traditions barbares. Là nous assisterons aux luttes et aux alliances des deux génies qui se disputent l’Europe moderne.

Le génie chevaleresque, dont le midi de la France semble être la patrie, atteignit le vieux génie du nord au milieu de ses glaces, et envahit jusqu’à son lointain berceau. Les compagnons fabuleux de Charlemagne, les courtois chevaliers de la Table ronde prirent place dans la littérature islandaise à côté de Sigurd, de Théodoric et d’Attila, et les sagas s’étonnèrent de mêler des récits de tournois et d’aventures aux lugubres tragédies qui les ensanglantaient.

Je n’ai pas parlé du théâtre, il sera traité à part, et je montrerai que la France au moyen âge ne le cède ni pour l’antiquité, ni pour le nombre de ses mystères et de ses moralités à aucun pays de l’Europe. Peut-être même nous convaincrons-nous que c’est dans sa partie méridionale qu’ont dît avoir lieu d’abord ces représentations théâtrales dont l’origine se rattache à des divertissemens païens, et que l’église imagina pour les remplacer. Vous savez que ce genre de compositions a couvert l’Europe depuis le douzième siècle jusqu’au quinzième. Pour trouver cette forme dramatique élevée à la dignité de l’art, il faut aller en Espagne, et, chose étrange ! descendre,jusqu’au dix-septième siècle ! Un poète de génie, Caldéron, qui écrivait en même temps que Racine, composa, sous le nom d’Actes sacramentaux, de véritables mystères. Ce sont, pour la plupart, des prodiges d’imagination et de subtilité. Nous parlerons de ces drames allégoriques trop peu connus, et qui, malgré leur date, sont une continuation, ou, si l’on veut, une tardive et brillante résurrection de notre scène du moyen âge.

Messieurs, je viens de vous tracer la route que nous ferons ensemble. Elle part de l’antiquité grecque et latine, coudoie les antiquités germaines et celtiques, va chercher l’Orient, et, traversant la Provence, rentre dans notre pays ; puis en sort, parcourt l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre, l’Allemagne. Voyage immense, que nous achèverons pourtant sans poser le pied hors de la terre de France, car ce chemin, tel que je viens de le tracer sur la carte du monde, que l’on parle poésie ou guerre, c’est le chemin de nos conquêtes.

Vous le voyez, messieurs, bien que les littératures étrangères jouent un grand rôle dans ce cours, l’intérêt de nationalité, à défaut d’autres, ne lui manquera pas, et je ne serai pas infidèle à l’objet de cette chaire, tout en demeurant fidèle à mes études.

Ce n’est pas tout, messieurs, j’ai tracé la route que nous suivrons, mais je n’ai pu vous indiquer tout ce que nous rencontrerons des deux côtés du chemin. Mille excursions nécessaires nous attendent ; nous aurons, tout en marchant, mille questions à poser et à résoudre : car nous voulons pleinement connaître le rôle que la littérature française a joué en Europe au moyen âge. Pour cela, il ne suffit pas d’étudier ses rapports de filiation, de génération pour ainsi dire, les seuls dont j’aie parlé aujourd’hui ; il faudra la comparer avec ses rivales sous tous ses aspects et dans toutes ses parties.

Nous la ferons, messieurs, cette étude comparative sans laquelle l’histoire littéraire n’est pas complète ; et si, dans la suite des rapprochemens où elle nous engagera, nous trouvons qu’une littérature étrangère l’emporte sur nous en quelque point, nous reconnaîtrons, nous proclamerons équitablement cet avantage ; nous sommes trop riches en gloire pour être tentés de celle de personne, nous sommes trop fiers pour ne pas être justes.

Messieurs, notre part est assez belle ; trois fois la civilisation française s’est placée à la tête de l’Europe : au moyen âge, par notre littérature, par nos croisades et notre chevalerie ; au dix-septième siècle, par le génie de nos écrivains et le règne de Louis XIV ; au dix-huitième, par l’ascendant de notre philosophie et les triomphes de notre glorieuse révolution. Et aujourd’hui nous arrêterions-nous dans la voie du progrès, qui est la voie de l’humanité ? Non, messieurs, il n’en sera pas ainsi. – Le dix-neuvième siècle, qui a déjà porté de si grandes choses, semble par momens indécis et fatigué dans sa marche. Soutenons le pas, Messieurs, et pour la quatrième fois reprenons notre poste en tête du mouvement européen. L’Europe nous regarde et nous attend.


JEAN-JACQUES AMPÈRE.


  1. M. J.-J. Ampère a ouvert ce cours de littérature comparée, le 17 décembre, à la Sorbonne ; nous ne manquerons pas de suivre notre jeune professeur dans ses brillantes et ingénieuses expositions, et lui-même nous fournira sans doute les moyens de reproduire dans la Revue quelques-unes de ses leçons. (N. du D.)
  2. Voyez la première série de la Revue des deux mondes, dernier trimestre de 1832, où se trouve imprimé le cours de M. Fauriel
Repost 0
Published by LePontissalien - dans LITTERATURE
commenter cet article
28 novembre 2010 7 28 /11 /novembre /2010 19:10

The-Influence-of-French-on-Eighteen-Century-Literary-Russia.jpgThe influence of French on eighteenth-century literary Russian ; semantic and phraseological calques.

 

 

 

Smith, May.

Peter Lang Publishing Inc

2006

399 pages

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Présentation de l'éditeur

 

Considered at the time to be the language of intellectuals and the courts, French became a major source, conscious or not, of literary devices in the eighteenth century. Independent scholar Smith provides a close reading of scores of examples from the original works, translations and correspondence of Russian writers from the 1730s to the end of the century, analyzing semantic and phraseological calques, faithful reproductions or copies of words that captured their essence without strictly "borrowing" them. As she works through prose, poetry and translations she finds that French was extremely significant; in fact, its influence was overwhelming and figured prominently in the Russian literary language of the period. Smith provides very interesting introductions to both the dominance of French in Europe and Russia and the process of developing calques.

 

 

 

captures d'écran :

 

introduction générale (page 15)

The-Influence-of-French-on-Eighteen-Century-Litera-copie-1.jpg

 

 

 

A propos de la notion de calque (p. 29)

 

The-Influence-of-French-on-Eighteen-Century-Litera-copie-2.jpg

 

 


 

Lire de larges extraits sur GOOGLE LIVRES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans LITTERATURE
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 17:28

THE-FRENCH-RENAISSANCE-IN-ENGLAND.JPGTHE FRENCH RENAISSANCE IN ENGLAND.

 

AN ACCOUNT OF THE LITERARY RELATIONS OF ENGLAND AND FRANCE IN THE SIXTEENTH CENTURY

  

BY SIDNEY LEE

HON. D.LITT., OXFORD ; HON. LL.D., GLASGOW FELLOW OF THE BRITISH ACADEMY

NEW YORK CHARLES SCRIBNER'S SONS 1910

 

 

 

 


   

A LIRE SUR ARCHIVE.ORG

 

  

 

   


 

TABLES DES MATIERES

 

 (capture d'écran)

THE FRENCH RENAISSANCE IN ENGLAND (content 1)

 

 

THE-FRENCH-RENAISSANCE-IN-ENGLAND--content-2-.JPG

 

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans LITTERATURE
commenter cet article
21 novembre 2010 7 21 /11 /novembre /2010 00:11

THE ROAD FROM PARIS, french influence on English poetry 190The Road from Paris

French Influence on English Poetry 1900–1920

 

Collectif, Sous la direction de Cyrena N. Pondrom. Contributeurs : F. S. Flint, John Middleton Murray, T. E. Hulme, Richard Aldington, Remy de Gourmont, Aldous Huxley, Andre Lhote

Cambridge University Press

978-0-521-13119-3 - The Road from Paris: French Influence on English Poetry 1900-1920

 

 

 

   

Overview

 

'For the best part of a thousand years English poets have gone to school to the French,' declared Ezra Pound in 1913. Whatever the truth of this assertion for all of English literature its accuracy for Pound's own period is well established. Both he and T. S. Eliot wrote frankly of the debt which they owed to their French predecessors and this fact has long been recognised by students of English literature. With the recognition of this influence went the assumption that Eliot and Pound were themselves responsible for its transmission from France to England. That this was not so is demonstrated by the documents reprinted in this volume. Dr Pondrom presents a selection of extracts and complete essays and letters by the critics and poets who together were principally responsible for channelling into English writing the ideas and theories of the French poetic avant-garde.

 


Des extraits du livre au format PDF sont mis à disposition par la Cambridge University Press (10 pages) à l’adresse suivante :

http://www.cambridge.org/servlet/file/9780521131193_excerpt.pdf?ITEM_ENT_ID=6031542&ITEM_VERSION=1&COLLSPEC_ENT_ID=6

 Lire avec google

 

 

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans LITTERATURE
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 11:06

la revue de téhéran - mensuel iranien en langue françaisCréé en octobre 2005, la Revue de Téhéran est à l’heure actuelle le seul magazine iranien en langue française. Il connaît aujourd’hui une large diffusion au sein de l’Iran et compte également de nombreux abonnés en France et dans plusieurs pays francophones. Sa direction est placée sous l’égide de la Fondation Ettelaat, qui, depuis sa création en 1934, n’a cessé d’éditer, outre son quotidien du même nom, de nombreuses publications scientifiques, culturelles, ou consacrées aux sciences humaines. Il s’adresse à la fois à un public français et iranien francophone, et vise à faire connaître et à approfondir certains aspects historiques, philosophiques, ou sociaux de la culture iranienne.

 

    


 

 Lire l'article directement sur le site de la revue N° 35, octobre 2008, Par Babak Ershadi

 


 

 

 REPRODUCTION IN EXTENSO

 

 

S’il est difficile de donner une définition exacte du genre littéraire romanesque à partir de ce qu’il est, nous pouvons pourtant adopter une approche inverse, en essayant d’identifier ce qui le fait distinguer des autres genres littéraires : le roman, genre littéraire narratif, se distingue du mythe par son attribution à un auteur, du récit historique par son caractère fictif, de l’épopée par son usage de la prose, du conte et de la nouvelle par sa longueur, du simple "récit" par la plus grande complexité de sa narration …

Sous le nom de roman sont regroupées des œuvres très diverses, comme en attestent les innombrables sous-catégories proposées selon les thèmes, les formes, les visées ou les écoles : roman d’analyse, de mœurs, d’amour, de cape et d’épée, ou encore roman rural, social, policier, etc.

JPEG - 22.5 ko
György Lukacs
Photo : Hulton-Deutsch, Corbis

L’histoire de la littérature mondiale nous apprend que le roman puise ses sources dans l’Antiquité, mais l’apparition du roman, dans le sens moderne du terme, en tant que genre littéraire à part ne remonte qu’à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. Le roman qui nous paraît aujourd’hui comme la forme la plus "simple" et la plus "accessible" de la création littéraire, est en réalité porteur de l’expression narrative la plus sophistiquée et la plus abstraite, qui se donne pour mission la justification des aspects les plus complexes de la réalité humaine, à l’instar des sciences humaines, la philosophie, la sociologie, l’anthropologie, la psychologie, etc.

Mais le roman en lui-même est un genre en quête de légitimité : il est, du point de vue strictement littéraire, né de l’union des genres "élevés" ou "nobles" (l’épopée et la tragédie, selon l’ancienne hiérarchie aristotélicienne des genres) avec les genres "bas" ou " inférieurs " (la comédie, le burlesque, …). Dans le même temps, le roman est, selon les critiques littéraires, le fruit de la crise issue de la confrontation entre la tradition et la modernité.

JPEG - 25.4 ko
Sir Walter Scott
Photo : J.T, Corbis

En Europe, cette crise sociale et culturelle apparut d’abord lors de la Renaissance, avec l’apparition de l’humanisme de la fin des XVe et XVIe siècles. Durant cette période, la société féodale morcelée du Moyen آge, avec son économie agricole et sa vie intellectuelle et culturelle dominée par l’ةglise, se transforma en une société de plus en plus ordonnée par des institutions politiques centralisées, avec une économie urbaine et commerciale, et un patronage laïque de l’enseignement, des arts et de la musique. La crise atteignit son apogée au XIXe siècle, avec la victoire de la modernité sur le monde des traditions anciennes en Europe, victoire caractérisée dans le monde de la littérature européenne par le triomphe du genre romanesque.

Cette crise socioculturelle n’apparaît en Iran qu’assez tardivement (pour des raisons historiques et sociales), vers la fin du XIXe siècle avec le mouvement constitutionnel. Le roman moderne iranien est né pendant cette même période sous l’influence de la pensée moderne.

JPEG - 19 ko
Alexandre Dumas
Photo : Hulton-Deutsch, Corbis

Le roman historique

Le roman historique est d’une importance particulière dans la genèse du genre romanesque en Iran. Un roman historique est un roman qui prend pour toile de fond un épisode (parfois majeur) de l’Histoire, généralement des événements et des personnages réels et fictifs. Apparu à la fin du XVIIe siècle, ce genre romanesque s’efforce d’apparaître vraisemblable en regard de la vérité historique, et ses auteurs s’appuient généralement sur une importante documentation.

Contrairement à l’auteur de récits purement fictifs, l’écrivain de roman historique ne remet en cause aucune notion, n’invente aucun événement, ni ne crée aucun univers, il se contente de "réécrire" l’Histoire, et non pas une histoire.

Un genre né de la crise

Le roman est un genre né de la crise et ce constat est d’autant plus valable pour le roman historique que de nombreux liens le rapprochent de l’Histoire et de la société. Gyِrgy Lukacs (1885-1971), philosophe et critique littéraire hongrois qui a étudié la genèse sociohistorique de ce genre, considère les mouvements politiques et sociaux comme le moteur principal de la création du genre romanesque notamment du roman historique. Il démontre ainsi dans ses études que l’essor de la bourgeoisie et la montée des sentiments nationalistes au XIXe siècle sont deux des facteurs importants dans le développement du roman historique, d’abord en Angleterre, puis en France et dans les autres pays occidentaux.

JPEG - 16.4 ko
M. A. Jamâlzadeh
Behnam Farid

Sir Walter Scott (1771-1832), écrivain britannique d’origine écossaise, fut indéniablement le premier auteur majeur de romans historiques en Angleterre. Il s’attacha à peindre l’ةcosse, l’Angleterre et la France, privilégiant la période qui va du Moyen آge au XVIIIe siècle. Il montra avec une remarquable lucidité l’influence des forces politiques traditionnelles sur l’individu. Même si ses intrigues semblent parfois bâties à la hâte et ses personnages manquer de vérité, ses œuvres n’en demeurent pas moins intéressantes pour leur grandeur épique. Honoré de Balzac en France et Charles Dickens en Angleterre, furent de ceux qui apprirent beaucoup des travaux de Scott sur l’interaction entre les forces sociales et le caractère individuel. Selon Scott, le roman historique prend pour thème une période de l’Histoire marquée par une crise : un monde ancien est en train de mourir, donnant naissance à un nouveau monde. L’auteur fait participer ses personnages à l’événement historique, et leur en fait subir les conséquences.

En France, l’œuvre de Scott a inspiré des romanciers comme Alexandre Dumas (1801-1870), qui fut avec Victor Hugo (1802-1885) le précurseur du drame romantique. La célèbre trilogie d’Alexandre Dumas évoquant l’époque de Louis XIII (Les Trois Mousquetaires, 1844 ; Vingt Ans après, 1845 ; Le Vicomte de Bragelonne, 1848) et Le Comte de Monte-Cristo (1845) compte parmi les romans historiques les plus lus dans le monde. Victor Hugo écrivit Notre Dame de Paris (1831), et Prosper Mérimée (1803-1870) rédigea La Chronique du règne de Charles IX (1829). Ces ouvrages furent fort bien accueillis par le public du XIXe siècle et traduits dans de nombreuses langues.

Influence des romans historiques français en Iran

Le mouvement de la traduction en Iran remonte à l’époque de l’Ecole Dar-ol-Fonoun, fondée par Amir Kabir au XIXe siècle. Les enseignants européens de Dar-ol-Fonoun introduisirent dans le programme des cours de nombreux livres de technique, de stratégie militaire, et de sciences modernes que leurs étudiants iraniens traduisaient eux-mêmes en persan. Ces livres étaient ensuite publiés par l’imprimerie de l’école. Outre ces ouvrages didactiques, cette première génération de traducteurs iraniens, pour la plupart francophones, s’intéressa à la traduction des livres d’histoire et des romans historiques. Les Trois Mousquetaires et Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas furent parmi les premiers romans français traduits en persan.

Les lecteurs iraniens des romans historiques de Dumas et des autres auteurs français se familiarisaient ainsi avec la culture, l’histoire et les pensées européennes, et découvrait en même temps un nouveau genre littéraire -le roman-, caractérisé notamment par la simplicité du langage par rapport à la langue alambiquée et artificielle en vogue parmi les gens de lettres de la période précédent la Révolution constitutionnelle de 1906. En réalité, la traduction des ouvrages historiques et littéraires de la France des XVIIIe et XIXe siècles joua, bien avant l’apparition du roman iranien, un rôle indéniable dans l’évolution de la prose littéraire en Iran.

JPEG - 22.2 ko
Georgy Zeidan

Influence du renouveau de la littérature arabe

Un renouveau de la littérature arabe, largement sous l’influence de l’Occident, survint pendant la seconde moitié du XIXe siècle. L’ةgypte a longtemps été le centre intellectuel du monde arabe, mais d’autres pays apportèrent bientôt leur contribution à la culture arabe. La littérature et la politique étaient des thèmes couramment traités par ces écrivains, et leur créativité s’exprimait dans différents genres. Georgy Zeidan (1861-1914), auteur chrétien libanais, écrivit plusieurs romans historiques très appréciés par le public arabe et musulman. Ces romans, aussitôt traduits en persan, attirèrent également l’attention du public iranien et le style de l’auteur arabe devint vite un modèle de prose moderne simple, d’autant plus que les sujets traités par cet écrivain, tirés souvent de l’histoire arabo-musulmane, étaient accessibles et compréhensibles pour ses contemporains iraniens.

Premiers romanciers iraniens

La genèse du genre romanesque en Iran coïncide avec d’importantes évolutions culturelles, sociales et politiques : les premières traductions modernes, de l’arabe et des langues européennes en persan, le début de l’ère moderne en Iran et la Révolution constitutionnelle. C’est dans ce contexte particulier que les premiers romans modernes iraniens voient le jour, puisant leurs thèmes dans l’histoire du pays, de l’Antiquité à l’époque islamique. Parmi les premiers romans, celui de Mohammad Bâgher Khosravi, long récit en trois tomes, intitulé Chams et Toghrâ qui racontait l’histoire d’amour d’un prince iranien et d’une princesse mongole à l’époque de l’invasion mongole au XIIIe siècle. Sheikh Moussa, lui, écrivit un roman historique aux évidentes intentions pédagogiques : L’amour et le règne. Dans cet ouvrage, l’auteur s’est directement inspiré du chapitre qu’Hérodote avait consacré dans son travail à l’empire des Perses. Abdol-Hossein San’ati Zâdeh s’inspira également de l’histoire de la dynastie sassanide pour écrire un roman historique intitulé Les Conspirateurs.

Cependant, bien que les lecteurs iraniens aient accueilli avec enthousiasme ces premiers romans persans, ces ouvrages n’avaient guère de valeur littéraire, d’autant plus que la traduction des romans européens avait éclipsé ces premières tentatives romanesques. Il fallut attendre "Il était une fois" de Seyyed Mohammad Ali Jamâlzadeh en tant que premier récit moderne de qualité, qui prépara le terrain à la renaissance du roman iranien avec les œuvres de Sâdegh Hedâyat.

 

 

 

 

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans LITTERATURE
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 17:11

the influence of french literature on europe v2The Influence Of French Literature On Europe ; An Historical Research Reference Of Literary Value To Students In Universities, Normal Schools, and junior colleges (1919) - Emeline maria Jansen

 

 

 

 

 

   

 

 

 


 

Je reproduis les premières pages du livre. Pour une lecture agréable (mais incomplète),

 

cliquez ici ; pour l'inverse, cliquez sur :

 


 

  the influence of french literature on europe (contents)

 

 

PREFACE

 

The mission of this little work is to bring before the reader the influence that the life and thought of the French people, as shown in their literature, have had upon the world.
      Not only many of the scientific discoveries, but also some of the most brilliant ideas in literature have been accredited to other nations, although they are French in their origin.
      The purpose of this book is to trace the influence of France from her earliest days to the present time, and to inspire the reader with a real love for the French people.
      The French people so brilliant, so courageous, so full of animation and vim are a people whom we today especially wish to know. The literature helps us to understand and to appreciate them. It tells us what they thought, how they lived, how they fought, and what they did. The French esprit and culture come to us through their literary works. Nowhere else do we find such living with such love for order, beauty, and clearness of style. The French show a constant tendency to please even when contradicting. They have an original aptitude for sociability, which has endeared them to other nations. The phrases and sentences, as well as words of the French introduced into the English during the Norman Conquest, have had much to do in giving the English a refining tone. For in a subtle way, every language grows to associate with it- self the thoughts and aspirations of the people with whose lives it is inextricably inter-woven. So the French, breathing an air of extreme culture and refinement has permeated our language with the same culture. Ever since the early dawn of civilization, the French people full of ready wit, creative imagination, and spirit have led the literary world.
      It is the desire of the author to inculcate in the minds of the young students a real love for that which is French. a love for the creative art and the genius d' esprit of the French, a love for the French people, their language and literature.
      The college and university students will find here in this little work of historical literary research material for the writing of themes and essays on the subject of France and what she has given to the world. In order that the student may read more widely on this subject, ample references to larger and more complete works have been given. May the reader be inspired to read many of the French works on the subject of the greater freedom for which we are now fighting!
      It has been said justly, "Every man has two countries his own and France, " tout homme a deux pays, le sien et puis la France (Bounier). This is true now more than ever when France has become a part of us in the great struggle for freedom, in the struggle for world-wide Democracy, the freedom where the individual shall be educated as a unit and shall be encouraged to think and act for himself, a freedom where a man can grow and expand only by striving to lift others up to a higher plane of thinking and living, a freedom which shall indeed lead to Liberte, Fraternite, Egalite, a freedom based on tolerance, harmony, and peace everlasting.
      France through her wonderful literature has shown us how to live, through her undaunted courage she has set us an example of how to fight, and through her wonderful bravery has shown us how to die. It was a French mother who after losing six sons in this present war for freedom said, "I gave my six sons for the liberty of France. I am sorry I have not a seventh one to give. "
      The author wishes to express her sincere gratitude to those whose eminent scholarship has been of great aid in the writing of this book, Dr. Robert L. Fleury, Kath- ryn Monroney Ray, M. A. , and Dr. Ida Kruse Mc Far- lance, of Denver University. The writer would also thank those other friends who have as kindly, though in a minor degree, helped with suggestions and advice in the publica- tion of this work. 

 

CHAPTER I


First Period
Eleventh, Twelfth and Thirteenth Centuries

THROUGH the medium of the French, the epic of  the Celtic and Graeco-Roman traditions was re-juvenated and transformed into the German epic. The ideas of chivalry coming from the French find expression in the minnesongs of the twelfth century. In them we find the aristocratic ideas of life portrayed. These laid the foundation of public life in that time. It is from the French that the chivalric ideal gets its supreme poetic expression. The extreme idea of individuality has its roots in humanism introduced by the French and taken up and advanced by Goethe and Kant.

The German Rolandslied is almost a direct imitation of the French Chanson de Roland. However, the Chanson de Roland is full of patriotic love and intense enthusiasm for "sweet France" and her great heroes. It is in itself a beautiful testimony of the growth of French national feeling. The Rolandslied lacks greatly in vim and enthusiasm, as is apt to be the case with imitators.

The provincial troubadour song was the direct inspiration of the minnesong. It is due to those beautiful troubadour songs that we have the rich and full-sounding German lyrical verse, which so nicely shows the poetic and chivalrous conception of love, seen in the minnesong. The court epic of which the Nibelungen Lied is a good example, is an outgrowth of chivalrous songs which were inspired by the French troubadours. These German epics came from foreign traditions and were made to charm the ladies and gentlemen of the aristocracy who admired gallantry and were well versed in court manners. France was the land and home of cavaliers, and from there the ideas of gallantry as well as the poetical traditions had been brought into Germany. In these lyrics we find the chivalrous spirit at its height. In the poems for court society, we find a direct imitation of French court manners, the striving to cultivate a sense for class distinction and conventionalties. We find in them all kinds of French fashionable sports and so cannot doubt that the French were the originators. Were it not for the French chivalric period, we should not have had the beautiful stories of Wolfram's Parcival or Gottfried's Tristam.

France always has distinguished herself for learning. As far back as 771, when Charles the Great was king of France and Emperor of the West, he established an academy in his palace Aix-la-Chapelle, and he himself attended the sittings. By his liberality he attracted the most distinguished scholars to his court. 1 France then flourished in learning ; she was already richer in books and in scholars than any other country at the time. She was even then sending her beacon lights of learning into all parts of the world. The great men of Germany came to Paris to discuss questions of education.

 

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans LITTERATURE
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 16:50

 

germany's literary debt to FranceLONDON DAVID NUTT  -  17 GRAPE STREET  EDITORIAL: NEW OXFORD STREET | 6 BLOOMSBURY STREET W.C 1915

 

 

   

 

 

 

 

 


 

A lire sur OneReas.com

 


 

      ONE of the most remarkable, and indeed, unparalleled, features in this present lamentable war has been the clamorous, and insistent assertion on the part of Germany of her possession of a culture, of a national development, at once moral, literary, and scientific, so superior to that of other nations that she is justified in endeavouring by force of arms to impose this "culture" upon the rest of Europe.

      I am aware that an attempt has been made (with a view to lessen the monstrous absurdity of this claim) to distinguish Kultur as made, and spelt, in Germany, from our usual conception of the term, but the Germans themselves know no such distinction. I was in Germany at the outbreak of the war, and when England finally declared herself upon the side of France and Russia it was pointed out to me what a sin we, as a folk akin to the Germans, sharing the same "kultur" (Wir sind zivei Kultur- Volk I was reminded) the same traditions, the same literature (!), were committing in ranging ourselves on the side of a barbarous people like the Russians. 

 

It is a proverbial saying that “The world takes you at your own valuation” and Germany's vociferous iterations of her culture claims seem to have exercised a mesmeric effect upon some minds ; there were certain English professors who did not hesitate to sign a protest against war with a country to which we owed so deep an intellectual debt. It has probably not yet dawned upon these serious, and un-imaginative, gentlemen that the principle enunciated was capable of another and wider application.

      No such protest came from French scholars ; not that they are, as a body, less " cultured " than their English confreres; not that they are less ready to acknowledge the value of work done in other lands, probably no body of men is so free from a taint of false nationalism, or so ready to accept good work on its own merit, no matter who may be the author, but precisely because, possessed of a keener critical faculty, they have a juster appreciation of the real value of German research. I suspect also that, being gifted with a lively sense of humour, the extravagant claims of Germany have served to cast a gleam of amusement athwart the blackness of the War cloud.

Why, indeed, should France trouble to dispute the claims of a culture based upon a borrowed foundation, the materials for which were a loan from her?

      It is an old story now, and what Germany has contrived to forget. England, for the most part, never knew, but France remembers and smiles.

      It was towards the latter part of the twelfth century, under the influence of chivalry, an institution which, as all the world knows, owes its development, as it does its name, to the French culture whose wide -spread and beneficent effects the Middle Ages, at least, did not disdain to admit, that Germany first possessed a conscious literature. Previous to that date we have only such fragments as the HildeI such as form the earliest remains of all literatures. Man at first takes more interest in his relation to the unseen Powers which can help, or harm, him, than he does in his dealings with his fellow men. Also, till the influence of chivalry and courtoisie had created a "milieu" for the enjoyment of literature, literature could not exist, the demand creates the supply. But in extraordinary and startling contrast to the paucity of literary monuments previous to this period, is the number and high quality of the works, the composition of which falls within certain well-defined dates. A German writer describes the age as one which displays "a high degree of aesthetic culture, such as was not attained again till 600 years later. " It is denied by no literary critic, German, or other, that with the death of the Landgrave Hermann of Thuringia, in the early part of the 13th century, the golden age of German literature closed, it relapsed into a mediocrity from which it was only rescued by the intelligent patronage ot German princes in the 18th century. 

How is such a phenomenon to be accounted for?

      If we examine the works of the period, and find that their inspiration came to  the out- side, we are, I think, driven to the conclusion that this people which now makes such over- whelming claims upon our admiration, was, in reality, singularly deficient in original inspiration, or power of independent construction, but was dependent upon foreign inspiration, and foreign models, to a degree unknown in any other literature.

            That this is no prejudiced assertion, but a simple, and moderate, statement of fact, will be apparent if we examine the " provenance" of those works which, by universal consent, rank as the classics of Mediaeval German Literature.

      Heinrich v. Veldeke, who is termed by modern Germans "the father of artistic chivalric poetry, " admittedly grew up "in an environment especially strongly influenced by French culture" (I am quoting throughout from the standard German literary text-books). His first successful work, The Aeneid, was inspired, "not by Virgil, but by a French poem, " probably Benoit de Saint Maur's Raman d? Aeneas. The success of the poem was so great that, at the request of the Landgrave Hermann, above referred to, Herbot v. Fritslar undertook the translation of the earlier period of the Trojan War, by rendering into German verse Benoit's Roman de Troie.

      It is worthy of note here that, while the German writers simply translated French into German verse, the French author drew his material from an interpolation in the Latin of Cornelius Nepos, expanding the bare incidents of the original recital into romantic French  verse. Thus, alike in classical knowledge, and inventive faculty, the French writer had the advantage.

That he also possessed the advantage of a higher standard of conduct and manners is evident from a remark in Paul's Grundriss der Germanischen Philologie, where the writer admits that where v. Fritslar departed from his model by introducing realistic descriptions, he oversteps the bounds " not merely of courtly convention, but of good taste. "

      A much more famous writer than v. Fritslar, or even than v. Veldeke, was Hartmann v. Aue, whose work is referred to in eulogistic terms by contemporary, and following, German writers. Of the four romantic poems we possess from his pen, three are certainly translations from the French; Erec, and Iwein, are versions of romances of the same name by the famous French poet, Chretien de Troyes ; Gregorius is also taken from the French of an unknown writer. The fourth poem, Der arme Heinrich, is a version of a tale found in the Legeida Aurea, but we do not know Hartmann J s direct source. The Lanzelet of Ulrich v. Zatzikhoven, a poem interesting rather on account of its subject-matter than its literary merit it contains a version of the Lancelot story

 

 

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans LITTERATURE
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 16:44

the french influence in english literature from the accessi

Alfred Horatio Upham,  Published 1908 by Columbia University Press in New York

 

 


Un livre à lire sur l'excellent Archive.org


 

 



 

  Morceaux choisis

 

 

It is a commonplace in the study of English literature that the fourteenth century and the period immediately following the Stuart Restoration are peculiarly marked by extended influence from the literature of France. Equally commonplace is the dictum that the literature which in the wider sense we call Elizabethan is dominated rather by an Italian inspiration, operating largely by direct impulse, but in part, this time, through the medium of the French. The manner in which France rendered her service as an agent in this Elizabethan transaction, the amount of original reaction and fresh impulse she imparted to what passed through her hands, the literary results in England for which she may be held individually responsible, are certainly deserving of serious attention.[1]

[…]

The period as a whole was one marked by almost constant political relations between England and France, and for a considerable portion of it the great mass of English people watched with keenest interest every movement of their neighbors across the Channel, and devoured every scrap of information regarding French affairs



[1] UPHAM, ALFRED HORATIO. The French influence in English literature from the accession of Elizabeth to the Restoration. THE COLUMBIA UNIVERSITY PRESS , 1908.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans LITTERATURE
commenter cet article
13 novembre 2010 6 13 /11 /novembre /2010 16:39

l'influence française en Angleterre au XVII°s. - théâtr

 


 

Lire le livre sur Archive.org




 

 

 

(CONCLUSION, p. 359-362)

 

 

 

L’Angleterre n'eut donc pas toujours à s'enorgueillir de cet « isolement splendide » dont elle fut fière il y a quelques années. Si, au point de vue social, au point de vue politique, l’isolement n'est pas toujours aussi fécond, aussi sûr que le pensait un grand homme d'État anglais, de même, en littérature, il est dangereux, mortel presque, de s isoler absolument. Suivant le mot de Gaston Paris, « s'enfermer dans ses frontières, c'est se condamner à se rabougrir et à s'étioler ».

 

       Au XVIIe siècle, en tous cas, l'influence française pénétra, s'étendit en Angleterre et y rayonna puissamment, si les faits que nous avons cités sont bien exacts, si les documents que nous avons compulsés ont été interprétés par nous avec quelque clairvoyance et aussi avec impartialité. Cette influence porta à la fois sur la vie matérielle et sur la vie intellectuelle de la nation anglaise. Si l’on s'habilla à la française, si l’on chanta et dansa à la française, on s'appliqua aussi à devenir Français pour tout ce qui a trait aux choses de l'esprit. C'est à la France que les Anglais s'adressèrent pour l'organisation matérielle de leurs théâtres : premiers décors, danseurs et danseuses, chanteurs et cantatrices, acteurs et actrices vinrent de France. Nos livres français pénétrèrent partout en Angleterre. Ni nos historiens, ni nos prédicateurs, ni nos humoristes, pas plus que nos moralistes et nos philosophes, ne furent ignorés outre-manche. Corneille et Racine furent connus, traduits et imités à Londres. Nos romans obtinrent en Angleterre un succès presque égal à celui qu'ils avaient obtenu en France, et la tragédie anglaise avec Dryden et ses contemporains s'inspira de nos romans et de nos tragédies héroïques. Molière y fut mis au pillage. Avec une grande partie des œuvres françaises connues à cet le époque, la critique, représentée surtout par Boileau,Rapin et Le Bossu, passa en Angleterre et y fit autorité, amenant un changement profond dans la méthode et les habitudes littéraires d'alors. En littérature comme dans la vie mondaine, la mode française, déjà recherchée à l'époque de Chaucer, qui empruntait à Guillaume de Machault notamment nombre de sujets, une bonne part de son vocabulaire et quelque chose de sa métrique, s'imposa avec une autorité irrésistible. En tout, pour rester gentilhomme ou femme de distinction, poète dramatique en renom ou critique estimé, il fallut se parer à la mode de France. Période d'imitation sans réserve et de gallomanie aigué I

 

      Y a-t-il lieu pour l’Angleterre de regretter outre mesure cette hégémonie de la France qui s'exerça à Londres peut-être plus puissamment qu'ailleurs?

 

Si le goût et l'habitude des choses françaises avaient profondément entamé son originalité et défiguré en quelque sorte son génie national, elle pourrait, à bon droit, manifester ses regrets. Il n'en fut pas ainsi. Notre littérature put être fouillée en tous ses recoins : les œuvres aujourd'hui les plus obscures purent, à cette époque, être lues, traduites et commentées, nos romanciers français accueillis avec enthousiasme et nos poètes dramatiques traduits, mal imités ou pillés sans vergogne, tandis que nos critiques étaient consultés et élevés sur le pavois; les conversations purent, au café Will, rouler sur les lois de la poésie et les unités de temps et de lieu, il put y avoir un parti pour Perrault et les modernes, un parti pour Boileau et les anciens * ; le vieux fond anglo-normand, comme on l'a constate après Taine, ne fut jamais gravement entamé : la littérature resta le reflet de la vie de la cour ; elle ne traduisit pas I âme de la nation, elle manqua de caractère national. On suivit d'un œil attendri et d'un cœur ému les aventures d'une héroïne de roman ; Corneille, Racine et Molière furent imités ; sous l'influence de la critique française, le goût anglais se modifia assez gravement ; toutefois cette modification ne fut que passagère, et Shakespeare, à l'écart dans le silence, conserva ses dévots, en attendant sa réhabilitation définitive.

 

Mais si cette influence s'exerça surtout en surface, sans atteindre jamais aux profondeurs où se cachait, frissonnante, hors de toute atteinte, l’âme de la nation anglaise, faut-il conclure de là que cette influence fut, de tous points, stérile ou malfaisante ?

 

Qu'on n'en croie rien. De même que la société, en Angleterre, s'était affinée au contact d'une civilisation autre que la sienne et avait gagné en élégance en imitant les coutumes et la mode de France, de même, en littérature, l'action française fut également bienfaisante, au moins pendant la dernière période, quand nos critiques firent autorité à Londres. En tournant les yeux vers la France, où l'influence classique se faisait si vigoureusement sentir, où, à tout instant, on citait l'exemple de l'antiquité et ses règles infaillibles, les hommes de lettres, les poètes surtout, s'habituèrent peu à peu aux théories classiques ; ils ne songèrent plus à se tenir aussi complètement à l'écart du mouvement lancé par les Wilson, les Sidney, les Webbe, les Puttenhani, et ensuite par Ben Jonson lui-même. Athènes, Rome, Aristole et Horace les effrayèrent moins quand ils connurent, pour interprètes de l'antiquité, Boilau, Rapin et Le Bossu. Leurs yeux s'accoutumèrent d'abord au reflet de cette lumière, un peu surprenante au sortir de 1 ère shakespearienne, et la contemplation leur en devint ensuite plus facile. L'influence française a, en quelque sorte, accéléré la vitesse du courant classique qui coulait parallèle au courant romantique et s'attardait un peu depuis Ben Jonson. A la clarté des théories classiques que nos poètes et nos critiques se plaisaient à répandre, la littérature anglaise n'a pas laissé d'acquérir des qualités qui jusqu'alors lui faisaient défaut, chez ses prosateurs au moins autant que chez ses poètes, c'est-à-dire plus de limpidité dans la phrase, plus de concision dans les termes, plus de précision dans la pensée, plus de correction enfin dans le style. Ni la force, ni l'élévation, ni la splendeur même, ni l’originalité surtout, n'avaient manqué aux lettres anglaises. Ce qu'on pouvait souhaiter pour elles, c'était une construction plus logique, quelque chose de plus lucide, de moins recherché, de plus décent aussi, toutes vertus d'ordre éminemment classique. Si elles perdirent un peu de la hardiesse et de la spontanéité shakespearienne, elles gagnèrent des qualités d'ordre, de proportion, de mesure, de goût enfin, qui ne sont pas moins précieuses. La saveur de terroir, si marquée à l'époque de la reine Elisabeth, une fois atténuée mais non complètement disparue, la littérature anglaise, qui courait grands risques de rester longtemps insulaire, acquit une valeur didactique, une force d'expansion qui la rendirent bientôt européenne.

 

Et tandis que l’influence française persistait en Angleterre, s’affirmant chez les Pope et les Addison, chez Hume et Gibbon, chez Horace Walpole et chez Bolingbroke, soulevant les protestations, même d'Upton, au milieu du dix-huitième siècle', cette littérature britannique, qui s'était inspirée de l'Italie, de l'Espagne et de la France, sortit de son isolement, passa « le ruban d'argent » et pénétra sur le continent. La France, en retour, ne tarda pas à s'éprendre des beautés anglaises et à devenir anglomane. Murait, Prévost, Voltaire se firent les vulgarisateurs de l'influence anglaise. Bientôt les Français s'enthousiasmèrent à la lecture de Pamela, de Clarisse Harlowe et de Grandissoriy tout comme les Anglais s'étaient, au siècle précédent, enthousiasmés de Cassandre et de Cléopàtre, du Grand Cyrus et de C/é//e. Richardson ne fut pas moins admiré en France que La Calprenède et Scudéry l'avaient été en Angleterre. Pendant tout le xviii® siècle, il y eut entre les deux pays une réciprocité d'influence vraiment remarquable.

 

Est-ce à dire que l'influence française ait, de nos jours, disparu ? Elle n'a pas cessé de s'exercer au delà de la Manche. S'il est parfois de bon ton en France, dans certains milieux masculins surtout, d'emprunter le plus possible aux modes anglaises, en revanche, les élégantes — et il y en a un grand nombre en Angleterre — accueillent encore avec empressement toute nouveauté parisienne et obéissent au moindre caprice de la mode française. Un coup d'œil aux devantures de Régent Street indique assez la nationalité des fournisseurs attitrés de l'élégance anglaise. Nul ne prétendra, d'autre part, que les vins de France et la cuisine française ne sont pas en grand honneur dans la haute société anglaise, tout comme au Café Royal l

Notre littérature, maintenant, n'est pas plus ignorée qu'autrefois. Alexandre Dumas a été lu avec autant d'intérêt en Angleterre qu'en France. Zola, traduit et discuté, n'a-t-il pas trouvé en George Moore un imitateur convaincu? Nos pièces de théâtre ne sont-elles pas aussitôt traduites et accueillies à Londres, depuis la Poupée, en passant par les œuvres de M. Sardou, jusqu'à celles de M. Rostand ? Nos artistes, peintres ou musiciens, nos grands acteurs ne franchissent- ils pas à tout instant le détroit? Gounod est-il moins connu et Sarah Bernhardt moins fêtée à Londres qu’à Paris? Pourrait-on prétendre aussi que ce grand acteur qu'était Henry Irving ne devait rien à Mounel-Sully? Ces temps derniers encore, la presse anglaise constatait l’afflux sans cesse plus considérable de mots français et s'en plaignait un peu. Ayant eu un instant, en matière économique, quelque tendance à renoncer au libre échange qui a fait sa fortune, l'Angleterre se convertirait-elle à un protectionnisme littéraire étroit  et déprimant ? Qu'il n’en soit rien; qu’elle reste fidèle à son passé. Le protectionnisme ne saurait enrichir le trésor littéraire d'une nation. Il est à souhaiter au contraire que de grands et nouveaux courants littéraires, véhicules de la pensée, s'établissent entre les diverses nations, les pénètrent, les inondent, pour que la conception la plus généreuse, la forme la plus esthétique, l'idéal le plus élevé circulent sur ces u chemins qui marchent », parviennent chez les différents peuples et y soient acceptés. Le jour où, entre les divers modes de la pensée humaine, par conséquent entre les diverses littératures qui en sont l'expression, il n'y aura plus ces différences fondamentales, ces écarts choquants, ces arêtes aiguës, si j'ose dire, qui nous séparent; le jour où, par suite d'une pénétration constante et plus intime, sous la pression d'idées communes à un plus grand nombre, tomberont, en partie au moins, les hautes barrières qui tiennent encore divisés les différents peuples, vile ils se comprendront mieux et, à leur grande surprise, ils se haïront moins. Alors, peut-être, le moment sera-t-il venu de reprendre le beau rêve d'une littérature européenne où, communiant dans le même idéal, les peuples pareront d'une forme également pure, enfermeront dans un rythme également harmonieux, la même idée de justice et d'humanité.

 

Le 27 décembre 1903.

Le Doyen do la Faculté des Lettres de l’Université de Paris.

 

A. CROISET


 

Repost 0
Published by frenchinfluence.over-blog.fr - dans LITTERATURE
commenter cet article

Présentation

  • : French Influence
  • : Cher visiteur (é)perdu, bienvenue sur le blog de French Influence. Il est question ici de la France et de son rapport au monde. Il est question de la France, pour l'amour du pays, par les yeux du monde
  • Contact